www.faune-ain.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune d'Auvergne-Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Lézard des souches 20-23
       - 
Trachémyde écrite (Tortue de Floride) 21-22
       - 
Canard chipeau 2022
       - 
Roitelet huppé 2022
       - 
Héron garde-boeufs 2022
       - 
Ouette d'Egypte 2022
       - 
Lérot 20-23
       - 
Rat des moissons 20-22
       - 
Grenouille agile 21-22
       - 
Belle Dame 2022
       - 
Aïolope automnale 20-22
       - 
Frelon asiatique 20-22
       - 
Mante religieuse 21-22
 - 
Les galeries
Actualité , aide et statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste de la biodiversité communale
 - 
Cartes de présence
Mode d'emploi
Etudes et réseaux
Vie associative
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 255
 
vendredi 1 juillet 2022
La LPO crée une malle pédagogique pour la Dombes

La Dombes, avec ses 850 étangs, constitue en toute saison un des territoires les plus riches en patrimoine naturel et culturel de la région AuRA. Pour mieux la connaître, une malle pédagogique intitulée « Le petit Dombiste » a été conçue en partenariat avec le programme LEADER animé par la communauté de communes de la Dombes et le Conseil Départemental de l'ain.
Différents jeux, outils pédagogiques et panneaux de présentation permettent de faire découvrir les différentes facettes de la Dombes :

  • Patrimoine écologique,
  • paysager et culturel
  • Le fonctionnement des étangs et ses acteurs


P U B L I C : S C O L A I R E  E T  T O U T  P U B L I C
C O N C E P T I O N : L P O A U R A  A I N ( 2 0 1 9 - 2 0 2 2 )
M O D A L I T É S  D E  P R Ê T : G R A T U I T
A P P R O P R I E Z - V O U S   C E T T E   M A L L E   P O U R   T R A N S M E T T R E
À  V O T R E   T O U R  L E S   S P É C I F I C I T É S   D E   L A   D O M B E S !

Contact : paul.brunet@lpo.fr

posté par Francisque Bulliffon
 
mardi 3 mai 2022
Oiseaux
Oiseaux de France : Que rechercher en mai ?

Que rechercher en mai?

 

 

Mai est marqué par la fin de la migration prénuptiale et voit donc le retour des migrateurs les plus tardifs: Blongios nain, Crabier chevelu, Bondrée apivore, ¨Rêle des genêts, Caille des blés, Tourterelle des bois, Engoulevent d'Europe, Guêpier, Monticole de roche, Pies-grièches, Hypolaïs polyglotte, Rousserolles, Bruant ortolan. C'est donc le mois parfait pour les recherches en vue de l'atlas des oiseaux nicheurs, malgré le coût des transports.

 

Où chercher?

Même si les 'trous' de prospection se comblent un peu, le nord de la Bresse et du val de Saône sont encore largement sous prospectés, comme l'apparaissent, dans une moindre mesure, le Pays de Gex, les Crêts du Jura et la région d'Oyonnax.

C'est d'abord le cas de certaines communes du nord-ouest du département. Celles de Vernoux, Saint-Trivier-de-Courtes, Servignat, Saint-Jean-sur-Reyssouze, Jayat, Saint-Julien-sur-Reyssouze,Mantenay-Montlin, Lescheroux, Saint-Nizier-le-Bouchoux, Curciat-Dongalon et Cormoz devront être prioritairement visitées. Ensuite,les communes du Pays de Gex limitrophes des cantons de Genève et de Vaud (Suisse), comme celles de la limite sud-ouest du département depuis Trévoux jusqu'à Neyron, donnent l'impression, peut-être fausse, d'être sous prospectées. Enfin, l'extrême sud-est du département apparaît bien en dessous de ce qu'on pourrait espérer. Promenez-vous donc dans la région d'Izieu, Prémeyzel et Murs-et-Geligneux : les paysages y sont superbes et bien des choses y sont à (re) découvrir.

 

Quand chercher?

L'augmentation de la durée du jour et l'apparition de la chaleur font que les deux heures suivant le lever du soleil et les deux heures précédant son coucher sont les plus favorables à la détection des oiseaux.Profitez donc de ces créneaux horaires pour chercher les oiseaux nicheurs et profitez du reste de la journée pour d'autres activités naturalistes (botanique, entomologie).

 

Que chercher?

S'il faut encore faire attention à des migrateurs en escale hors de leurs sites de reproduction future (Traquet motteux, Tarier des prés, Rousserolle verderolle, etc), presque toutes les observations d'oiseaux se rapportent à des nicheurs potentiels et la tâche est immense. Partout, il faut veiller à respecter les propriétés privées, les réserves et, bien sûr, accorder la priorité absolue à ne pas déranger les oiseaux en cette période cruciale.

 

Dans le Val de Saône, il faut commencer à rechercher les cantonnements des cailles et des râles de genêts, devenus bien rares, voire ceux des barges à queue noire.

En Dombes, la cohorte des oiseaux plus ou moins directement liés aux étangs est immense et le champ des recherches est très large: colonies de Laridés, oiseaux paludicoles (Butor, Blongios, Héron pourpré, locustelles, rousserolles, Phragmite des joncs, Bruant des roseaux, éventuellement Gorgebleue), premières familles d'Anatidés, colonies de hérons arboricoles (Héron cendré, Bihoreau, aigrettes) au sein desquelles il faut aussi rechercher les spatules et très éventuellement les grands cormorans. P

En Plaine de l'Ain, les premiers poussins d'oedicnèmes apparaissent dans les rares milieux encore favorables. Des points d'écoute à intervalles réguliers le soir permettront peut-être de détecter un mâle chanteur de Canepetière et, qui sait, une micro population. C'est dans les gravières et au bord de l'Ain, qu'il faut rechercher les petits gravelots et les colonies d'hirondelles de rivage et de guêpiers. Pour cette espèce, de nombreux oiseaux erratiques ou encore migrateurs peuvent être mentionnés un peu partout tout le mois.

 

2022 est marqué par une tentative d'estimation des populations de bruants ortolans. Peut-être en reste t-il dans le département? Les journées du 28 et du 29 mai seront consacrées à une recherche de l'espèce partout en AURA.

Sur le relief, chercher les pies-grièches écorcheurs et, dans les zones de mégaphorbiaie, les rousserolles verderolles apporte chaque année son lot de surprises, bonnes ou mauvaises, avec parfois en supplément un râle des genêts cantonné provisoirement. Dans les zones de falaises, s'épanouissent les hirondelles de rochers et les martinets à ventre blanc. C'est là qu'il faut rechercher les faucons pèlerins et la petite (mais en expension) population d'aigles royaux.

Sur les Crêts du Jura, maintenant pleinement accessibles après la fonte des neiges (mais où les restrictions d'accès sont encore nombreuses), la question annuelle est: y a t-il des monticoles de roche et combien? On peut aussi espérer (seulement?)' rencontrer des pics tridactyles, des venturons montagnards, des sizerins, voire des accenteurs alpins mais ces derniers ne semblent plus s'y reproduire depuis longtemps!

Dans les zones favorables, le coucher du soleil (avec les réserves précédentes sur le couvre-feu) peut être mis à profit pour écouter les petits ducs et les engoulevents (pelouses sèches peu densément arborées du Revermont, du bas-Bugey ou de la Plaine de l'Ain) et les bécasses des bois (boisements plutôt situés sur le relief) et découvrir d'étranges ambiances où la vie palpite avant de laisser la place au silence.

En dehors de ces lieux emblématiques du département, l'avifaune dite banale n'en présente pas moins un grand intérêt et chaque contribution à sa connaissance est reçue avec reconnaissance.

Si vous êtes impliqués dans ces protocoles, pensez aussi à effectuer vos STOC, EPOC, EPOC ODF, LIMAT.

Les responsables départementaux des différents aspects de l'enquête atlas (adresses courriels ci-dessous) répondront toujours avec plaisir à vos questions et vous apporteront toutes les précisions en cas de doutes, comme ceux relatifs à un code atlas par exemple.

 

Enfin, mai est appelé le 'mois des raretés' dans le milieu ornithologique. Chaque année apporte son lot, plus ou moins étoffé, de migrateurs rares, souvent d'origine orientale ou nordique: faucons kobez, chevaliers stagnatiles, bécasseaux divers, sternes, guifettes, mouettes et goélands inhabituels, bergeronnettes printanières de différentes sous-espèces, alouettes calandrelles ou calandres, pipits à gorge rousse. Pour vous en mettre plein les yeux, il n'existe qu'une seule solution: SORTEZ!

 

Responsable départemental LIMAT: M. Benmergui <maurice.benmergui@orange.fr>

Responsable départemental STOC: F. Bulliffon <francisque.bulliffon@lpo.fr>

Responsables départementaux EPOC, EPOC ODF et Atlas général: L. Braz <faulo19@hotmail.com>, B. Feuvrier <benoitfeuvrier@hotmail.com> et A. Bernard alain.bernard711@orange.fr

posté par Alexandre Roux (pro)
 
mercredi 20 avril 2022
Les 24h naturalistes - 4-5 juin

L’édition 2022 aura lieu à Ambronay les 4 et 5 juin

Save the date ! Les 24h naturalistes approchent ! Cette année, elles auront lieu le 4 et 5 juin sur la Basse Vallée de l’Ain (secteur Ambronay)

Qu’est-ce que les “24h naturalistes” ?

Durant 24 heures, des naturalistes amateurs ou chevronnés se regroupent pour réaliser ensemble un inventaire le plus complet possible de la flore et de la faune d’un secteur. Des spécialistes de toutes sortes (des fleurs, des oiseaux, des papillons, des chauves-souris…) ratissent ainsi minutieusement la nature, le jour comme la nuit. A l’issue de la prospection, une restitution des découvertes est effectuée à destination du grand public et des habitants. En montrant à chacun l’extraordinaire richesse de biodiversité présente proche de chez eux, nous souhaitons montrer que la protection de la nature est une nécessité de proximité.

Les 24 heures naturalistes nous invitent à prendre le temps de regarder de près la biodiversité.

Programme (provisoire)

Pour les naturalistes :

Samedi 4 juin 2022 de 8h30 à 13h : premières prospections.

Samedi 4 juin 2022 de 15h à 19h : deuxièmes prospections.

Samedi 4 juin 2022 à partir de 21h : recherches nocturnes (chauves-souris, papillons nocturnes, selon les spécialistes).

Dimanche 5 juin 2022 de 6h à 8h30 : points d’écoute chants d’oiseaux.

Dimanche 5 juin 2022 de 9h30 à 12h30 : dernières prospections.

Pour le grand public :

Plusieurs animations organisées par le SR3A auront lieu le dimanche après midi

Infos pratiques

Lieu de rendez-vous : Communiqué par mail après votre inscription

Lieu de camping : Un endroit pour dormir sur la commune gratuit est en cours de recherche ! On vous tient au courant.

Repas : Les repas sont pris librement, souvent en commun pour ceux qui le souhaitent !

Equipement : Les participants à l’inventaire sont invités à amener leur matériel d’observation, leurs guides, leur appareil photo numérique (les photos alimenteront le diaporama final) et leur smartphone avec l’application Pl@ntNet (qui servira de support pour l’inventaire botanique).

Inscription obligatoire :

PARTICIPATION GRATUITE

Pour participer à l’inventaire, inscrivez-vous sur le lien suivant : https://forms.gle/Ep9fYo9j6T6ZMyv68

ou par mail : fne-aura.org/ain – biodiversité-ain@fne-aura.org

Nous pourrons ainsi vous donner les informations complémentaires et vous tenir au courant des éventuels changements.

Contacts utiles :

Pour plus d’informations et si vous souhaitez participer ou nous aider à organiser cet évènement, contactez Thomas GRUET, l’organisateur : 

biodiversite-ain@fne-aura.org"

06 13 66 12 96

 

Opération organisée par France Nature Environnement Ain avec le soutien actif des associations naturalistes locales (voir affiche ci-jointe)

Document à télécharger :  Affiche-24h_naturalistes-8468.pdf
posté par Emilie Müller
 
vendredi 1 avril 2022
Oiseaux
Oiseaux de France : Que rechercher en avril ?

 

Dans l'Ain, de nombreuses données ont déjà été enregistrées en février et mars. Par rapport à la situation évoquée dès février, les zones visiblement sous prospectées n'ont pas changé.

C'est d'abord le cas de certaines communes du  nord-ouest du département. Celles de Vernoux, Saint-Trivier-de-Courtes,  Servignat, Saint-Jean-sur-Reyssouze, Jayat, Saint-Julien-sur-Reyssouze, Mantenay-Montlin, Lescheroux, Saint-Nizier-le-Bouchoux, Curciat-Dongalon et Cormoz devront être prioritairement visitées. Ensuite, les communes du Pays de Gex limitrophes des cantons de Genève et de Vaud (Suisse), comme celles de la limite sud-ouest du département depuis Trévoux jusqu'à Neyron, donnent l'impression, peut-être fausse, d'être sous prospectées.

 

Que chercher et où ?

En Dombes, si l'espèce est encore présente, c'est le bon moment pour écouter les chants du butor étoilé là où subsistent des roselières conséquentes. A peu près dans les mêmes milieux, les marouettes (3 espèces potentiellement) arrivent et sont susceptibles de chanter. La repasse (utilisation de chants enregistrés pour provoquer la réponse d'oiseaux cantonnés) doit être utilisée avec parcimonie. C'est dans les milieux ouverts et les bordures d'étangs qu'il faut rechercher les poussins de vanneaux huppés. Les comportements de défense des adultes vis à vis des prédateurs sont un bon moyen pour les découvrir. C'est dans ces mêmes milieux, toujours en Dombes et dans le Val de Saône, que se cantonnent les barges à queue noire dont le vol de parade et les cris particuliers alors émis facilitent grandement la détection. Un peu plus largement répandus, quoiqu'en régression, les courlis cendrés déposent majoritairement leurs pontes en avril mais sont encore bien détectables.

Avril est un bon mois pour découvrir les bruyantes colonies (*)  de mouettes rieuses et y rechercher d'éventuelles mouettes mélanocéphales. Plus tard dans la saison, elles seront souvent accompagnées de grèbes à cou noir et de diverses espèces d'Anatidés. Un peu partout à proximité de l'eau (îles des étangs dombistes, bancs de galets et îles dénudées sur les cours d'eau voire falaises surplombant le haut-Rhône, il faut aussi s'intéresser aux nids isolés ou aux colonies de goélands leucophées.

En Plaine de l'Ain, la recherche d'éventuelles outardes canepetières dans les rares secteurs encore pas totalement défavorables peut commencer mais se lancer dans cette recherche ne peut se faire sans une forte dose d'optimisme! Toujours en Plaine de l'Ain, mais aussi sporadiquement en Dombes, Bresse et Val se Saône, les oedicnèmes paradent ce qui les rend plus détectables qu'en pleine saison de reproduction.

Si elle a beaucoup régressé ces dernières décennies, la huppe est encore présente ça et là en plaine et sa répartition actuelle doit être précisée. Dans les zones de piémont, le torcol peut être contacté grâce à ses chants. D'autres picidés sont encore bien détectables : pics noir, mar, épeichette.

Dans les zones ouvertes où subsistent des prairies (Val de Saône, Plaine de l'Ain, Bugey), avril est marqué par les chants des alouettes des champs.

Nous savons peu de choses sur la biologie du cincle plongeur, à peine plus sur sa répartition. Des recherches spécifiques seront les bienvenues. Discret en toute saison, l'accenteur mouchet appelle les même recherches. Les vocalisations du rossignol sont heureusement moins discrètes et permettent de le contacter facilement. Les enquêtes diverses dans le cadre des projets 'Oiseaux de France' permettront de préciser sa répartition sur le relief et les altitudes maximales atteintes. Y a t-il encore des gorgebleues nichant au bord de l'Ain et en Dombes ?

Dans des milieux très différents, c'est maintenant que s'installent les rougequeue à front blanc, merle à plastron, grives litorne et draine, locustelles tachetée (attention aux oiseaux se cantonnant très provisoirement dans des milieux divers et ne méritant pas un code atlas !) et luscinioïde, phragmite des joncs, rousserolle effarvatte, fauvettes passerinette,  babillarde, grisette, des jardins, pouillots de Bonelli, siffleur, fitis (même remarque que pour la locustelle tachetée), loriot (répartition à préciser en zone de piémont), serin cini, venturon montagnard, linotte mélodieuse, sizerin flammé, bouvreuil pivoine, grosbec, bruants fou, des roseaux et proyer.

Avril n'est pas que le temps de la reproduction mais correspond aussi à celui du début de la migration de nombreuses espèces : busard cendré, aigle botté, faucons hobereau et kobez, caille des blés, râle des genêts, mouette pygmée, sterne pierregarin, guifettes, tourterelle des bois, petit-duc, martinet noir, rémiz penduline, bruant ortolan.

Alors, prenez vos jumelles et faites vous plaisir! Toutefois, n'oubliez pas que l'intérêt des animaux passe avant tout et que nous ne devons pas être à l'origine de l'échec d'une reproduction. Partout, respectez les propriétés privées et les zones de quiétude là où elles sont instaurées comme sur la Haute-Chaîne du Jura.

posté par Benoit Feuvrier
 
vendredi 25 mars 2022
Oiseaux
A la recherche de l'Oedicnème dans la plaine de l'Ain.

Bonjour à tous!

Le printemps revient amenant avec lui de nombreux oiseaux dont l’Oedicnème criard!

Cet oiseau qui est protégé en France niche dans les parcelles agricoles ou dans les carrières, ce qui l’expose à de nombreux dangers et dérangements.

Nous avons besoin de votre aide pour repérer leurs nids et pouvoir les protéger ! Pour cela deux sessions de prospections seront organisées avec au programme une soirée “écoute” dont le but est de repérer des couples grâce à leurs cris et chants, et une journée « prospection » durant laquelle toute une zone agricole sera observée à la recherche des nids, autour des communes de Marcilleux et de Balan.

La première session aura lieu le vendredi 8 avril à la tombée de la nuit pour la soirée d’écoute, et le lendemain samedi 9 avril à partir de 10h pour la journée de prospection.

La suivante aura lieu la soirée du vendredi 6 mai et la journée du samedi 7 mai.

Si vous êtes intéressés, contactez nous à l’adresse suivante : garance.dalaine@lpo.frpour nous informer de votre participation et avoir les informations complémentaires (horaires exactes et lieu de rendez-vous).

posté par Emilie Müller
 
mardi 1 février 2022
Oiseaux
Suivi de la reproduction des Milans royaux - ça commence bientôt!

 

Très peu d'aire de Milans royaux sont connue dans l'Ain. Mais au vu de la répartition des observations, il y a fort à parier que le nombre de couple dans le département soit très fortement sous-estimé.

En cette fin d’hiver, les parades vont commencer au sein des couples de Milan royaux. Il s’agit de la meilleure période pour repérer les couples cantonnés et trouver les futures aires. Après les parades et la construction des nids, à partir de la mi-mars à début avril, les individus deviennent beaucoup moins démonstratifs et donc plus difficiles à repérer. 

Ainsi cela nous donne quelques semaines, approximativement de la mi févier à la mi-mars, pour découvrir les aires !

Une réunion aura lieu en soirée afin de vous expliquer le protocole et une demi-journée de "mise en pratique".

Su vous êtes intéressé, vous pouvez me contacter au mail : emilie.muller@lpo.fr

posté par Emilie Müller
 
lundi 31 janvier 2022
Oiseaux
NaturaList sur iPhone : bonne nouvelle !
 
posté par Philippe Jourde schedule mercredi 19 janvier 2022, 11:22
NaturaList est une appli mobile qui permet de saisir vos observations directement sur le terrain en les pointant sur une carte précise. En un clic, vous les partagez avec la communauté des utilisateurs de Faune-France et constituez ainsi votre propre carnet de terrain virtuel.

En utilisant NaturaList, vous gagnez en rapidité, en précision et en facilité. C’est pour ces trois raisons, qu’aujourd’hui, plus de 40 % des données sont collectées via un smartphone.

Quelques points importants à noter :

  1. La version bêta de NaturaList sera prochainement désactivée. Si vous avez participé au programme test, nous vous recommandons d’installer dès maintenant l'application officielle de l'App Store.
  2. L’utilisation de NaturaList pour saisie des données est gratuite, mais si vous souhaitez consulter les observations effectuées autour de vous, il est nécessaire de souscrire un petit abonnement annuel. Vous soutenez ainsi le développement de l’appli et sa mise à jour. Cette fonction est optionnelle et vous avez, par ailleurs, la possibilité de consulter librement les observations récentes via Faune-France.
  3. Les fonctions de NaturaList pour iPhone sont limitées par rapport à celles pour Android. La saisie par liste n’est pas encore accessible, mais devrait l’être à moyen terme. La version iPhone restera toutefois moins complète que sa grande sœur pour Android, notamment en ce qui concerne la saisie des enquêtes. Ce choix est lié à des contraintes économiques qui nous obligent à privilégier le système le plus largement utilisé. Nous nous en excusons.

Nous souhaitons la bienvenue aux utilisateurs d’iPhone et de belles et réjouissantes observations.

posté par Bernard Sonnerat
 
lundi 31 janvier 2022
Oiseaux
Oiseaux de France : Que rechercher en février-mars ?

Les semaines qui viennent marquent le retour des prospections de terrain en vue de la partie nidification de l'atlas des oiseaux de France. Un énorme travail de prospection a déjà été entrepris en 2021 et a permis de recueil de plusieurs dizaines de milliers de données et nous vous en remercions.

Pourtant, tout n'est pas parfait et des zones apparaissent nettement déficitaires. C'est d'abord le cas de certaines communes du nord-ouest du département. Celles de Vernoux, Saint-Trivier-de-Courtes, Servignat, Saint-Jean-sur-Reyssouze, Jayat, Saint-Julien-sur-Reyssouze, Mantenay-Montlin, Lescheroux, Saint-Nizier-le-Bouchoux, Curciat-Dongalon et Cormoz devront être prioritairement visitées. Ensuite,les communes du Pays de Gex limitrophes des cantons de Genève et de Vaud (Suisse), comme celles de la limite sud-ouest du département depuis Trévoux jusqu'à Neyron, donnent l'impression, peut-être fausse, d'être sous prospectées.

Nous reviendrons les mois prochains sur l'état d'avancement de cette prospection.

 

Que rechercher en février-mars ?

 

Février et surtout mars sont très favorables à la recherche puis au dénombrement des oiseaux arboricoles coloniaux: hérons cendrés et grands cormorans (les colonies de ce dernier devant s.v.p être signalées à alain.bernard711@orange.fr) dans les zones humides et le long des cours d'eau, corbeaux freux dans lez zones rurales et dans les milieux péri-urbains de plaine. Après mars, le développement du feuillage contrarie beaucoup le repérage des colonies de ces oiseaux et rend aléatoire l'estimation des effectifs. C'est aussi le bon moment pour repérer les nids occupés de cigognes blanches, la connaissance de leur situation faisant plus tard gagner du temps pour estimer la réussite de la reproduction.

C'est encore bien tôt pour s'intéresser aux Anatidés qui connaissent encore de forts contingents de migrateurs mais on peut découvrir les premières familles de cygnes tuberculés, oies cendrées et canards colverts.

Les busards saint-martin commencent à parader dans les zones ouvertes, comme les autours et buses dans les boisements. En montagne, les aigles royaux rechargent leurs aires et commencent leur ponte, celle-ci étant quasi terminée fin mars chez les faucons pèlerins.

Les cantonnements de faisans débutent dans les zones de basse altitude.

Dans différents milieux ouverts, les courlis cendrés, les œdicnèmes, les petits gravelots et les vanneaux (ces espèces faisant l'objet d'une enquête particulière cette année encore) se cantonnent et seuls ces comportements permettent de les distinguer des migrateurs.

C'est aussi vrai pour le Pigeon ramier mais les migrateurs deviennent peu abondants, au contraire des sédentaires présents un peu partout maintenant. Il faut prêter une attention particulière aux pigeons colombins, de plus en plus rares chez nous.

Dans les boisements d'altitude, c'est la pleine période des chants de chevêchettes et des chouettes de Tengmalm alors que c'est en plaine qu'il faut écouter les chevêches (surtout en mars) en milieux péri-urbains et les discrets moyens-ducs dans le bocage.

Mars est probablement le meilleur mois pour la recherche de toutes les espèces de pics comme pour celle de l'alouette lulu sur les pelouses sèches avec des boisements clairsemés.

Dès février et de manière généralisée en mars, les hirondelles des rochers virevoltent autour des falaises.

Au bord des eaux vives, les bergeronnettes des ruisseaux et les cincles sont bien visibles lorsqu'ils construisent leurs nids mais deviennent bien plus discrets ensuite.

Un peu partout, les passereaux se cantonnent nettement en mars : rougegorge, rougequeue noir, tarier pâtre, merle noir, grive musicienne, fauvette à tête noire, pouillot véloce, mésanges, roitelets, grimpereaux, étourneau, pinson des arbres, verdier, bruants jaune et zizi.

Plus localement (marais de Lavours mais peut-être aussi ça et là en Dombes et à la confluence de l'Ain avec le Rhône), il faut aussi chercher les gorgebleues. Dans les zones humides, la bouscarle et la cisticole ont progressé, leur survie hivernale étant favorisée par une succession d'hivers doux. Qu'en sera t-il ce printemps?

Ces mois marquent aussi le début des parades des geais qui se poursuivent en groupes tout en émettant des 'chants' seulement entendus à cette saison.

Par contre, il faut se méfier de migrateurs comme les grives draines ou les premiers pouillots fitis qui peuvent se cantonner très provisoirement puis aller ensuite se reproduire loin de là.

Surtout, mars marque le retour du printemps. Plein d'émotions s'offrent au simple promeneur, à plus forte raison au naturaliste : les fleurs et leur odeur, les différentes nuances des feuillages, les insectes, la généralisation des chants des oiseaux survolés par les migrateurs. Pour l'ornithologue, la première hirondelle sur un étang, le vol onduleux de la première huppe, les appels du premier coucou sont autant de signes du renouveau. Pour ceux qui y croient, n'oubliez pas de toujours avoir un peu d'argent sur vous car cette possession lors de votre première audition du Coucou vous permettra de ne pas en manquer le reste de l'année. Il faut par contre être très croyant pour se rouler dans la boue le même jour pour ne plus souffrir de rhumatisme jusqu'au printemps suivant.....

posté par Benoit Feuvrier
 
vendredi 28 janvier 2022
Mammifères
Envie de vous investir dans le suivi du castor ?

Appel à bénévoles motivés ! Envie de vous investir dans le suivi du castor ? En partenariat avec Jura Nature Environnement, la LPO Ain et le SR3A ; FNE réalise une formation aux indices de présence suivie d'une prospection terrain sur le Suran vendredi 11 février. Nous recherchons des bénévoles pouvant s’invertir sur le projet dans la durée. Au programme : - Formation sur le castor sur le terrain (identification des indices de présences, biologie, écologie) - Prospection terrain sur le ruisseau du Bourney

Pour plus d'informations : biodiversite-ain@fne-aura.org / vincent@jne.asso.fr - 0614502690

Document à télécharger :  Affiche_PNA_Castor-2893.pdf
posté par Emilie Müller
 
mercredi 26 janvier 2022
Oiseaux
Wetlands - Ain : résultats du comptage du 15 janvier 2022

Nous sommes passés en quelques heures d'une Dombes que nous pensions vide d'oiseaux à un record d'Anatidés.

En effet, des conditions anticycloniques ont favorisé un brouillard tenace qui nous a contraints à repousser les dénombrements du samedi matin à son après-midi puis au dimanche. Seuls l'étang Chassagne à Chalamont et ceux de la Fondation P. Vérots ont bénéficié d'un ciel provisoirement dégagé le samedi et ont été dénombrés ce jour.

La journée du dimanche a commencé tout aussi mal et le coordinateur local s'arrachait le peu de cheveux lui restant. Et puis un splendide soleil a remplacé le brouillard vers 13 heures et là où n' n'avions jusqu'alors le plus souvent rien vu ou seulement les silhouettes fantomatiques de quelques oiseaux, de nombreuses troupes de canards sont enfin apparues. Ainsi, les 32 Anatidés d'une espèce péniblement vus le samedi sur l'étang Chapelier le samedi se sont transformés en 1621 oiseaux de six espèces l'espace de quelques heures le dimanche. Le miracle de la multiplication des canards !

Ce n'était pourtant pas évident car on craignait que le gel quasi généralisé des étangs depuis quelques jours n'ait entraîné le départ de la plupart des oiseaux.

2022 est pourtant l'année du record d'Anatidés avec 29821 individus (précédent: 29168 en 2020), la 5ème année consécutive à plus de 25000. Encore s'agit-il probablement d'un minimum cas plusieurs observateurs ont l'impression d'avoir sous-estimées les troupes compactes de Colverts sur la glace.

 

 

Pour une fois, seuls 44 % de ces oiseaux stationnaient sur des sites en réserve de chasse ou habituellement peu chassés (57 % en 2019, 71 % en 2021 et une moyenne de 65 % sur la période 2019-2021) probablement parce qu'il n'y avait plus de chasse aux oiseaux sur 40 communes dombistes depuis fin décembre ce qui a entraîné une redistribution des canards sur un nombre élevé de sites.

Pour les espèces, le bilan est plus contrasté.

Seule l'Ouette enregistre un record local à mi-janvier (13 oiseaux) et devient chaque année plus régulière (7ème année consécutive). Pourtant touché par l'influenza aviaire (mais peut-être pas plus que d'autres espèces, un cadavre de cygne étant plus visible et mettant plus de temps à disparaître que celui d'un Anatidé de plus petite taille), le Cygne tuberculé maintient ses effectifs à un niveau élevé, le deuxième jamais noté, comme celui du Canard siffleur. La population d'oies cendrées est en chute de 368 individus mais est malgré cela la troisième plus élevée depuis l'apparition locale de l'espèce. C'est encore une très bonne année (la 3ème plus élevée) pour la Sarcelle d'hiver sur une belle série puisque les 4 dernières années sont aussi les 4 meilleures depuis l'existence (1975) de ces recensements.

Le Canard souchet (400) est à son 4 ème plus fort effectif, le Tadorme (42) à son 5ème, en recul par rapport aux deux années précédentes, mais enregistrant dorénavant 14 années consécutives de présence, le Pilet à sa 6ème année, le Colvert est à sa 7ème meilleure année mais son effectif a peut-être été sous estimé (v. ci dessus).

C'est nettement moins bien pour les autres espèces d'Anatidés: le Fuligule morillon (11ème année), le Canard chipeau (16ème année), la Nette rousse (22ème année), et le Fuligule milouin (32ème année).

On retiendra aussi la présence de 3 milouinans (record de 5 en 1988) , l'espèce n'ayant été notée que 8 années sur la période 1975-2022, et les respectivement 8ème et 10ème années de présence ininterrompue du Cygne chanteur et du Harle bièvre.

Dans les autres groupes, il faut retenir le record de foulques macroules (6133 contre 6075 en 1988, les deux seules années à plus de 6000) alors que l'espèce paraissait en déclin local et l'apparition de la Talève sultane (2) dans ces recensements hivernaux. Toutefois, la population était d'au moins 70 individus à la fin de l'été et il est à craindre que tout soit à recommencer pour l'espèce en Dombes.

La Grue cendrée égale son record de 2016 (13 individus) et n'avait jusqu'alors jamais été notée 2 années consécutives, peut-être en relation avec le réchauffement climatique et/ou l'augmentation du nombre d'hivernants en Camargue. Ce réchauffement climatique explique probablement aussi la présence d'une nouvelle Spatule hivernante (4 fois depuis 2018) et, ,pour la première fois lors de ces recensements, celle d'une Cigogne noire.

A noter aussi la seconde donnée d'un pélican blanc en hiver, celui-ci ayant adopté, comme son prédécesseur, l'enclos des pélicans sur le parc ornithologique de Villars.

Assez bonne année pour la Cigogne blanche (7ème année) avec sa 22ème année consécutive.

Année moyenne pour le Grèbe huppé (17ème année) et le Grand Cormoran (16ème année) qui connaît sa 25ème année de présence ininterrompue.

La situation est aussi contrastée chez les Ardéidés: .c'est moyen pour le Bihoreau, le Garde-boeufs, présent de manière ininterrompue depuis 2012, la Grande Aigrette (toujours présente depuis 1998) mais médiocre pour le Héron cendré qui revient à son effectif moyen des années 1970-2000 et connaît sa deuxième plus mauvaise année depuis 2000 (128 en 2003).

 

Espèce

Dombes

Bresse

Vallée de l'Ain (1)

Vallée de l'Oignin

Lac

de Nantua

Lac de Sylans

Etournel

(2)

Lac de

Divonne

Étangs du

Pays

de Gex

Total

Département

Bernache nonnette

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Oie cendrée

1466

 

 

 

 

 

 

 

 

1466

Oie à tête barrée x cendrée

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

(Oie cygnoïde)

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cygne tuberculé

1153

12

162

1

 

 

8

4

 

1340

Cygne chanteur

9

 

 

 

 

 

 

 

 

9

Ouette d 'Égypte

13

 

 

 

 

 

13

2

 

28

Tadorne de Belon

42

 

 

 

 

 

 

 

 

42

Canard souchet

400

 

 

 

 

 

1

 

 

401

Canard chipeau

359

3

3

 

 

 

44

68

 

477

Canard siffleur

881

5

 

 

 

 

 

 

 

886

Canard colvert

15626

455

225

3

45

 

74

30

 

16458

Canard pilet

283

 

 

 

 

 

 

 

 

283

Sarcelle d'hiver

4211

3

1

 

 

 

58

 

 

4273

Nette rousse

16

 

 

 

 

 

 

 

 

16

Fuligule milouin

4830

6

1

 

13

 

 

 

 

4850

Fuligule nyroca

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Fuligule milouin x nyroca

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Fuligule morillon

522

 

 

 

19

 

1

 

 

542

Fuligule milouinan

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Macreuse brune

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

Harle bièvre

1

1

21

4

 

 

24

1

 

52

Total Anatidés

29828

485

414

8

77

0

223

105

 

31140

Râle d'eau

1

 

 

 

 

 

4

 

1

6

Talève sultane

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Gallinule poule d'eau

102

71

3

 

 

 

 

2

 

178

Foulque macroule

6133

193

146

6

111

 

17

79

2

6687

Grue cendrée

13

 

 

 

 

 

 

 

 

13

Grèbe castagneux

8

 

26

5

15

 

1

 

 

55

Grèbe huppé

142

95

26

3

21

3

 

1

 

288

Vanneau huppé

207

 

 

 

 

 

 

 

 

207

Courlis cendré

37

 

 

 

 

 

 

 

 

37

Bécasseau variable

71

 

 

 

 

 

 

 

 

71

Bécassine des marais

6

 

 

 

 

 

 

 

 

6

Chevalier culblanc

11

 

2

 

 

 

 

 

 

13

Chevalier arlequin

10

 

 

 

 

 

 

 

 

10

Mouette rieuse

488

205

 

 

 

 

 

4

 

697

Goéland pontique

 

1

 

 

 

 

 

 

 

1

Goéland leucophée

11

213

17

 

 

 

3

1

 

245

Goéland brun

 

2

 

 

 

 

 

 

 

2

Cigogne noire

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cigogne blanche

118

367

 

 

 

 

 

 

 

485

Grand Cormoran

526

186

111

 

5

 

10

17

1

856

Spatule blanche

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Bihoreau gris

26

 

 

 

 

 

 

 

 

26

Héron garde-boeufs

65

258

7

 

 

 

 

 

 

330

Héron cendré

353

28

28

2

3

 

4

3

 

421

Grande Aigrette

585

19

8

 

 

 

5

1

 

618

Aigrette garzette

6

 

 

 

 

 

 

 

 

6

Pélican blanc

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Busard des roseaux

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Martin-pêcheur d'Europe

10

3

 

 

 

 

3

 

 

16

Faucon pèlerin

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Berger. des ruisseaux

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

Bergeronnette grise

 

 

 

 

 

 

40

1

 

41

Pipit spioncelle

1

 

2

 

 

 

 

 

 

1

Bruant des roseaux

8

 

 

 

 

 

2

 

 

10

 

(1) : Du pont de Thoirette (39) à la confluence avec le Rhône + plans d'eau de la basse-vallée de l'Ain.

(2) : de la frontière suisse au pont Carnot + plans d'eau issus de gravières connexes.

 

Il y a peu à dire des autres secteurs.

Les étangs du Pays de Gex sont à peine moins pauvres qu'en 2021 (pas d'oiseaux du tout).Le lac de Divonne est bien loin de son intérêt d'antan mais retient quand même de petites troupes de chipeaux et de foulques. Dans ce secteur, seul l'Etournel n'est pas trop en recul, retenant même l'essentiel de l'effectif départemental de harles bièvres, dont il constitue un bastion historique, et toujours des canards chipeaux.

Le Lac de Sylans affiche presque un zéro en dehors de 3 grèbes huppés. C'est mieux sur Nantua, fréquenté par quelques dizaines de fuligules.

Avec 414 oiseaux pour la vallée de l'Ain et la Bresse, nous sommes à des totaux d'Anatidés bien inférieurs à la moyenne 2011-2021 (560 en vallée de l'Ain avec des extrêmes de 307-801, 1040 en Bresse avec des extrêmes de 247-1409). Le gel de 2022 ne peut pas tout expliquer et le déclin est net sur ces deux sites depuis 2000.

Dans la vallée de l'Ain, la seule satisfaction vient du Cygne tuberculé qui voit son 2ème meilleur effectif, essentiellement dû à la troupe de la retenue de Cize. Il faut retenir également la présence d'une macreuse brune, bien peu fréquemment notée lors de ces recensements hivernaux.

La Bresse est devenue depuis quelques années la plaque tournante de la Cigogne blanche dans l'Ain. Les 367 individus de 2022 apportent le 2ème meilleur effectif local, encore loin du record de 422 oiseaux en 2019.C'est l'année du record pour le Garde-boeufs dans cette région: 258 individus.

Après 2021, le Goéland pontique (1 oiseau dans les deux cas) est mentionné pour la seconde année. Est-ce l'amorce d'une plus grande régularité?

 

 

 

Rendus encore plus difficiles que d'habitude par un brouillard tenace, les recensements d'oiseaux d'eau n'ont pu être effectués que grâce à la ténacité et à la compétence de T. Beroud (Fondation P. Vérots), E. Bureau, P. Chevret ( Parc-Réserve de Villars-les-Dombes), M. Benmergui (Office Français de la Biodiversité), A. Bernard, P. Brunet, F. Bulliffon, O. Chevreuil, M. Clerc, M. et P. Crouzier, P. Fossard, B. Fournier, S. Gardien,C. Giacomo, C. Guyard, M. Kerdraon, A. Labé, J. et Y. Lachenal, A. Lamy, T. Lengagne, L. Mery, E. Müller et B. Sonnerat.

Ils en sont chaleureusement remerciés.

A. BERNARD

 

Espèce

Nord

Ouest

Centre

est

Est

Sud

ouest

Sud

est

Fondation Vérots

Birieux

Chapelier

Réserve

Villars

Chassagne

Total

Dombes

Bernache nonnette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

Oie cendrée

163

3

 

 

15

8

 

699

289

285

4

1466

Oie à tête barrée x O. cendrée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

(Oie cygnoïde)

8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cygne tuberculé

430

217

238

8

127

107

4

11

1

10

 

1153

Cygne chanteur

 

 

 

7

 

 

 

 

 

 

2

9

Ouette d'Egypte

 

2

 

 

 

 

 

2

 

9

 

13

Tadorne de Belon

1

 

 

 

1

 

 

29

 

11

 

42

Canard souchet

11

133

46

 

97

9

 

 

56

48

 

400

Canard chipeau

185

68

3

3

51

9

 

26

 

7

7

359

Canard siffleur

17

85

184

 

3

409

 

48

 

135

 

881

Canard colvert

2329

1393

691

358

1005

406

91

3320

1180

3146

1107

15626

Canard pilet

4

32

9

 

 

103

 

70

2

62

1

283

Sarcelle d'hiver

208

164

93

125

918

350

45

2130

93

67

17

4211

Nette rousse

6

1

 

 

 

6

 

3

 

 

 

 

Fuligule milouin

1735

371

1230

3

331

799

 

349

 

12

 

4830

Fuligule nyroca

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Fuligule milouin x F. nyroca

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Fuligule morillon

255

147

44

 

33

39

 

 

 

 

4

522

Fuligule milouinan

2

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

3

Harle bièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

1

Total Anatidés

5357

3216

2538

504

2581

2246

140

6687

1621

3794

1144

29828

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Râle d'eau

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

 

1

Talève sultane

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Gallinule poule d'eau

1

5

 

 

1

 

 

 

 

95

 

102

Foulque macroule

3004

743

448

23

990

737

33

 

6

42

7

6133

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grue cendrée

 

 

 

 

3

 

 

10

 

 

 

13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grèbe castagneux

5

 

 

 

1

1

 

1

 

 

 

8

Grèbe huppé

69

1

9

 

1

5

 

39

10

 

8

142

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vanneau huppé

37

 

19

 

150

1

 

 

 

 

 

207

Courlis cendré

37

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

37

Bécasseau variable

71

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

71

Bécassine des marais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6

 

6

Chevalier culblanc

4

 

3

 

 

 

 

2

 

2

 

11

Chevalier arlequin

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mouette rieuse

71

 

2

 

84

1

 

2

 

328

 

488

Goéland leucophée

5

 

4

 

 

 

 

 

 

2

 

11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cigogne noire

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cigogne blanche

74

2

22

 

12

1

 

 

 

7

 

118

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand Cormoran

119

6

252

21

61

1

 

49

 

17

 

526

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spatule blanche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bihoreau gris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26

 

26

Héron garde-boeufs

9

38

1

 

15

 

 

 

 

2

 

65

Héron cendré

82

41

37

13

55

24

2

22

17

22

38

353

Grande Aigrette

167

104

156

13

68

30

6

6

1

5

29

585

Aigrette garzette

1

 

 

 

3

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pélican blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Busard des roseaux

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martin-pêcheur d'Europe

2

 

 

2

1

1

1

1

 

1

1

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faucon pèlerin

 

 

1

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pipit spioncelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bruant des roseaux

 

 

 

5

 

 

 

 

 

3

 

8

posté par Bernard Sonnerat
page :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 255

Ligue pour la Protection des Oiseaux AIN
email: ain@lpo.fr
5 rue Bernard Gangloff - 01160 Pont d'Ain
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2022