www.faune-ain.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Oedicnème criard 2021
       - 
Vipère aspic 19-21
       - 
Lézard des souches 20-23
       - 
Hibou moyen-duc 2021
       - 
Mésange noire 2021
       - 
Vanneau huppé 2021
       - 
Faucon hobereau 2021
       - 
Rat des moissons 20-22
       - 
Ecureuil roux 20-21
       - 
Grenouille agile 21-22
       - 
Paon du jour 2021
       - 
Anax napolitain 2021
       - 
Aïolope automnale 20-22
       - 
Mante religieuse 21-22
 - 
Les galeries
Actualité , aide et statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste de la biodiversité communale
 - 
Cartes de présence
Mode d'emploi
Etudes et réseaux
Vie associative
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 233
 
jeudi 2 septembre 2021
Mammifères
Journées « petits mammifères » du 30 septembre au 2 octobre à Songieu (01)

Dans le cadre de l’atlas des mammifères de Rhône-Alpes, des journées « petits mammifères » sont organisées du 30 septembre au 2 octobre à Songieu (01).

Au programme :

  • formation sur les techniques de détection des petits mammifères et sur leur identification,
  • captures,
  • ateliers autour des indicateurs de suivi.

Ces journées seront co-encadrées avec la Réserve Naturelle Nationale du Marais de Lavours et Fabrice Darinot son conservateur spécialiste du rat des moissons. Nous aurons la chance de capturer avec lui. Aussi, nous aurons les interventions de Jean-François Desmet sur les musaraignes, Christophe Gilles sur le muscardin (avec terrain recherche de nids et noisettes) et Daniel Ariagno.

Il reste des places pour les bénévoles! Cette formation est accessible aux adhérents LPO pour 40 € par personne (pour les 2 jours). Informations et inscriptions à francisque.bulliffon@lpo.fr

posté par Francisque Bulliffon
 
mardi 10 août 2021
Oiseaux
Le Conseil d'État juge "illégales" des chasses "traditionnelles" d'oiseaux

Ces techniques étaient utilisées dans les Ardennes et le sud-ouest de la France. La décision intervient après l'interdiction de la chasse à la glu en juin.

Le Conseil d'État a jugé vendredi "illégales" plusieurs techniques de chasse traditionnelles d'oiseaux, des techniques utilisées dans les Ardennes et le sud-ouest de la France, après l'interdiction de la chasse à la glu en juin.

Saisi par les associations la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et One Voice, "le Conseil d'État annule aujourd'hui plusieurs autorisations de chasser les vanneaux huppés, pluviers dorés, alouettes des champs, grives et merles noirs à l'aide de filets (pantes, tenderies) ou de cages (matoles)".

Ces autorisations "ne sont pas conformes aux exigences du droit européen relatif à la protection des oiseaux", selon un communiqué du Conseil d'État.

La directive européenne "oiseaux" de 2009 interdit les techniques de capture massive d'oiseaux sans distinction d'espèces. Une dérogation est possible "à condition d'être dûment motivée et dès lors 'qu'il n'existe pas d'autre solution satisfaisante' pour capturer certains oiseaux", rappelle le Conseil d'État.

"Les autorisations ministérielles en cause (...) ne sont pas dûment motivées" et le ministère n'a pas démontré que ces méthodes de chasse traditionnelles "sont les seules permettant de procéder à la capture des vanneaux huppés, pluviers dorés, alouettes des champs, grives et merles noirs".

"Le seul motif de préserver ces méthodes de chasse dites 'traditionnelles' ne suffit pas à les autoriser", poursuit le Conseil d'État.

Les associations saluent "une victoire historique"

One Voice a immédiatement salué "une victoire historique dans la lignée de celle décrochée face aux chasseurs à la glu". Cette technique de piégeage avec des tiges enduites de colle a été interdite en juin par la justice, qui après des années de rebondissement, a jugé qu'elle met des oiseaux en danger autres que ceux visés par cette chasse, les grives et les merles.

La LPO, de son côté, "demande désormais au gouvernement d'agir en conséquence et d'abolir ces pratiques d'un autre âge".

"Si l'on pouvait concevoir l'usage des chasses traditionnelles en période de disette ou de guerre, il ne s'agit plus aujourd'hui que d'un simple loisir", constate son président Allain Bougrain Dubourg, rappelant que les oiseaux des villes et des champs voient leurs populations s'effondrer à cause des activités humaines en France.

Des scientifiques ont encore tiré la sonnette d'alarme fin mai, demandant d'agir plus vite et plus fort pour changer les pratiques agricoles, notamment liées aux pesticides, renoncer à certaines chasses ou repenser la rénovation des bâtisses.

Les chasseurs dénoncent "une décision insupportable"

La Fédération nationale des chasseurs (FNC) dénonce pour sa part "une décision insupportable", "sans le moindre fondement sérieux".

"Elle en appelle au Premier ministre Jean Castex" et va "examiner tous les recours juridiques possibles". "Pour nous, les chasses traditionnelles sont l'essence même de la passion de la chasse et seront toujours au coeur de la défense de nos pratiques cynégétiques", indique son président Willy Schraen, cité dans le communiqué.

posté par Bernard Sonnerat
 
dimanche 8 août 2021
Localiser vos observation avec des cartes plus précises !

Depuis quelques jours, des nouveaux fonds de carte sont désormais accessibles sur Faune-France, ses portails locaux et NaturaList :

- IGN Ortho 20 couvre la France de photos, dont la définition est de 20 cm au sol : vous pouvez dès lors saisir vos données avec une diabolique précision, à la touffe d'herbe dans l'exemple ci-dessus.

- IGN Plan V2, au facteur de zoom le plus élevé, vous permet d'atteindre la précision cadastrale (voir ci-dessous).

Fonds de carte sur Ordinateur

Pour sélectionner votre couche cartographique favorite sur les portails web, il vous suffit de cliquer sur l'icône "Couche" de votre carte de saisie (Transmettre mes observations) :

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFIconoAutre/CartoPlanIGNV2white.JPG

 

Pour afficher, par défaut, votre couche cartographique favorite, il faut la sélectionner dans Mon Compte/Personnalisation du site :

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFIconoAutre/Cartepardfautsurleweb.JPG

Fonds de carte sur NaturaList

Sur NaturaList, il vous suffit, comme sur le Web, de sélectionner l'icône "Couches" lors du positionnement de vos observations. Vous pouvez aussi choisir une couche par défaut dans vos paramètres, en cliquant sur "Préférences". Enfin, il vous est possible de télécharger les fonds de carte de vos secteurs de prospection et ainsi de pouvoir saisir vos observations hors connexion.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFnews/CartosurNaturaListwhite.JPG

extrait du site  LPO Haute-Savoie

posté par Bernard Sonnerat
 
vendredi 2 juillet 2021
La LPO Auvergne-Rhône-Alpes contribue activement à l’ORB !

L’Observatoire régional de la Biodiversité est un dispositif piloté par l’État et la Région pour rassembler, diffuser et valoriser les données et démarches en lien avec la connaissance sur la biodiversité dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Financées par la DREAL et la Région, les missions de l’ORB sont assurées par les animateurs des pôles thématiques (Conservatoires Botaniques Nationaux Alpins et du Massif Central, association Flavia APE, Ligue pour la Protection des Oiseaux et Fédération régionale des chasseurs) avec l’appui technique de l’Office Français de la Biodiversité.

Chaque pôle fédère sur ses thématiques un réseau d’acteurs multiples : associations, collectivités territoriales, établissements publics, bureaux d’études, naturalistes etc. L’Observatoire rassemble également différents centres de ressources thématiques sur la biodiversité en Auvergne-Rhône-Alpes.

Le conseil d’administration de la LPO qui s’est tenu le 10 janvier 2020 a décidé de pleinement s’investir dans la démarche en participant à l’animation du pôle vertébrés, en versant des données naturalistes. En tout, ce sont plus de 3 millions de données qui ont d’ores et déjà été versées à ce dispositif ! Une fois versées à l’ORB, les données deviennent publiques et sont disponibles pour une meilleure prise en compte dans les différents projets.

Sur les invertébrés, toutes les données de papillons de jours, libellules et orthoptères ont été mises à disposition de l’ORB. Seuls ces groupes ont été versés car la vérification y est homogène. Pour les autres groupes d’invertébrés, la vérification étant hétérogène il a été fait le choix de ne pas les verser pour le moment. La réflexion sera relancée à l’automne.

Sur les vertébrés, actuellement seules les données de 2018 ont été versées en dégradant certaines informations géographiques sur des espèces sensibles (tous les gîtes à chauves-souris, données cachées) et les données de loup et de lynx ont été exclues. Au cours de l’année 2021, les données de 2017 et 2019 seront versées.

Pour des questions de respect du RGPD, toutes les données ont pour le moment, été anonymisées. Un travail est en cours avec un cabinet d’avocats pour pouvoir diffuser le nom des observateurs qui le souhaitent. Par ailleurs, n’ont été versées que les données pour lesquelles la LPO dispose des droits d’utilisation. Ont ainsi été exclues les données fournies par nos partenaires avec qui nous n’avons pas encore échangé sur l’ORB ou qui n’ont pas souhaité que nous versions leurs données (généralement parce qu’ils les versent en direct !). Toutes les données versées à l’ORB sont consultables sous la forme de synthèse dans Biodiv’AuRA Atlas.

Pour toute question sur l’ORB et l’implication de la LPO, vous pouvez contactez Julien GIRARD-CLAUDON (julien.girard-claudon@lpo.fr). Si vous souhaitez vous investir dans la démarche de validation des données naturalistes, vous pouvez contacter vos référents locaux (contacts disponibles dans la barre de gauche).

posté par Francisque Bulliffon
 
vendredi 2 juillet 2021
Oiseaux
Atlas Oiseaux de France - Que et où rechercher en juillet-août

Que et où rechercher en juillet-août

 

 

Où chercher?

 

L'enquête de l'atlas des oiseaux nicheurs continue sa progression dans l'Ain. Toutefois, les déficits de prospection constatés depuis le printemps (et les années précédentes pour certaines zones) ne sont pas complètement comblés. Ainsi, le nord-ouest du département au nord d'une ligne Thoissey-

Courmangoux demeure anormalement pauvre en espèces, trois carrés 10x10 km comptant moins de 25 espèces (8, 21 et 21)! Le Pays de Gex semble aussi pouvoir faire mieux et certaines carences y sont étonnantes. Ainsi, la Tourterelle turque est-elle loin d'y être présente partout en plaine! Cela appelle une confirmation!

 

Que chercher?

 

Ces mois d'été amènent la fin de la période de reproduction de bon nombre d'espèces. Si les manifestations vocales s'estompent considérablement, il demeure toutefois bien du travail de recherche à effectuer!

Les grèbes, particulièrement le Castagneux, se reproduisent souvent assez tardivement. C'est aussi le cas de bon nombre d'espèces d'Anatidés, la Nette rousse et les fuligules en particulier. L'enquête LIMAT s'étant achevée en juin pour ces espèces, les observations de juillet-août apporteront bon nombre de précisions sur leurs calendriers de reproduction, leurs effectifs et la taille des familles. Cette reproduction tardive caractérise aussi les gallinules poules d'eau et les râles aquatiques. Pour cette dernière espèce, des affûts près des vasières jouxtant des roselières permet de voir les jeunes de l'année, presque invisibles autrement. Ces mois sont aussi la période idéale pour observer les allers-retours des blongios en charge de famille.

La première quinzaine de juillet est souvent la plus favorable au recensement des colonies de guifettes moustacs.

Dans les zones forestières, les jeunes bondrées éclosent seulement et ce seront les dernières à migrer en automne. Par contre, c'est déjà le grand départ des milans noirs. Sur le relief, les jeunes aigles royaux s'envolent à cette époque, comme les faucons hobereaux en plaine. Dans les falaises, les jeunes grands-ducs sont souvent assez visibles à cette période.

Dans les milieux agricoles, la fauche des prairies et la moisson des céréales à paille permet de découvrir les familles de perdrix et faisans. Surveillez bien les champs de céréales pour intervenir auprès des agriculteurs en cas de découverte d'un nid de busards dans ces champs. Les travaux d'après moisson sont mis à profit par les oedicnèmes pour débuter leurs rassemblements postnuptiaux. A condition de bien connaître (ce qui est rarement le cas) les populations printanières, on peut alors estimer leur succès de reproduction-

Sur les Crêts du Jura, des battues organisées par les gestionnaires de ce site et le Groupe Tétras Jura ont la même finalité et vous pourrez peut-être y participer (v les infos sur faune-ain).

Quelques espèces continuent leur reproduction, notamment les pigeons ramiers et les tourterelles turques et toutes les données d'oiseaux chanteurs ou paradant méritent un code de reproduction ad hoc. Bon nombre d'hirondelles de fenêtre élèvent une seconde nichée. Dans les milieux propices, juillet est encore un bon mois pour rechercher les engoulevents et les familles de pies-grièches écorcheurs.

 

Attention aux premiers migrateurs. Il y a bien peu de chances que les limicoles observés ça et là, les sarcelles d'hiver et d'été, les canards souchets, les marouettes en Dombes, se soient reproduits localement et il ne faut pas leur attribuer systématiquement un code atlas. Ceci est également vrai pour les martins-pêcheurs.

Juillet et août marquant la bascule entre période de reproduction et erratisme ou migration postnuptiale, bien des possibilités s'offrent aux ornithologues à cette période. Le mot d'ordre est toujours le même: SORTEZ!

posté par Bernard Sonnerat
 
vendredi 18 juin 2021
Inventaire dans les ZNIEFF !
Inventaire dans les ZNIEFF !
 
La DREAL souhaite actualiser au fil de l'eau les connaissances dans les Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique de la région.
 
La LPO y contribue activement en réalisant des inventaires financés et bénévoles. Par conséquent, nous vous invitons à réaliser des prospections dans les ZNIEFF aux alentours de chez vous sur un maximum de groupes taxonomiques.
 
Tout donnée est intéressante mais si vous le souhaitez, vous pouvez orienter vos prospections sur les espèces dites "déterminantes". Vous en trouverez la liste ici.
 
Par ailleurs, vous trouverez la localisation des périmètres ZNIEFF ici.
 
Vos observations sont à saisir dans VIsionature ou Naturalist en les pointant le plus précisément possible.
 
Merci d'avance et bonnes prospections !
posté par Alexandre Roux (pro)
 
lundi 7 juin 2021
Oiseaux
Atlas Oiseaux de France - où et que rechercher en juin ? - compléments

En complément du message précédemment, voici des espèces qui méritent d'être recherchées :

- la Pie-grièche écorcheur : inscrite et prioritaire dans la Directive Oiseaux, citée dans le DOCOB Dombes, la connaissance de la présence de la PGE devient considérable. Son habitat est aisément reconnaissable : il est constitué le plus souvent d'un binôme haie-prairie. La haie est le plus souvent surtout basse - entre 1,5 et 3m de haut, irrégulière, offrant des perchoirs  dominant l'alentour. Elle comportera une belle proportion d'épineux, tels que Aubépine, Épine noire, Ronce, Églantier, etc. De grands arbres peuvent également lui servir de poste de guet, d'affut. La PGE est aisément repérable aux jumelles, avec lesquelles il suffit de parcourir le sommet de ce type de haie.

- la Fauvette babillarde : le chant est caractéristique, et nous vous invitons à vous en imprégner : haies de Dombes, proche des étangs, bocage bressan. Sa méconnaissance en fait sans doute sous-estimer les populations. Elle n'est pas la seule dans ce cas : les 2 locustelles notamment (l'année est favorable avec le remplissage des étangs sur des vastes zones végétalisée, jonchaies notamment). Ici comme dans les autres cas, où le chant est déterminant, on s'adresse aux ornithologues un peu plus pointus.

Ajoutons également le Pigeon colombin dans un autre type de haie plus arborescent : haies de haut jet et alignements de vieux arbres, tilleuls, platanes, marronniers, etc. entre autres bien sur. Plus présent en Bresse et en Val de Saône qu'en Dombes pour ce qui concerne la plaine.

- L'Oedicnème criard : l’enquête LIMAT passera dans l'Ain très à coté de ses populations. LIMAT conseille un dénombrement des groupes postnuptiaux. Or pour ce faire il faut déjà les connaitre. Si ceux de la plaine de l'Ain sont assez bien maitrisés, d'autres existent quoique méconnus dans l’ouest de la Dombes (Savigneux, St Trivier) : nous attirons l'attention sur les cris nuptiaux en soirée des œdicnèmes " au chant évoquant celui de courlis...

posté par Benoit Feuvrier
 
jeudi 3 juin 2021
Oiseaux
Atlas Oiseaux de France - où et que rechercher en juin ?

Où prospecter en juin ? 

Après plusieurs mois d'enquête atlas, les zones méritant une prospection accrue se confirment nettement. Au premier rang de celles-ci, le nord du Val de Saône et de la Bresse sont très largement déficitaires: des carrés 10x10 km à 8, 20 ou 27 espèces sont très clairement  sous prospectés et c'est sur ceux-ci que l'effort devra porter maintenant. Ensuite, tous les carrés limitrophes avec d'autres départements (à l'exception des marais de Lavours et de l'Etournel) comptent un nombre parfois très  faible d'espèces. Certes, ces carrés ont souvent une superficie assez faible dans notre département et toute comparaison est dès lors difficile mais il est évident que des carrés à 2, 8 et 11 espèces dans le Pays de Gex ou 3 espèces dans le Val de Saône hébergent plus d'espèces. Pour autant, pour certains d'entre eux, mais pas tous, la prospection hors des limites départementales vient atténuer ces déficits. 

Que chercher en juin ?

Pour bon nombre d'espèce de passereaux, les parents ont charge de famille et leurs manifestations territoriales sont fortement réduites.

Partout, les différentes espèces de grèbes couvent ou élèvent leurs poussins et c'est donc un bon moment pour estimer leurs populations (données à communiquer à M. Benmergui dans le cadre de l'enquête Limat). Chez les Ardéidés, c'est la fin des chants pour le Butor étoilé mais la pleine saison de ceux de Blongios. C'est aussi l'apogée de la fréquentation des colonies arboricoles ou en roselières des autres espèces qui peuvent être potentiellement accompagnés de spatules ou d'ibis falcinelles. Si la reproduction des oies cendrées touche bientôt à sa fin, celle des autres Anatidés (tous concernés par l'enquête Limat) est bien lancée et des observations minutieuses (de préférence dans les deux heures précédant le coucher du soleil lorsque le couvre-feu sera levé) permettront d'estimer les populations et/ou de contacter des espèces peu fréquentes dans nos contrées : sarcelle d'été, sarcelle d'hiver, canard souchet, canard pilet, fuligule nyroca.

Dans les milieux boisés, grâce aux allers-retours des adultes, il faut rechercher les sites de reproduction (mieux vaut une observation à distance si possible en surplomb qu'une recherche des aires depuis le sol) des rapaces diurnes: Bondrée apivore, Milans noir et royal, Circaëte, Autour des palombes, Buse variable, Aigle royal.  La même technique peut s'appliquer en plaine dans les roselières et les milieux cultivés pour les trois espèces de busards, le Busard cendré étant devenu bien rare, et conduire éventuellement à des mesures de sauvegarde des oeufs ou poussins.

Juin est peut-être le meilleur mois pour observer les familles de Gallinacés : Perdrix grise (apparemment disparue comme reproductrice dans l'Ain) et rouge, Faisans de Colchide et vénéré.

C'est aussi au cours de ce mois que les cailles et, bien plus localement, les râles des genêts chantent le plus et les douces soirées et débuts de nuits sont propices à leur repérage.

Dans les zones humides, parfois de très petite étendue, les poussins de la tardive Poule d'eau ont désormais éclos.

En Dombes, la recherche des colonies d'Echasses (enquête Limat) , de Laridés (Mouette rieuse, Guifette moustac) (enquête Oiseaux marins) permettra de voir comment ces espèces se sont adaptées aux inondations de début mai.

C'est la pleine période de reproduction de la Tourterelle des bois et juin nous permettra d'évaluer la situation de l'espèce dans l'Ain.

 

En juin, méfiez-vous du début de l'erratisme postnuptial de plusieurs espèces de limicoles, laridés, Corvidés, du Grand Cormoran et du Martin-pêcheur;  aussi, et n'accordez des codes atlas que si vous êtes sûr que votre observation en mérite un.

Profitez de la fin du couvre-feu le soir pour rechercher les petits ducs et les engoulevents  dans les milieux qui semblent favorables: une bonne surprise est peut-être à attendre! Si la croûle décline en juin, la recherche des bécasses reste encore bien possible.

Les jeunes huppes s'envolent généralement en juin et les groupes familiaux sont alors facilement détectables. Les guêpiers et les hirondelles de rivage forment des ballets incessants sur leurs sites de reproduction, ce qui les rend bien visibles. Par contre, même sur leurs colonies, les grives litornes s'avèrent bien discrètes! Les rousserolles sont en charge de famille et sont assez facilement repérables alors: Effarvatte et Turdoïde (plus localisée) en plaine, Verderolle dans les zones fraîches sur le relief. Situation similaire pour les pies-grièches écorcheurs.

Bien souvent, vous emploierez bien votre temps en prospectant par temps calme aux premières heures du jour et lors de celles qui précèdent et suivent immédiatement le coucher du soleil. Le reste de la journée, surtout lors de journées chaudes sera peu rentable pour les oiseaux mais pourra être consacré à la recherche d'autres groupes tels que les insectes.

 

Responsable départemental LIMAT: M. Benmergui- maurice.benmergui@orange.fr

Responsables départementaux enquête oiseaux marins: A. Bernard- alain.bernard711@orange.fret P. Crouzier- pierre_crouzierfr@yahoo.fr

Responsables départementaux de l'atlas: M. Benmergui, A. Bernard, L. Braz- faulo19@hotmail.com  et B. Feuvrier benoitfeuvrier@hotmail.com

posté par Benoit Feuvrier
 
dimanche 30 mai 2021
Oiseaux
Oiseau de France en ligne , le nouveau portail dédié à l'Atlas des oiseaux de France
Oiseaux de France, le nouveau portail dédié à l'Atlas des oiseaux de France est en ligne. Rendez-vous sur https://www.oiseauxdefrance.org.

Le premier objectif du projet Oiseaux de France (ODF) est de mettre à jour les cartes de répartition des espèces, en période de reproduction et d’hivernage sur la période 2019-2024.

Le portail propose un indicateur d’avancement de l’Atlas, qualifié d'indice de Complétude. Pour chaque maille, il donne  le pourcentage d'espèces signalées avant et après 2019.

En cliquant sur une maille, il est par ailleurs possible d'obtenir la liste des espèces signalées durant ces deux périodes. Tout observateur obtient donc l'inventaire des espèces potentiellement présentes et peut dès lors concentrer son attention sur les oiseaux non encore découverts.

Bonne visite!

 

posté par Bernard Sonnerat
 
mercredi 19 mai 2021
Observation du camp militaire de la Valbonne
Chers adhérent(e)s et contributeurs(trices),
 
Cette année, la LPO a été mandatée une nouvelle fois sur le programme LIFE Valbonne, coordonné par le Ministère des Armées, en partenariat avec le Conservatoire d'Espaces Naturels Rhône-Alpes et la Fédération Départemental des Chasseurs de l'Ain. Nous intervenons sur le camp pour de nombreuses actions d'inventaires et de suivis de l'avifaune. La réalisation de ce travail financé en partie par l’Union Européenne, nécessite une collaboration étroite avec le camp militaire de la Valbonne. Ainsi, l’accès au terrain militaire passe par une déclaration des jours et heures de présence des intervenants afin d’éviter tout incident. La liste des personnes venant de la LPO a également été fournie et validée (identité, téléphone, plaque du véhicule). Ainsi, si vous observez des naturalistes sur le terrain militaire, il s'agit très probablement des intervenants LPO, ou d'autres structures ,sur ce programme LIFE qui ont obtenue l'autorisation.
 
En dehors de ces personnes préalablement identifiées, l'accès au camp militaire est, comme indiqué par les nombreux panneaux qui le délimitent, strictement interdit et nous rappelons qu'il y a un réel danger de mort. Les contrevenants s'exposent à des poursuites judiciaires (verbalisation et amende, passage au tribunal). Par ailleurs, les observateurs d’oiseaux en infraction dans le camp feront perdre la crédibilité de la LPO auprès des responsables du camp et du CEN RA, et mettront en péril l’action de notre association pour la biodiversité dans cet espace naturel. Aussi nous vous demandons de respecter la signalisation et de ne pas rentrer dans le camp militaire.
 
Rappelons que l'observation de la faune du camp est tolérée depuis les espaces de stationnement au bord des routes et qu'il existe plusieurs points d'observation que vous pouvez utiliser sans enfreindre la loi.
 
Nous vous remercions par avance pour votre compréhension.
 
l'équipe de la LPO DT Ain.
posté par Francisque Bulliffon
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 233

Ligue pour la Protection des Oiseaux AIN
email: ain@lpo.fr
5 rue Bernard Gangloff - 01160 Pont d'Ain
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2021