www.faune-ain.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune d'Auvergne-Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Lézard des souches 20-23
       - 
Trachémyde écrite (Tortue de Floride) 2022
       - 
Chevalier guignette 21-22
       - 
Cassenoix moucheté 21-22
       - 
Alouette des champs 21-22
       - 
Ouette d'Egypte 2022
       - 
Pinson du Nord 21-22
       - 
Harle bièvre 21-22
       - 
Sarcelle d'hiver 21-22
       - 
Rat des moissons 20-22
       - 
Grenouille agile 21-22
       - 
Belle Dame 2022
       - 
Aïolope automnale 20-22
       - 
Frelon asiatique 20-22
       - 
Mante religieuse 21-22
 - 
Les galeries
Actualité , aide et statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste de la biodiversité communale
 - 
Cartes de présence
Mode d'emploi
Etudes et réseaux
Vie associative
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 247
 
vendredi 28 janvier 2022
Mammifères
Envie de vous investir dans le suivi du castor ?

Appel à bénévoles motivés ! Envie de vous investir dans le suivi du castor ? En partenariat avec Jura Nature Environnement, la LPO Ain et le SR3A ; FNE réalise une formation aux indices de présence suivie d'une prospection terrain sur le Suran vendredi 11 février. Nous recherchons des bénévoles pouvant s’invertir sur le projet dans la durée. Au programme : - Formation sur le castor sur le terrain (identification des indices de présences, biologie, écologie) - Prospection terrain sur le ruisseau du Bourney

Pour plus d'informations : biodiversite-ain@fne-aura.org / vincent@jne.asso.fr - 0614502690

Document à télécharger :  Affiche_PNA_Castor-2893.pdf
posté par Emilie Müller
 
mercredi 26 janvier 2022
Oiseaux
Wetlands - Ain : résultats du comptage du 15 janvier 2022

Nous sommes passés en quelques heures d'une Dombes que nous pensions vide d'oiseaux à un record d'Anatidés.

En effet, des conditions anticycloniques ont favorisé un brouillard tenace qui nous a contraints à repousser les dénombrements du samedi matin à son après-midi puis au dimanche. Seuls l'étang Chassagne à Chalamont et ceux de la Fondation P. Vérots ont bénéficié d'un ciel provisoirement dégagé le samedi et ont été dénombrés ce jour.

La journée du dimanche a commencé tout aussi mal et le coordinateur local s'arrachait le peu de cheveux lui restant. Et puis un splendide soleil a remplacé le brouillard vers 13 heures et là où n' n'avions jusqu'alors le plus souvent rien vu ou seulement les silhouettes fantomatiques de quelques oiseaux, de nombreuses troupes de canards sont enfin apparues. Ainsi, les 32 Anatidés d'une espèce péniblement vus le samedi sur l'étang Chapelier le samedi se sont transformés en 1621 oiseaux de six espèces l'espace de quelques heures le dimanche. Le miracle de la multiplication des canards !

Ce n'était pourtant pas évident car on craignait que le gel quasi généralisé des étangs depuis quelques jours n'ait entraîné le départ de la plupart des oiseaux.

2022 est pourtant l'année du record d'Anatidés avec 29821 individus (précédent: 29168 en 2020), la 5ème année consécutive à plus de 25000. Encore s'agit-il probablement d'un minimum cas plusieurs observateurs ont l'impression d'avoir sous-estimées les troupes compactes de Colverts sur la glace.

 

 

Pour une fois, seuls 44 % de ces oiseaux stationnaient sur des sites en réserve de chasse ou habituellement peu chassés (57 % en 2019, 71 % en 2021 et une moyenne de 65 % sur la période 2019-2021) probablement parce qu'il n'y avait plus de chasse aux oiseaux sur 40 communes dombistes depuis fin décembre ce qui a entraîné une redistribution des canards sur un nombre élevé de sites.

Pour les espèces, le bilan est plus contrasté.

Seule l'Ouette enregistre un record local à mi-janvier (13 oiseaux) et devient chaque année plus régulière (7ème année consécutive). Pourtant touché par l'influenza aviaire (mais peut-être pas plus que d'autres espèces, un cadavre de cygne étant plus visible et mettant plus de temps à disparaître que celui d'un Anatidé de plus petite taille), le Cygne tuberculé maintient ses effectifs à un niveau élevé, le deuxième jamais noté, comme celui du Canard siffleur. La population d'oies cendrées est en chute de 368 individus mais est malgré cela la troisième plus élevée depuis l'apparition locale de l'espèce. C'est encore une très bonne année (la 3ème plus élevée) pour la Sarcelle d'hiver sur une belle série puisque les 4 dernières années sont aussi les 4 meilleures depuis l'existence (1975) de ces recensements.

Le Canard souchet (400) est à son 4 ème plus fort effectif, le Tadorme (42) à son 5ème, en recul par rapport aux deux années précédentes, mais enregistrant dorénavant 14 années consécutives de présence, le Pilet à sa 6ème année, le Colvert est à sa 7ème meilleure année mais son effectif a peut-être été sous estimé (v. ci dessus).

C'est nettement moins bien pour les autres espèces d'Anatidés: le Fuligule morillon (11ème année), le Canard chipeau (16ème année), la Nette rousse (22ème année), et le Fuligule milouin (32ème année).

On retiendra aussi la présence de 3 milouinans (record de 5 en 1988) , l'espèce n'ayant été notée que 8 années sur la période 1975-2022, et les respectivement 8ème et 10ème années de présence ininterrompue du Cygne chanteur et du Harle bièvre.

Dans les autres groupes, il faut retenir le record de foulques macroules (6133 contre 6075 en 1988, les deux seules années à plus de 6000) alors que l'espèce paraissait en déclin local et l'apparition de la Talève sultane (2) dans ces recensements hivernaux. Toutefois, la population était d'au moins 70 individus à la fin de l'été et il est à craindre que tout soit à recommencer pour l'espèce en Dombes.

La Grue cendrée égale son record de 2016 (13 individus) et n'avait jusqu'alors jamais été notée 2 années consécutives, peut-être en relation avec le réchauffement climatique et/ou l'augmentation du nombre d'hivernants en Camargue. Ce réchauffement climatique explique probablement aussi la présence d'une nouvelle Spatule hivernante (4 fois depuis 2018) et, ,pour la première fois lors de ces recensements, celle d'une Cigogne noire.

A noter aussi la seconde donnée d'un pélican blanc en hiver, celui-ci ayant adopté, comme son prédécesseur, l'enclos des pélicans sur le parc ornithologique de Villars.

Assez bonne année pour la Cigogne blanche (7ème année) avec sa 22ème année consécutive.

Année moyenne pour le Grèbe huppé (17ème année) et le Grand Cormoran (16ème année) qui connaît sa 25ème année de présence ininterrompue.

La situation est aussi contrastée chez les Ardéidés: .c'est moyen pour le Bihoreau, le Garde-boeufs, présent de manière ininterrompue depuis 2012, la Grande Aigrette (toujours présente depuis 1998) mais médiocre pour le Héron cendré qui revient à son effectif moyen des années 1970-2000 et connaît sa deuxième plus mauvaise année depuis 2000 (128 en 2003).

 

Espèce

Dombes

Bresse

Vallée de l'Ain (1)

Vallée de l'Oignin

Lac

de Nantua

Lac de Sylans

Etournel

(2)

Lac de

Divonne

Étangs du

Pays

de Gex

Total

Département

Bernache nonnette

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Oie cendrée

1466

 

 

 

 

 

 

 

 

1466

Oie à tête barrée x cendrée

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

(Oie cygnoïde)

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cygne tuberculé

1153

12

162

1

 

 

8

4

 

1340

Cygne chanteur

9

 

 

 

 

 

 

 

 

9

Ouette d 'Égypte

13

 

 

 

 

 

13

2

 

28

Tadorne de Belon

42

 

 

 

 

 

 

 

 

42

Canard souchet

400

 

 

 

 

 

1

 

 

401

Canard chipeau

359

3

3

 

 

 

44

68

 

477

Canard siffleur

881

5

 

 

 

 

 

 

 

886

Canard colvert

15626

455

225

3

45

 

74

30

 

16458

Canard pilet

283

 

 

 

 

 

 

 

 

283

Sarcelle d'hiver

4211

3

1

 

 

 

58

 

 

4273

Nette rousse

16

 

 

 

 

 

 

 

 

16

Fuligule milouin

4830

6

1

 

13

 

 

 

 

4850

Fuligule nyroca

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Fuligule milouin x nyroca

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Fuligule morillon

522

 

 

 

19

 

1

 

 

542

Fuligule milouinan

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Macreuse brune

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

Harle bièvre

1

1

21

4

 

 

24

1

 

52

Total Anatidés

29828

485

414

8

77

0

223

105

 

31140

Râle d'eau

1

 

 

 

 

 

4

 

1

6

Talève sultane

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Gallinule poule d'eau

102

71

3

 

 

 

 

2

 

178

Foulque macroule

6133

193

146

6

111

 

17

79

2

6687

Grue cendrée

13

 

 

 

 

 

 

 

 

13

Grèbe castagneux

8

 

26

5

15

 

1

 

 

55

Grèbe huppé

142

95

26

3

21

3

 

1

 

288

Vanneau huppé

207

 

 

 

 

 

 

 

 

207

Courlis cendré

37

 

 

 

 

 

 

 

 

37

Bécasseau variable

71

 

 

 

 

 

 

 

 

71

Bécassine des marais

6

 

 

 

 

 

 

 

 

6

Chevalier culblanc

11

 

2

 

 

 

 

 

 

13

Chevalier arlequin

10

 

 

 

 

 

 

 

 

10

Mouette rieuse

488

205

 

 

 

 

 

4

 

697

Goéland pontique

 

1

 

 

 

 

 

 

 

1

Goéland leucophée

11

213

17

 

 

 

3

1

 

245

Goéland brun

 

2

 

 

 

 

 

 

 

2

Cigogne noire

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cigogne blanche

118

367

 

 

 

 

 

 

 

485

Grand Cormoran

526

186

111

 

5

 

10

17

1

856

Spatule blanche

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Bihoreau gris

26

 

 

 

 

 

 

 

 

26

Héron garde-boeufs

65

258

7

 

 

 

 

 

 

330

Héron cendré

353

28

28

2

3

 

4

3

 

421

Grande Aigrette

585

19

8

 

 

 

5

1

 

618

Aigrette garzette

6

 

 

 

 

 

 

 

 

6

Pélican blanc

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Busard des roseaux

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Martin-pêcheur d'Europe

10

3

 

 

 

 

3

 

 

16

Faucon pèlerin

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Berger. des ruisseaux

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

Bergeronnette grise

 

 

 

 

 

 

40

1

 

41

Pipit spioncelle

1

 

2

 

 

 

 

 

 

1

Bruant des roseaux

8

 

 

 

 

 

2

 

 

10

 

(1) : Du pont de Thoirette (39) à la confluence avec le Rhône + plans d'eau de la basse-vallée de l'Ain.

(2) : de la frontière suisse au pont Carnot + plans d'eau issus de gravières connexes.

 

Il y a peu à dire des autres secteurs.

Les étangs du Pays de Gex sont à peine moins pauvres qu'en 2021 (pas d'oiseaux du tout).Le lac de Divonne est bien loin de son intérêt d'antan mais retient quand même de petites troupes de chipeaux et de foulques. Dans ce secteur, seul l'Etournel n'est pas trop en recul, retenant même l'essentiel de l'effectif départemental de harles bièvres, dont il constitue un bastion historique, et toujours des canards chipeaux.

Le Lac de Sylans affiche presque un zéro en dehors de 3 grèbes huppés. C'est mieux sur Nantua, fréquenté par quelques dizaines de fuligules.

Avec 414 oiseaux pour la vallée de l'Ain et la Bresse, nous sommes à des totaux d'Anatidés bien inférieurs à la moyenne 2011-2021 (560 en vallée de l'Ain avec des extrêmes de 307-801, 1040 en Bresse avec des extrêmes de 247-1409). Le gel de 2022 ne peut pas tout expliquer et le déclin est net sur ces deux sites depuis 2000.

Dans la vallée de l'Ain, la seule satisfaction vient du Cygne tuberculé qui voit son 2ème meilleur effectif, essentiellement dû à la troupe de la retenue de Cize. Il faut retenir également la présence d'une macreuse brune, bien peu fréquemment notée lors de ces recensements hivernaux.

La Bresse est devenue depuis quelques années la plaque tournante de la Cigogne blanche dans l'Ain. Les 367 individus de 2022 apportent le 2ème meilleur effectif local, encore loin du record de 422 oiseaux en 2019.C'est l'année du record pour le Garde-boeufs dans cette région: 258 individus.

Après 2021, le Goéland pontique (1 oiseau dans les deux cas) est mentionné pour la seconde année. Est-ce l'amorce d'une plus grande régularité?

 

 

 

Rendus encore plus difficiles que d'habitude par un brouillard tenace, les recensements d'oiseaux d'eau n'ont pu être effectués que grâce à la ténacité et à la compétence de T. Beroud (Fondation P. Vérots), E. Bureau, P. Chevret ( Parc-Réserve de Villars-les-Dombes), M. Benmergui (Office Français de la Biodiversité), A. Bernard, P. Brunet, F. Bulliffon, O. Chevreuil, M. Clerc, M. et P. Crouzier, P. Fossard, B. Fournier, S. Gardien,C. Giacomo, C. Guyard, M. Kerdraon, A. Labé, J. et Y. Lachenal, A. Lamy, T. Lengagne, L. Mery, E. Müller et B. Sonnerat.

Ils en sont chaleureusement remerciés.

A. BERNARD

 

Espèce

Nord

Ouest

Centre

est

Est

Sud

ouest

Sud

est

Fondation Vérots

Birieux

Chapelier

Réserve

Villars

Chassagne

Total

Dombes

Bernache nonnette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

Oie cendrée

163

3

 

 

15

8

 

699

289

285

4

1466

Oie à tête barrée x O. cendrée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

(Oie cygnoïde)

8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cygne tuberculé

430

217

238

8

127

107

4

11

1

10

 

1153

Cygne chanteur

 

 

 

7

 

 

 

 

 

 

2

9

Ouette d'Egypte

 

2

 

 

 

 

 

2

 

9

 

13

Tadorne de Belon

1

 

 

 

1

 

 

29

 

11

 

42

Canard souchet

11

133

46

 

97

9

 

 

56

48

 

400

Canard chipeau

185

68

3

3

51

9

 

26

 

7

7

359

Canard siffleur

17

85

184

 

3

409

 

48

 

135

 

881

Canard colvert

2329

1393

691

358

1005

406

91

3320

1180

3146

1107

15626

Canard pilet

4

32

9

 

 

103

 

70

2

62

1

283

Sarcelle d'hiver

208

164

93

125

918

350

45

2130

93

67

17

4211

Nette rousse

6

1

 

 

 

6

 

3

 

 

 

 

Fuligule milouin

1735

371

1230

3

331

799

 

349

 

12

 

4830

Fuligule nyroca

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Fuligule milouin x F. nyroca

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Fuligule morillon

255

147

44

 

33

39

 

 

 

 

4

522

Fuligule milouinan

2

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

3

Harle bièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

1

Total Anatidés

5357

3216

2538

504

2581

2246

140

6687

1621

3794

1144

29828

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Râle d'eau

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

 

1

Talève sultane

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Gallinule poule d'eau

1

5

 

 

1

 

 

 

 

95

 

102

Foulque macroule

3004

743

448

23

990

737

33

 

6

42

7

6133

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grue cendrée

 

 

 

 

3

 

 

10

 

 

 

13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grèbe castagneux

5

 

 

 

1

1

 

1

 

 

 

8

Grèbe huppé

69

1

9

 

1

5

 

39

10

 

8

142

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vanneau huppé

37

 

19

 

150

1

 

 

 

 

 

207

Courlis cendré

37

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

37

Bécasseau variable

71

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

71

Bécassine des marais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6

 

6

Chevalier culblanc

4

 

3

 

 

 

 

2

 

2

 

11

Chevalier arlequin

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mouette rieuse

71

 

2

 

84

1

 

2

 

328

 

488

Goéland leucophée

5

 

4

 

 

 

 

 

 

2

 

11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cigogne noire

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cigogne blanche

74

2

22

 

12

1

 

 

 

7

 

118

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand Cormoran

119

6

252

21

61

1

 

49

 

17

 

526

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spatule blanche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bihoreau gris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26

 

26

Héron garde-boeufs

9

38

1

 

15

 

 

 

 

2

 

65

Héron cendré

82

41

37

13

55

24

2

22

17

22

38

353

Grande Aigrette

167

104

156

13

68

30

6

6

1

5

29

585

Aigrette garzette

1

 

 

 

3

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pélican blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Busard des roseaux

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martin-pêcheur d'Europe

2

 

 

2

1

1

1

1

 

1

1

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faucon pèlerin

 

 

1

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pipit spioncelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bruant des roseaux

 

 

 

5

 

 

 

 

 

3

 

8

posté par Bernard Sonnerat
 
samedi 22 janvier 2022
Oiseaux
29 & 30 janvier 2022 – comptage national des oiseaux des jardins !
Mésange charbonnière, Verdier d’Europe, Chardonneret élégant… ? Quelles seront les espèces présentes dans votre jardin cette année ? Découvrez-les en participant au week-end national de comptage des oiseaux des jardins organisé par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle. Petits ou grands, novices ou expérimentés, à la ville ou à la campagne… vous êtes tous invités à prendre part à la 10e édition de ce grand comptage.

Depuis 2013, les opérations de comptage national des oiseaux des jardins permettent à chacun d’agir concrètement en faveur de la connaissance et de la protection de notre avifaune en alimentant les bases de données naturalistes. Lors du comptage de janvier 2021, plus de 17 250 jardins ont pris part à cette opération permettant de dénombrer plus de 540 000 oiseaux partout en France, avec en tête Moineau domestique, Mésange charbonnière et Mésange bleue. Quelles seront les espèces les plus présentes dans les jardins cet hiver ? Pour le savoir participez au comptage. Il n’est pas nécessaire d’être un expert en ornithologie, il suffit d’avoir un peu de temps, d’aimer regarder ce qu’il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile !

 

Pour participer, c’est tout simple…

  • Choisir un jour d’observation : samedi 29 ou dimanche 30 janvier, et un créneau d’1 heure. En cette période hivernale, privilégiez la fin de matinée ou le début d’après-midi, lorsque les températures sont un peu plus chaudes et les oiseaux plus actifs ;
  • Trouver un lieu d’observation : un jardin ou un balcon, à la ville ou en campagne. Un parc public peut également servir de lieu d’observation ;
  • Compter et noter durant 1 heure tous les oiseaux qui visitent le jardin. Afin de ne pas compter 2 fois le même oiseau, conservez au final que le nombre maximal d’oiseaux de la même espèce observés en même temps ;
  • Transmettre les données sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : www.oiseauxdesjardins.fr.
  •  

Que se passe-t-il dans les jardins cette année ?

Un rapide coup d’œil aux données déjà collectées par les participants à l’Observatoire des oiseaux des jardins montre un afflux remarquable de Pinson du Nord cette année. Entre octobre et décembre 2021 ils ont été observés dans 16,5% des jardins suivis, contre seulement 1,5% sur la même période en 2020. Cela laisse présager de belles observations de l’espèce cet hiver. Il en est autrement du Moineau friquet (cousin du Moineau domestique – pour apprendre à les différencier consulter sa fiche Confusion ici) qui se fait de plus en plus rare dans les jardins au fil des années. Sur cette même période (octobre à décembre), il était présent dans 1,5% des jardins en 2021, contre 5,5% en 2019 et 4,5% en 2018. L’observerez-vous cette année ?  Alors ouvrez l’œil !

 

Pour vous aider

 

Nous espérons vous voir nombreux à participer à cette nouvelle édition de ce grand comptage.  Rendez-vous les 29 et 30 janvier 2022 !

posté par Bernard Sonnerat
 
mardi 11 janvier 2022
Oiseaux
Déjà 12 500 € pour les zones humides ! : Aidez nous à protéger la zone humide de 17 hectares dans le Nord Isère, l'étang du Grand Albert
 
 
 
 
Déjà 12500 euros pour les zones humides ....Grâce à votre générosité, nous avons déjà récolté plus de 12 500 € dans le cadre de notre appel à financement participatif pour protéger les zones humides et remettre en eau l'étang du Grand Albert (17 hectares dans le Nord Isère). Il reste encore un mois pour atteindre notre objectif de 30 000 €.
N'hésitez pas à relayer largement cet appel. Merci pour votre générosité.
 
Soutenez la LPO dans ses projets de création et de restauration de mares, milieux qui accueillent de nombreuses espèces en danger !
 
Les zones humides sont des éléments essentiels de notre écosystème. Véritables spots de biodiversité, elles accueillent un cortège d’espèces liées les unes aux autres : plantes aquatiques, insectes, mollusques, libellules, amphibiens, oiseaux, mammifères…
En 60 ans, on estime avoir perdu plus de 50% de la surface des zones humides en France : assèchement, pollution, remblais... Et la situation perdure encore aujourd'hui.
  • 100% des espèces d'amphibiens dépendent des zones humides.
  • 50% des espèces d'oiseaux dépendent des zones humides.
  • 30% des plantes protégées dépendent des zones humides.
C'est pourquoi la LPO a décidé d'agir en créant des mares et en restaurant des zones humides.

Un projet phare est aujourd’hui en cours : la remise en eau d’une zone humide de 17 hectares dans le Nord Isère, l'étang du Grand Albert, qui permettra d'accueillir des centaines d’espèces protégées.

Tous les renseignements en cliquant ici


posté par Bernard Sonnerat
 
samedi 18 décembre 2021
Oiseaux
Wetlands : les résultats 2021 enfin disponibles !

    
 
 


Oiseaux de France

Décembre 2021
n°6

Wetlands : les résultats 2021 enfin disponibles !

OISEAUX D'EAU - WETLANDS - BILAN NATIONAL 2021


"Quand les grèbes plongent, les canards restent en surface et les « limis » décollent". Figurez-vous que cette brève de comptoir « ornitho », au passage tout à fait cohérente, s’applique aussi au comportement des effectifs des trois groupes d'espèces précités ! C’est entre autre ce que vous allez découvrir dans le bilan Wetlands 2021 et ses annexes (les fiches espèces et la synthèse Limicoles côtiers) !

Au programme :
  • Wetlands 2021 : le bilan des effectifs et un résumé des tendances des 70 principales espèces suivies dans le cadre des comptages Wetlands 
  • Zoom "site" : la Camargue
  • Zoom "espèce" : l’Huîtrier Pie
  • Outremer : le suivi des oiseaux d’eau à Mayotte
  • International : la Tunisie et le site de Sebkhet Sejoumi
  • Espèces exotiques : la Bernache du Canada
  • Enquêtes spécifiques : le Réseau National Avocette élégante 
Bonne lecture !
Découvrir >>

posté par Bernard Sonnerat
 
jeudi 16 décembre 2021
Oiseaux
Recherche et comptage des dortoirs de Milans Royaux hivernants.

Durant la période hivernale, le Milan royal est une espèce grégaire qui forme des dortoirs regroupant plusieurs dizaines voire centaines d’individus. Ces dortoirs sont situés dans de petits boisements, bosquets ou alignements d’arbres, généralement à proximité de fermes ou hameaux leur assurant une certaine tranquillité. L’emplacement d’un dortoir peut varier d’une année à l’autre et même d’un jour à l’autre. 

Chaque année depuis 2007, le comptage des dortoirs est organisé au niveau national au mois de janvier dans le cadre de l’action 3 du Plan National d’Action Milan Royal. 

 

Quelques dortoirs ont été localisés par le passé dans l’Ain, notamment dans le pays de Gex, proche de Bourg en Bresse et le long du Rhône dans le sud du département. 

Cette année, nous aimerions pouvoir participer à ce comptage national des Milans royaux hivernants. Cela consiste donc à trouver les dortoirs puis à les compter lors du comptage national qui aura lieu sur un week-end en janvier (le 8-9 janvier 2022). 

Nous vous demandons donc d’être vigilant à la présence de regroupement de milans posés dans les arbres. 

Dans le cas où vous ne connaissait pas de dortoir à proximité, nous pourrons vous transmettre les localisations des anciens dortoirs connues. Il vous suffira d’aller vérifier les anciennes localisations.  

 

 

Si vous êtes intéressé par cette action, vous pouvez contacter Emilie Müller par mail : emilie.muller@lpo.fr.

posté par Francisque Bulliffon
 
dimanche 5 décembre 2021
L’Influenza aviaire de nouveau signalée en Dombes

 

L’Influenza aviaire sévit à nouveau en Dombes. Vous pourrez être amenés à constater une mortalité inexpliquée ou inexplicable d’oiseaux sur les étangs, dans la campagne, près des habitations. Un oiseau d’eau suffit pour faire un signalement auprès des services de l’Etat. Pour les autres oiseaux, il faudra que vous constatiez une mortalité anormale, de plusieurs oiseaux plus ou moins au même endroit. Ne touchez pas ces oiseaux, ne les ramassez pas : appelez simplement le service départemental de l’Ain de l’OFB à Birieux au 04 74 98 38 98.

posté par Bernard Sonnerat
 
lundi 22 novembre 2021
Mammifères
Étude de la mortalité routière : nous avons besoin de vous !

LPO Auvergne-Rhône-Alpes
14 avenue Tony Garnier
69007 Lyon
auvergne-rhone-alpes.lpo.fr
 
 
 
LPO Auvergne-Rhône-Alpes
22 novembre 2021
 
 
 
LPO AuRA
 
 
 
Étude de la mortalité routière :
nous avons besoin de vous !
 
 
 
 
Plus de 280 millions d’oiseaux et de mammifères sont renversés sur les routes d'Europe chaque année. Malgré ces quelques estimations, nous en savons encore très peu sur ce sujet, comme par exemple :
  • Quelle est la mortalité chez les autres groupes de vertébrés, amphibiens et reptiles, que l’on observe souvent écrasés en bord de route ?
  • Quelles sont les espèces de la liste rouge qui sont particulièrement menacées par les écrasements routiers ? Des réponses spécifiques peuvent-elles être apportées ?
  • Quelles sont les caractéristiques géographiques qui font de certains endroits des "points noirs" de collisions ?
  • Quelles sont les caractéristiques biologiques qui rendent certaines espèces plus vulnérables que d’autres ?

Pour répondre à toutes ces questions scientifiques, une thèse menée par Annaëlle Bénard sous la direction de Thierry Lengagne (CNRS) et Christophe Bonenfant (CNRS) est en cours, en étroite collaboration avec la LPO Auvergne-Rhônes-Alpes (encadrement : Julien Girard-Claudon).

Ce travail de recherche est mené grâce à votre contribution au module "mortalité" de la base de données (80 000 observations). Vos contributions à cette base de données sont donc d’une importance capitale ! Aussi, pensez à reporter systématiquement les animaux écrasés sur les bords de route et à synchroniser vos observations dès que possible si vous utilisez l’application Naturalist, car certaines parties du projet requièrent l’utilisation de données en temps réel.

Vous voulez nous aider davantage ?
Nous sommes à la recherche de volontaires pour participer à une expérience scientifique visant à estimer la vitesse de disparition des carcasses. Pour en savoir plus ou participer, il suffit de rentrer vos coordonnées à l’aide du formulaire ci-dessous pour être recontacté par Annaëlle.
 
Merci.
 
Remplir le formulaire de contact
 
 
 
Photo : Jacques Prévost
 
 
 
 

posté par Bernard Sonnerat
 
samedi 23 octobre 2021
Pour une agriculture vivante - Faites un don

L’agriculture nous est vitale et la biodiversité est vitale pour l’agriculture. Alors préservons le Vivant dans nos campagnes.

Auxiliaires de culture, pollinisateurs, prédateurs, toutes les espèces des milieux agricoles sont en déclin. Aidez la LPO à les faire revenir sur les fermes. Notre avenir en dépend.

 

Comment nous aider ?

Votre don peut restaurer la biodiversité agricole.

Comment ?

En finançant des installations qui permettent à la biodiversité de regagner les milieux agricoles, la LPO aide directement les agriculteurs à faire revenir le Vivant dans leurs fermes. C’est pour réaliser ces actions que la LPO AuRA fait appel à votre générosité. Vos dons serviront à financer des aménagements (mares, nichoirs, haies...) ou des actions directes sur le terrain (sauvegarde des busards cendrés, diagnostic écologique...).

Rendez-vous sur Hello Asso pour faire un don : https://www.helloasso.com/associations/lpo-auvergne-rhone-alpes/collectes/pour-une-agriculture-vivante

 

Des agriculteurs engagés nous expliquent comment la LPO les aide à préserver la biodiversité sur leurs parcelles :

 

https://youtu.be/yz456JA4mUE

 

 

Exemples d’actions

  • Les haies

Les haies et alignements d’arbres offrent une multitude d’intérêts :

  • Pour la faune sauvage : gîte pour le hérisson, cheminement pour l’hermine et le triton, nectar et abri pour les papillons, nid pour la huppe ou le torcol, perchoir pour la pie-grièche…
  • Pour le bétail : ombrage, abri contre le vent…
  • Pour l’homme : production de fruits et de bois, rétention de l’eau dans le sol, lutte contre l'érosion du sol, stockage du carbone, régulation de l'humidité, création de microclimats...

Mais depuis les années 60, de nombreuses haies ont été détruites pour faciliter le passage des engins agricoles afin de permettre aux agriculteurs de travailler plus vite et de cultiver plus de surface.

Dans les secteurs où le bocage peut être restauré, nous recherchons des agriculteurs qui sont intéressés pour replanter des haies ou des alignements d’arbres. Nous les accompagnons avec nos partenaires pour savoir où les installer, choisir les essences d’arbres et arbustes adaptées au terrain et favorables à la biodiversité, faire les commandes, organiser la distribution de plants et participer aux chantiers de plantation.

 

https://www.youtube.com/watch?v=k3C92Xd1Cww

 

  • Les nichoirs

Que ce soit pour les chouettes, les petits oiseaux, les chauves-souris, et parfois même les insectes, les nichoirs et les gîtes permettent de pallier le manque d’habitats naturels. Les vieux arbres avec des cavités sont abattus pour cause de sécurité ; les bâtiments sont restaurés, les fissures bouchées, les accès aux combles fermés, les portes des granges condamnées... Certains gîtes ou nichoirs sont relativement faciles à construire ou à installer (nichoirs à mésanges, gîtes à chauves-souris), mais d’autres nécessitent des compétences techniques et naturalistes plus poussées pour être vraiment efficaces, notamment les nichoirs pour les chouettes.

Nous installons des nichoirs sur les bâtiments des fermes, dans les vergers, dans les bosquets ou les haies. Ainsi, leurs occupants peuvent de nouveau jouer leur rôle d’auxiliaires de l’agriculture en pollinisant les plantes et en consommant insectes et rongeurs.

 

  • La protection des busards cendrés

Le busard cendré est un oiseau migrateur qui a la particularité de nicher au sol dans les prairies naturelles et les landes. Dans nos paysages agricoles où ces milieux sont devenus rares, il s’installe majoritairement, au début du mois de mai, dans les prairies cultivées et les champs de céréales. Afin d’éviter la destruction des nids lors des fauches ou des moissons et permettre aux oiseaux de mener leur reproduction à son terme, la LPO organise chaque année une grande campagne de repérage et de protection des nichées, en lien avec les agriculteurs concernés. Les scientifiques estiment que si les nichées d’un territoire n'étaient pas protégées, la population de ce secteur disparaitrait en à peine une quinzaine d'années !

D’autres espèces d'oiseaux nichant au sol dans les cultures et les prairies sont très menacées : le tarier des prés, l’œdicnème criard, le vanneau huppé, le courlis cendré, l’outarde canepetière, le râle des genêts...

 

https://www.youtube.com/watch?v=vwDxvEKTt4Q

 

  • Les mares

Souvent créées par l’homme pour répondre à des besoins d'abreuvement du bétail ou de lutte contre les incendies, les mares ont vu leur nombre diminuer fortement en même temps que disparaissaient ces usages traditionnels. Pourtant, elles accueillent une biodiversité remarquable et constituent notamment un habitat de prédilection pour les libellules et les amphibiens (tritons, crapauds, grenouilles) dont les populations connaissent un fort déclin ces dernières années. Ces espèces sont pourtant très utiles ! Elles participent par exemple à la régulation des populations de moustiques et leur présence est un indicateur d’une eau de bonne qualité. Et les hirondelles, en plus de manger les insectes qui se reproduisent dans la mare, trouvent sur leurs berges la boue qui leur est nécessaire pour construire leurs nids.

 

https://www.youtube.com/watch?v=uLtC-CtyoXM

Premières espèces observées, quelques semaines seulement après la création de cette mare dans le cadre du Contrat Vert et Bleu du Grand Rovaltain. La mare accueille aujourd'hui de nombreux amphibiens, notamment le triton palmé et le triton alpestre !

 

  • Les diagnostics écologiques

La LPO réalise des inventaires et des diagnostics sur la faune, la flore et les milieux afin de proposer aux agriculteurs des solutions adaptées au contexte écologique local. Réaliser des inventaires des espèces sauvages présentes, faire des préconisations d'actions ou de pratiques pour consolider la présence de certaines espèces ou favoriser leur retour, choisir avec l'agriculteur les actions qui peuvent être mises en place et définir leurs emplacements, les dates d'intervention, les matériaux ... Voilà en quoi consiste un diagnostic.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=gEP4uzgrqmg&t=6s

 

 

La biodiversité en déclin aujourd'hui

 

Le saviez-vous ? Les résultats des suivis annuels des populations d'oiseaux montrent une diminution de 15 % depuis 2002 des espèces des milieux agricoles. Parmi celles-ci, les populations ont diminué pour :

  • le coucou gris : - 25 %
  • l’alouette des champs : - 16 %
  • le pipit des arbres : - 55 %
  • le bruant jaune : - 52%
  • le moineau friquet : - 65 %
  • la tourterelle des bois : - 64 %
  • la huppe fasciée : - 27%.

Les hirondelles ont subi également un déclin sans appel : on estime avoir perdu plus de 40 % des effectifs en 30 ans !

Il en va malheureusement de même pour d’autres espèces autrefois communes de nos milieux agricoles : les populations de chouettes (notamment la chevêche d’Athéna et l’effraie des clochers) sont en baisse, et le hérisson d’Europe, allié des agriculteurs car mangeur de limaces et autres insectes amateurs de légumes, subit de plein fouet la fragmentation des milieux et la régression de ses habitats et de ses ressources alimentaires.

Pourtant, il est bien connu que certaines espèces sont de véritables alliées des agriculteurs !

 

Pour n’en citer que certaines, les rapaces, comme les chouettes, hiboux, busards, milans, aident les agriculteurs à se débarrasser de certains petits rongeurs qui nuisent à leurs récoltes. Le renard est lui aussi un auxiliaire efficace car c'est un grand chasseur de campagnols.

 

Des agriculteurs volontaires


Pour enrayer le déclin de la biodiversité et retrouver des paysages propices au développement de la faune et de la flore, la LPO agit directement sur le terrain avec les agriculteurs. Accompagnement individuel, conseils, installation d’aménagements, protection d’espèces menacées… Les projets sont multiples et permettent aux agriculteurs d'évoluer dans leurs pratiques en étant accompagnés par des naturalistes professionnels.

Ce travail collaboratif offre l’opportunité à des agriculteurs de s'engager dans une démarche de préservation de la biodiversité, à l'heure où les consommateurs recherchent de plus en plus des produits responsables et éthiques.

La LPO Auvergne-Rhône-Alpes travaille depuis de nombreuses années aux côtés des agriculteurs pour les accompagner dans leur démarche de prise en compte de la biodiversité. Les salariés et bénévoles de l’association s’impliquent au quotidien dans cette mission, mais ce travail ne peut se faire sans l’investissement et la volonté des agriculteurs.

 

Votre don fera la différence.

Merci à toutes et à tous pour votre générosité.

posté par Bernard Sonnerat
 
samedi 23 octobre 2021
Le bulletin LPO Info AuRA n°2 est disponible . Bonne lecture

Retrouvez toutes les actualités de vos délégations territoriales, des groupes thématiques, du centre de soins LPO, ainsi que des conseils pour votre jardin et Refuge.

 

Au sommaire

3 La LPO AuRA militante

4 Le temps fort de la LPO AuRA

6 Les nouvelles des délégations territoriales

10 Les groupes régionaux

11 La vie du centre de soins

11 Le comité juridique

12 Campagne de protection d’espèces

13 Quel oiseau observer ?

13 L’espèce du trimestre

14 L’Assemblée générale 2021

14 Le Conseil national de la LPO France

15 Conseils au jardin

15 Zoom sur un Refuge LPO

  • Le cahier régional, 16 pages sur l’actualité de votre association en Auvergne-Rhône-Alpes

Consultez également les cahiers locaux des autres délégations de la LPO AuRA, 
 

Bonne lecture à toutes et à tous !

 

 

posté par Bernard Sonnerat
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 247

Ligue pour la Protection des Oiseaux AIN
email: ain@lpo.fr
5 rue Bernard Gangloff - 01160 Pont d'Ain
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2022