www.faune-ain.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Vipère aspic 19-21
       - 
Lézard des souches 20-23
       - 
Hibou moyen-duc 2021
       - 
Mésange noire 2021
       - 
Alouette lulu 2021
       - 
Cincle plongeur 2021
       - 
Rougequeue à front blanc 2021
       - 
Coucou gris 2021
       - 
Oedicnème criard 2021
       - 
Pic épeichette 2021
       - 
Ecureuil roux 20-21
       - 
Grenouille agile 21-22
       - 
Argus vert 2021
       - 
Paon du jour 2021
       - 
Aïolope automnale 20-22
       - 
Ascalaphe soufré 2021
       - 
Cercopis vulnerata 2021
 - 
Les galeries
Actualité , aide et statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste de la biodiversité communale
 - 
Cartes de présence
Mode d'emploi
Etudes et réseaux
Vie associative
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 223
 
lundi 3 mai 2021
Oiseaux
Chasse au Grand tétras : la justice sanctionne lourdement l'Etat !
posté par Bernard Sonnerat
 
vendredi 30 avril 2021
Oiseaux
Atlas des Oiseaux de France : Que rechercher en mai ?

Mai est marqué par la fin de la migration prénuptiale et voit donc le retour des migrateurs les plus tardifs: Blongios nain, Crabier chevelu, Bondrée apivore, ¨Rêle des genêts, Caille des blés, Tourterelle des bois, Engoulevent d'Europe, Guêpier, Monticole de roche, Pies-grièches, Hypolaïs polyglotte, Rousserolles, Bruant ortolan. C'est donc le mois parfait pour les recherches en vue de l'atlas des oiseaux nicheurs, d'autant plus que les restrictions de déplacements doivent être levées au début du mois.

 

Où chercher?

Même si les 'trous' de prospection se comblent un peu, le nord de la Bresse et du val de Saône sont encore largement sous prospectés, comme apparaissent, dans une moindre mesure, le Pays de Gex, les Crêts du Jura et la région d'Oyonnax. Toutefois, pour toutes les mailles 10x 10 km, le nombre d'espèces présentes est loin d'avoir atteint le niveau de l'atlas régional rhônalpin durant l'enquête 1995-1997 et un effort soutenu doit encore être largement mené.

 

Quand chercher?

L'augmentation de la durée du jour et l'apparition de la chaleur font que les deux heures suivant le lever du soleil et les deux heures précédant son coucher sont les plus favorables à la détection des oiseaux. Lorsque le couvre-feu actuel sera levé (début juin ou un peu avant espérons le), profitez donc de ces créneaux horaires pour chercher les oiseaux nicheurs et profitez du reste de la journée pour d'autres activités naturalistes (botanique, entomologie).

 

Que chercher?

S'il faut encore faire attention à des migrateurs en escale hors de leurs sites de reproduction future (Traquet motteux, Tarier des prés, Rousserolle verderolle, etc), presque toutes les observations d'oiseaux se rapportent à des nicheurs potentiels et la tâche est immense. Partout, il faut veiller à respecter les propriétés privées, les réserves et, bien sûr, accorder la priorité absolue à ne pas déranger les oiseaux en cette période cruciale.

 

Dans le Val de Saône, il faut commencer à rechercher les cantonnements des cailles et des râles de genêts, devenus bien rares, voire ceux des barges à queue noire.

En Dombes, la cohorte des oiseaux plus ou moins directement liés aux étangs est immense et le champ des recherches est très large: colonies de Laridés, oiseaux paludicoles (Butor, Blongios, Héron pourpré, locustelles, rousserolles, Phragmite des joncs, Bruant des roseaux, éventuellement Gorgebleue), premières familles d'Anatidés, colonies de hérons arboricoles (Héron cendré, Bihoreau, aigrettes) au sein desquelles il faut aussi rechercher les spatules et très éventuellement les grands cormorans. P

En Plaine de l'Ain, les premiers poussins d'oedicnèmes apparaissent dans les rares milieux encore favorables. Des points d'écoute à intervalles réguliers le soir permettront peut-être de détecter un mâle chanteur de Canepetière et, qui sait, une micro population. C'est dans les gravières et au bord de l'Ain, qu'il faut rechercher les petits gravelots et les colonies d'hirondelles de rivage et de guêpiers. Pour cette espèce, de nombreux oiseaux erratiques ou encore migrateurs peuvent être mentionnés un peu partout tout le mois.

Sur le relief, chercher les pies-grièches écorcheurs et, dans les zones de mégaphorbiaie, les rousserolles verderolles apporte chaque année son lot de surprises, bonnes ou mauvaises, avec parfois en supplément un râle des genêts cantonné provisoirement. Dans les zones de falaises, s'épanouissent les hirondelles de rochers et les martinets à ventre blanc. C'est là qu'il faut rechercher les faucons pèlerins et la petite (mais en expension) population d'aigles royaux.

Sur les Crêts du Jura, maintenant pleinement accessibles après la fonte des neiges (mais où les restrictions d'accès sont encore nombreuses), la question annuelle est: y a t-il des monticoles de roche et combien? On peut aussi espérer (seulement?)' rencontrer des pics tridactyles, des venturons montagnards, des sizerins, voire des accenteurs alpins mais ces derniers ne semblent plus s'y reproduire depuis longtemps!

Dans les zones favorables, le coucher du soleil (avec les réserves précédentes sur le couvre-feu) peut être mis à profit pour écouter les petits ducs et les engoulevents (pelouses sèches peu densément arborées du Revermont, du bas-Bugey ou de la Plaine de l'Ain) et les bécasses des bois (boisements plutôt situés sur le relief) et découvrir d'étranges ambiances où la vie palpite avant de laisser la place au silence.

En dehors de ces lieux emblématiques du département, l'avifaune dite banale n'en présente pas moins un grand intérêt et chaque contribution à sa connaissance est reçue avec reconnaissance.

Si vous êtes impliqués dans ces protocoles, pensez aussi à effectuer vos STOC, EPOC, EPOC ODF, LIMAT.

Les responsables départementaux des différents aspects de l'enquête atlas (adresses courriels ci-dessous) répondront toujours avec plaisir à vos questions et vous apporteront toutes les précisions en cas de doutes, comme ceux relatifs à un code atlas par exemple.

Enfin, mai est appelé le 'mois des raretés' dans le milieu ornithologique. Chaque année apporte son lot, plus ou moins étoffé, de migrateurs rares, souvent d'origine orientale ou nordique: faucons kobez, chevaliers stagnatiles, bécasseaux divers, sternes, guifettes, mouettes et goélands inhabituels, bergeronnettes printanières de différentes sous-espèces, alouettes calandrelles ou calandres, pipits à gorge rousse. Pour vous en mettre plein les yeux, il n'existe qu'une seule solution: SORTEZ!

 

Responsable départemental LIMAT : M. Benmergui <maurice.benmergui@orange.fr>

Responsable départemental STOC : F. Bulliffon <francisque.bulliffon@lpo.fr>

Responsables départementaux EPOC, EPOC ODF et Atlas général: L. Braz <faulo19@hotmail.com>, B. Feuvrier <benoitfeuvrier@hotmail.com> et A. Bernard alain.bernard711@orange.fr

posté par Benoit Feuvrier
 
mercredi 31 mars 2021
Oiseaux
Atlas Oiseaux de France : Que rechercher en avril?

Que rechercher en avril?

 

Ça y est! L'atlas national des oiseaux nicheurs est désormais bien lancé et les différentes lacunes techniques du départ ont peu à peu disparu.

Dans l'Ain, de nombreuses données ont déjà été enregistrées et on peut déjà dresser la liste des secteurs sous prospectés. Le manque le plus évident (déjà constaté par le passé) se situe grosso modo au nord d'une ligne joignant Jassans-Riottier à Coligny. Dans cette zone, la Bresse en dehors de l'agglomération de Bourg-en-Bresse fait vraiment figure de parent pauvre avec même des mailles 10x 10 km quasi vierges de toute observation! Ensuite, tout le Val de Saône donne l'impression de pouvoir mieux faire, comme la vallée du haut Rhône entre Belley et la frontière suisse.Pour l'instant, la haute chaîne du Jura accuse aussi un retard de prospection.

 

Que chercher et où?

En Dombes, si l'espèce est encore présente, c'est le bon moment pour écouter les chants du butor étoilé là où subsistent des roselières conséquentes. A peu près dans les mêmes milieux, les marouettes (3 espèces potentiellement) arrivent et sont susceptibles de chanter. La repasse (utilisation de chants enregistrés pour provoquer la réponse d'oiseaux cantonnés) doit être utilisée avec parcimonie.C'est dans les milieux ouverts et les bordures d'étangs qu'il faut rechercher les poussins de vanneaux huppés. Les comportements de défense des adultes vis à vis des prédateurs sont un bon moyen pour les découvrir. C'est dans ces mêmes milieux, toujours en Dombes et dans le Val de Saône, que se cantonnent les barges à queue noire dont le vol de parade et les cris particuliers alors émis facilitent grandement la détection. Un peu plus largement répandus, quoiqu'en régression, les courlis cendrés déposent majoritairement leurs pontes en avril mais sont encore bien détectables.

Avril est un bon mois pour découvrir les bruyantes colonies (*) de mouettes rieuses et y rechercher d'éventuelles mouettes mélanocéphales. Plus tard dans la saison, elles seront souvent accompagnées de grèbes à cou noir et de diverses espèces d'Anatidés. Un peu partout à proximité de l'eau (îles des étangs dombistes, bancs de galets et îles dénudées sur les cours d'eau voire falaises surplombant le haut-Rhône, il faut aussi s'intéresser aux nids isolés ou aux colonies de goélands leucophées (*).

En Plaine de l'Ain, la recherche d'éventuelles outardes canepetières dans les rares secteurs encore pas totalement défavorables peut commencer mais se lancer dans cette recherche ne peut se faire sans une forte dose d'optimisme! Toujours en Plaine de l'Ain, mais aussi sporadiquement en Dombes, Bresse et Val se Saône, les oedicnèmes paradent ce qui les rend plus détectables qu'en pleine saison de reproduction.

Si elle a beaucoup régressé ces dernières décennies, la huppe est encore présente ça et là en plaine et sa répartition actuelle doit être précisée. Dans les zones de piémont, le torcol peut être contacté grâce à ses chants. D'autres picidés sont encore bien détectables: pics noir, mar, épeichette.

Dans les zones ouvertes où subsistent des prairies (Val de Saône, Plaine de l'Ain, Bugey), avril est marqué par les chants des alouettes des champs.

Nous savons peu de choses sur la biologie du cincle plongeur, à peine plus sur sa répartition. Des recherches spécifiques seront les bienvenues. Discret en toute saison, l'accenteur mouchet appelle les même recherches.Les vocalisations du rossignol sont heureusement moins discrètes et permettent de le contacter facilement. L'enquête atlas permettra de préciser sa répartition sur le relief et les altitudes maximales atteintes. Y a t-il encore des gorgebleues nichant au bord de l'Ain et en Dombes?

Dans des milieux très différents, c'est maintenant que s'installent les rougequeue à front blanc, merle à plastron,grives litorne et draine, locustelles tachetée (attention aux oiseaux se cantonnant très provisoirement dans des milieux divers et ne méritant pas un code atlas!) et luscinioïde, phragmite des joncs, rousserolle effarvatte, fauvettes passerinette, babillarde, grisette, des jardins, pouillots de Bonelli, siffleur, fitis (même remarque que pour la locustelle tachetée), loriot (répartition à préciser en zone de piémont), serin cini, venturon montagnard, linotte mélodieuse, sizerin flammé, bouvreuil pivoine, grosbec, bruants fou, des roseaux et proyer.

Avril n'est pas que le temps de la reproduction mais correspond aussi à celui du début de la migration de nombreuses espèces: busard cendré, aigle botté, faucons hobereau et kobez, caille des blés, râle des genêts, mouette pygmée, sterne pierregarin, guifettes, tourterelle des bois, petit-duc, martinet noir, rémiz penduline, bruant ortolan.

Alors, prenez vos jumelles et faites vous plaisir! Pour autant, à l'heure où sont écrites ces lignes, la perspective d'un nouveau confinement semble se préciser. Ne prenez pas de risques pour vous mêmes et n'en faites pas courir aux autres. S'il faut se contenter de regarder les oiseaux dans son jardin pour ceux qui en possèdent un ou depuis sa fenêtre, alors passons par là une fois de plus en espérant que cette attitude permettra de faire disparaître ce virus.

 

(*) à signaler à la Coordination GISOM: alain.bernard711@orange.fr, pierre_crouzierfr@yahoo.fr

posté par Bernard Sonnerat
 
mardi 23 février 2021
Oiseaux
Atlas des Oiseaux de France Webinaire national

Nous organisons le VENDREDI 26 FEVRIER 2021, de 17h à 18h30, un Webinaire de lancement du projet d'Atlas Oiseaux de France. Nous aborderons différents points :

  •  Objectifs
  •  Cohérence des différents dispositifs d'ODF
  •  Collecte des données
  •  Focus sur la méthode d'estimation des effectifs nicheurs

LIEN DE CONNEXION : 

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_OTE0NDE1ZDQtMWFkZi00OTBkLTg5ZmQtNWYwY2QxOGU5YjM1%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%22fbf094ff-916b-4a7f-96a7-cf00a58fb96a%22%2c%22Oid%22%3a%222280d29e-7ee0-4aec-8146-d336b8f47fab%22%7d

 
Pour celles et ceux qui ne sont pas familiers avec l'utilisation de Teams, vous pouvez consulter CE DOCUMENT.
 
Encore merci pour votre investissement dans le projet ODF.

 

Jérémy Dupuy
Responsable de projet "Enquêtes et atlas avifaunistiques"

posté par Alexandre Roux (pro)
 
samedi 20 février 2021
Reptiles
Tous les serpents enfin protégés !
Publié au Journal Officiel, l’arrêté fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection marque une avancée attendue en faveur de la protection de la biodiversité.

Une forte mobilisation collective a permis d’attirer l’attention du ministère de la Transition Écologique sur les carences de l'ancienne réglementation. Il était en effet inconcevable que les vipères, en déclin et vulnérables, ne bénéficient pas d'une protection stricte. Le collectif d’associations se félicite qu’un dialogue constructif ait pu être engagé et débouche à la protection de toutes les espèces de serpents.

Ce nouvel arrêté interdit de tuer ou maltraiter l’ensemble des serpents, dont les vipères. Toute personne outrepassant cette interdiction s’expose à deux ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende. Cela signifie également que leurs milieux de vie sont également préservés et qu’il faut désormais les prendre en compte dans l’aménagement de nos territoires.

[Plus d'info]

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-ain.org/userfiles/47996393151d131511e82c.jpg

Légende des images (individus photographiés in situ, sans dérangement): la Vipère péliade, ici de forme mélanique, est en fort déclin dans de nombreuses régions. Sa répartition se limite aujourd'hui à deux principaux noyaux de peuplement.  © Samuel Diebolt
La vipère aspic, également menacée bien que son statut de conservation soit plus favorable que l'espèce précédente, connaît un fort déclin national. Ses populations sont de plus en plus fragmentées dans l'Ain. © Alexandre Roux

posté par Bernard Sonnerat
 
jeudi 18 février 2021
Oiseaux
l'atlas des Oiseaux de France est lancé !

Un nouveau projet d’Atlas digital dénommé Oiseaux de France(ODF) a été lancé par la LPO et ses partenaires en cette année 2021. Il associe un grand nombre d'associations locales, de métropole et d'Outre-mer. Ce projet est soutenu par le Ministère de la Transition écologique et l'Office Français de la Biodiversité. Cette  mise à jour des connaissances de l’avifaune française, s'inscrit dans un rythme décennal des atlas mais aussi dans le sillage de différentes politiques publiques.

Chacun d'entre nous peut participer très facilement à l'amélioration des connaissances sur les oiseaux nichant en France pour signaler la reproduction d'une mésange charbonnière dans un nichoir, celle d'un merle dans la haie du jardin, d'hirondelles de fenêtre sous le rebord des toits dans votre rue, etc. Il suffit pour cela d'aller sur le site faune-ain.ou sur faune-france et de communiquer vos observations comme d'habitude mais en prenant bien attention à apporter un code de reproduction correspondant à votre observation. La liste de ces codes vous sera automatiquement proposée

Vous pourrez aussi compléter votre observation en apportant des précisions sur la taille des familles, l'âge des jeunes si vous pouvez le déterminer. Dans le cas d'espèces nichant en colonies, le nombre de nids occupés vous sera aussi demandé.

Toute participation, aussi minime qu'elle peut vous paraître, a sa place dans ce projet.

En métropole, les cartes seront restituées selon le maillage utilisé par les précédents atlas des oiseaux, à savoir des mailles de 10 x 10 km. Vous pourrez à tout moment en vérifier l'avancement sur votre site préféré.

Bien sûr, l'intérêt des oiseaux est primordial. Mieux vaut s'en tenir à un indice de nidification probable que de courir le risque de faire échouer une reproduction en voulant s'approcher trop près d'un nid par exemple.

Afin de vous aider dans vos recherches, un texte vous permettra chaque mois de savoir quelles espèces doivent être recherchées et où elles doivent l'être, également quelles cartes sont sous prospectées et sont à parcourir préférentiellement.

Selon vos compétences et vos disponibilités, vous pouvez aussi participer à différentes autres enquêtes dont vous serez informé (e) en visitant les infos d'oiseaux de France:

https://www.lpo.fr/actualites/oiseaux-de-france-odf-quesaco?fbclid=IwAR2dgChzW7jeri9yIOzZic4LyV_o36US11fliR_Hi43B5Hc7RRyaQ9saeeQ ou https://www.faune-france.org/index.php?m_id=20108

Bien évidemment, l'équipe chargée de coordonner l'enquête atlas dans l'Ain (Laurence Braz- faulo19@hotmail.com, Maurice Benmergui maurice.benmergui@orange.fr, Alain Bernard alain.bernard711@orange.fr et Benoît Feuvrier benoitfeuvrier@hotmail.com) est là pour répondre le plus rapidement possible à toutes vos questions.

posté par Benoit Feuvrier
 
jeudi 18 février 2021
Oiseaux
Enquête du Groupement d'Intérêt Scientifique Oiseaux Marins (GISOM)

Enquête du Groupement d'Intérêt Scientifique Oiseaux Marins (GISOM)

Un nouveau recensement national (le 6ème pour cette enquête) des oiseaux marins nicheurs de France hexagonale va avoir lieu à partir de ce printemps. Quelques unes de 28 espèces concernées par ce dénombrement se reproduisent dans l'Ain: Grand Cormoran (qui fait l'objet d'un autre recensement national dont les résultats seront communiqués au GISOM), Mouette rieuse, Goéland leucophée, Sterne pierregarin, Guifette moustac et devront faire l'objet d'un suivi particulier.

Toutes ces espèces sont protégées au niveau national et la majorité présente un statut de conservation souvent précaire.

Cet inventaire, prévu pour les deux années 2021-2022, se veut le plus exhaustif possible. Son financement est assuré par l'Office Français de la Biodiversité (OFB) et par la Direction de l'Eau et de la Biodiversité (DEB).

Cette nouvelle enquête permettra d'actualiser les données sur les populations françaises de ces espèces, d'évaluer les tendances démographiques, de mettre en évidence les changements majeurs intervenus durant la dernière décennie. Comparés aux données européennes, ses résultats permettront également de mettre en lumière l'importance patrimoniale des populations françaises dans le contexte international et les priorités en termes de conservation et d'élaboration de plans nationaux de restauration.

Chacun d'entre nous peut participer à cette enquête en communiquant ses observations le plus rapidement possible sur le site faune-ain ou en adressant un courriel personnel à Alain Bernard (alain.bernard711@orange.fr) qui, en collaboration avec Pierre Crouzier, assume la coordination départementale de l'enquête. Dans toute la mesure du possible, un suivi de ces colonies ou couples isolés sera assuré. Vous serez aussi consultés pour assurer une transmission de données précises à la coordination nationale.

Merci d'avance pour votre collaboration.

posté par Bernard Sonnerat
 
lundi 1 février 2021
Oiseaux
Atlas Oiseaux de France : Que rechercher en février-mars?

Février et surtout mars sont très favorables à la recherche puis au dénombrement des oiseaux arboricoles coloniaux: hérons cendrés et grands cormorans (les colonies de ce dernier devant s.v.p être signalées à alain.bernard711@orange.fr) dans les zones humides et le long des cours d'eau, corbeaux freux dans lez zones rurales et dans les milieux péri-urbains de plaine. Après mars, le développement du feuillage contrarie beaucoup le repérage des colonies de ces oiseaux et rend aléatoire l'estimation des effectifs. C'est aussi le bon moment pour repérer les nids occupés de cigognes blanches, la connaissance de leur situation faisant plus tard gagner du temps pour estimer la réussite de la reproduction.

C'est encore bien tôt pour s'intéresser aux Anatidés qui connaissent encore de forts contingents de migrateurs mais on peut découvrir les premières familles de cygnes tuberculés, oies cendrées et canards colverts.

Les busards saint-martin commencent à parader dans les zones ouvertes, comme les autours et buses dans les boisements. En montagne, les aigles royaux rechargent leurs aires et commencent leur ponte, celle-ci étant quasi terminée fin mars chez les faucons pèlerins.

Les cantonnements de faisans débutent dans les zones de basse altitude.

Dans différents milieux ouverts, les courlis cendrés, les œdicnèmes, les petits gravelots et les vanneaux (ces espèces faisant l'objet d'une enquête particulière en 2021-2022) se cantonnent et seuls ces comportements permettent de les distinguer des migrateurs.

C'est aussi vrai pour le Pigeon ramier mais les migrateurs deviennent peu abondants, au contraire des sédentaires présents un peu partout maintenant. Il faut prêter une attention particulière aux pigeons colombins, de plus en plus rares chez nous.

Dans les boisements d'altitude, c'est la pleine périodes des chants de chevêchettes et des chouettes de Tengmalm alors que c'est en plaine qu'il faut écouter les chevêches (surtout en mars) en milieux péri-urbains et les discrets moyens-ducs dans le bocage.

Mars est probablement le meilleur mois pour la recherche de toutes les espèces de pics comme pour celle de l'alouette lulu sur les pelouses sèches avec des boisements clairsemés.

Dès février et de manière généralisée en mars, les hirondelles des rochers virevoltent autour des falaises.

Au bord des eaux vives, les bergeronnettes des ruisseaux et les cincles sont bien visibles lorsqu'ils construisent leurs nids mais deviennent bien plus discrets ensuite.

Un peu partout, les passereaux se cantonnent nettement en mars: rougegorge, rougequeue noir, tarier pâtre, merle noir, grive musicienne, fauvette à tête noire, pouillot véloce, mésanges, roitelets, grimpereaux, étourneau, pinson des arbres, verdier, bruants jaune et zizi.

Plus localement (marais de Lavours mais peut-être aussi ça et là en Dombes et à la confluence de l'Ain avec le Rhône), il faut aussi chercher les gorgebleues. Dans les zones humides, la bouscarle et la cisticole ont progressé, leur survie hivernale étant favorisée par une succession d'hivers doux. Qu'en sera t-il ce printemps?

Ces mois marquent aussi le début des parades des geais qui se poursuivent en groupes tout en émettant des 'chants' seulement entendus à cette saison.

Par contre, il faut se méfier de migrateurs comme les grives draines ou les premiers pouillots fitis qui peuvent se cantonner très provisoirement puis aller ensuite se reproduire loin de là.

Surtout, mars marque le retour du printemps. Plein d'émotions s'offrent au simple promeneur, à plus forte raison au naturaliste: les fleurs et leur odeur, les différentes nuances des feuillages, les insectes. La généralisation des chants des oiseaux survolés par les migrateurs. Pour l'ornithologue, la première hirondelle sur un étang, le vol onduleux de la première huppe, les appels du premier coucou sont autant de signes du renouveau. Pour ceux qui y croient, n'oubliez pas de toujours avoir un peu d'argent sur vous car cette possession lors de votre première audition du coucou vous permettra de ne pas en manquer le reste de l'année. Il faut par contre être très croyant pour se rouler dans la boue le même jour pour ne plus souffrir de rhumatisme jusqu'au printemps suivant.....

posté par Benoit Feuvrier
 
jeudi 28 janvier 2021
Oiseaux
Oiseaux de France : abonnez-vous à la lettre d'info
Oiseaux de France : abonnez-vous à la lettre d'info
posté par Philippe Jourde schedule mercredi 27 janvier 2021, 04:19

Oiseaux de France est une vaste enquête, qui va mobiliser l’ensemble de la communauté des passionnés de nature jusqu’en 2025. Il s'agit de cartographier précisément la répartition de toutes les espèces de France en période de nidification et d'hivernage et, pour le maximum d’entre elles, de déterminer leur tendance d’évolution et d’évaluer leur effectif.

Dans l’attente de la mise en ligne du portail informatique dédié, prévue en mars 2021, nous vous proposons de vous abonner gratuitement à la lettre d’information « Oiseaux de France ». Six numéros sont prévus chaque année. Le premier paraîtra début février. Au programme :  

  • toutes les informations sur l'avancée du projet ODF,
  • les bilans et informations importantes sur les suivis nationaux,
  • des actualités nationales et internationales,
  • le calendrier des enquêtes,
  • des témoignages,
  • des tutos…

Pour s’abonner à la newsletter, cliquez sur l’image ci-dessous :

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/FauneFrance/FFAltasEnqutes/ODFlogonewsletter.png

 

Légende de l'image : le Calliste septicolore est un oiseau grégaire des forêts de l'intérieur de la Guyane. © Michel Clément avec l'aimable autorisation de l'auteur et du GEPOG

posté par Bernard Sonnerat
 
lundi 25 janvier 2021
Oiseaux
Les recensements d'oiseaux aquatiques dans l'Ain à la mi-janvier 2021

Les recensements d'oiseaux aquatiques dans l'Ain à la mi-janvier 2021


 

Alain Bernard

 

Espèce

Nord

Ouest

Centre est

Est

Sud ouest

Sud est

Fond.

Vérots

Birieux

Chapelier

Chassagne

Réserve Villars

Total

Dombes

Bernache nonnette

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

1

Oie cendrée

98

17

17

 

29

212

 

1020

 

319

120

1832

Oie de toundra

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

1

Oie rieuse

 

 

 

 

 

 

 

2

 

 

1

3

Cygne noir

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cygne tuberculé

204

124

185

9

177

176

 

26

 

2

3

908

Cygne chanteur

 

 

 

8

 

1

 

 

 

 

 

9

Ouette d’Égypte

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Tadorne de Belon

5

21

 

 

46

 

 

1

 

4

12

89

Canard souchet

91

19

4

 

63

33

 

11

 

 

3

224

Canard chipeau

56

152

19

 

72

7

 

242

2

 

6

556

Hybride chipeau x colvert

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

1

Canard siffleur

2

9

38

1

11

6

 

1037

 

1

175

1280

Canard colvert

1430

1190

950

347

660

509

201

5356

202

276

3977

15150

Canard pilet

 

 

 

 

2

 

 

728

 

 

21

751

Sarcelle d'hiver

148

65

6

 

62

85

102

4926

1

 

566

5961

Nette rousse

2

 

1

 

 

 

 

17

 

 

3

23

Fuligule milouin

22

4

2

 

354

 

 

45

 

 

2

429

Fuligule nyroca

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

1

Fuligule morillon

7

 

2

 

40

 

 

4

 

 

1

55

Garrot à œil d'or

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Harle bièvre

 

 

7

 

 

 

 

 

 

13

 

20

Total Anatidés

2069

1603

1232

417

1516

1030

303

13418

205

615

4890

27298

Gallinule poule d'eau

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

61

62

Foulque macroule

413

381

28

3

454

7

 

 

39

 

20

1345

Grue cendrée

 

 

 

 

7

1

 

 

 

 

 

8

Grèbe castagneux

 

1

 

 

 

 

 

1

 

 

 

2

Grèbe huppé

5

5

2

 

4

 

 

 

 

 

 

16

Vanneau huppé

 

140

2

 

 

 

 

 

 

 

 

142

Courlis cendré

 

 

59

 

 

 

 

 

 

 

 

59

Combattant varié

 

 

7

 

 

 

 

 

 

 

 

7

Bécassine des marais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5

5

Chevalier culblanc

6

6

3

3

5

3

 

 

 

 

2

28

Mouette rieuse

45

16

89

 

37

 

 

36

 

 

317

540

Goéland leucophée

13

9

2

 

5

5

 

2

 

1

1

38

Cigogne blanche

3

47

5

 

10

20

 

3

 

 

5

93

Grand Cormoran

160

66

18

65

88

6

 

41

1

41

61

547

Spatule blanche

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Bihoreau gris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18

18

Héron garde-bœufs

1

25

7

1

19

5

 

 

 

 

1

59

Héron cendré

178

125

68

59

84

56

3

52

1

 

28

654

Grande Aigrette

185

84

89

32

42

79

5

18

 

1

3

538

Aigrette garzette

 

7

1

 

3

 

 

 

 

 

1

12

Busard des roseaux

 

 

 

 

 

1

 

2

 

 

 

3

Martin-pêcheur d'Europe

1

4

 

1

 

 

 

1

 

 

 

7

 

C'est enfoncer une porte ouverte que de dire que les effectifs d'oiseaux aquatiques lors des comptages Wetlands de mi-janvier (les 47èmes dans l'Ain) sont dépendants des conditions météorologiques. Cet hiver 2020/2021 en aura été un parfait exemple. Jusque début janvier, une douceur très remarquable avait incité de fortes populations d'Anatidés à séjourner en Dombes et les ornithologues fréquentant le site de Birieux n'en croyaient pas leurs yeux. Vinrent la neige et le gel et presque tout (il subsistait 300 oiseaux à Birieux) sembla parti vers des contrées plus hospitalières. On se disait alors que les tournées seraient vite faites et qu'il fallait sortir les gants et les thermos de boissons chaudes.

Advint un redoux la veille du recensement en Dombes et avec lui le soleil chassant le brouillard..et …ramenant bon nombre d'oiseaux.

Le bilan comptable est impressionnant en Dombes avec 27298 Anatidés, le 7ème meilleur effectif et la 4ème année consécutive à plus de 25000. Comme d'habitude, la répartition n'est pas homogène et les sites hors chasse (les 5 les plus à droite du tableau) regroupent 71 % des effectifs, ce qui est mieux que les années précédentes (56 en 2018, 57 en 2019, 67 en 2020). La part des deux étangs de Birieux (Grand Etang et Bois Renard), déjà forte et relativement constante les années précédentes (34 % en 2018, 31 % en 2019, 33 % en 2020), est confortée en 2021 avec 49 % du total dombiste et même des totaux impressionnants de 728 pilets (96 % du total!), 1037 siffleurs (81 %) et un nouveau record dombiste de 4926 sarcelles d'hiver (82 %). Les autres sites en réserve sont donc en fort retrait.

Le bilan est très contrasté lorsqu'on s'intéresse aux effectifs de chaque espèce. Si l'année 2020 avait vu les plus forts effectifs historiques de tadornes de Belon (69) et d'oies cendrées (1568, pour la première fois au dessus de 1000 oiseaux), les records sont à nouveau battus pour ces espèces, avec respectivement 89 et 1832 individus. Le Canard siffleur (1280, précédent record 713 en 2016) , le Canard pilet (751, précédent record de 557 en 2018) et la Sarcelle d'hiver (5961, précédent record de 4498 en 2019) sont à leurs maximaux historiques, confirmant leur bonne santé des dernières années. Si ces Anatidés de surface (comme l'Oie rieuse:4ème meilleure année) se portent bien, c'est moins le cas des Canards chipeau (5ème meilleure année), colvert (9ème) et souchet (13ème).

Comme tous les étangs n'avaient-loin s'en faut- pas dégelé, la situation est encore moins favorable pour les espèces recherchant leur nourriture dans l'eau: Cygne tuberculé, Harle bièvre (5ème meilleure année), Nette rousse (17ème) mais surtout les Fuligules milouin (36ème),et morillon (31ème). Cette explication vaut aussi dans d'autres groupes: Grand Cormoran (15ème), Grèbe huppé (29ème), Foulque (39ème) mais ces deux dernières espèces connaissent depuis longtemps une érosion de leurs effectifs que le gel de 2021 ne fait qu'accentuer.

Pour les Ardéidés, le Bihoreau maintient sa présence (certes peu dynamique: 13ème meilleure année) sur le parc ornithologique de Villars. Les autres espèces présentent à peu près la même situation: 9ème année pour la Grande Aigrette (et la Cigogne blanche), 10ème pour le Garde-bœufs, 11ème pour le Héron cendré, 13 pour l'Aigrette garzette. On retiendra que les deux aigrettes figurent de manière ininterrompue dans ces recensements dombistes depuis 1998.

A titre anecdotique, il faut aussi noter que le Cygne noir est présent pour la seconde année consécutive et la mention de quelques grue cendrée, seulement pour la 5ème fois depuis 1975.

 

 

 

 

 

 


 

Espèce

Dombes

Bresse

Vallée de l'Ain (1)

Vallée Oignin

Lac de Nantua

Lac de Sylans

Etournel

(2)

Lac

de Divonne

Étangs du Pays de Gex

Total

département

Bernache nonnette

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Oie cendrée

1832

 

 

 

 

 

 

 

 

1832

Oie de toundra

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Oie rieuse

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Cygne noir

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Cygne tuberculé

908

11

104

1

 

 

15

2

 

1041

Cygne chanteur

9

 

10

 

 

 

 

 

 

19

Ouette d’Égypte

2

 

 

 

 

 

3

2

 

7

Tadorne de Belon

89

 

 

 

 

 

 

 

 

89

Canard souchet

224

 

 

 

 

 

 

2

 

226

Canard chipeau

556

 

5

 

 

 

88

62

 

711

Hybride chipeau x colvert

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Canard siffleur

1280

 

 

 

 

 

17

22

 

1319

Canard colvert

15150

247

290

58

2

 

65

73

 

15885

Canard pilet

751

 

 

 

 

 

 

 

 

751

Sarcelle d'hiver

5961

 

19

 

 

 

42

8

 

6030

Nette rousse

23

2

8

 

 

 

 

 

 

33

Fuligule milouin

429

12

23

 

 

 

 

 

 

454

Fuligule nyroca

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Fuligule morillon

55

5

2

 

15

 

 

1

 

78

Garrot à œil d'or

1

 

6

 

 

 

 

 

 

7

Harle bièvre

20

 

39

1

 

 

13

2

 

75

Total Anatidés

27298

277

506

60

17

 

243

174

 

28575

Râle d'eau

 

 

 

 

 

 

6

 

 

6

Gallinule poule d'eau

62

68

1

1

 

 

1

 

 

133

Foulque macroule

1345

131

303

16

91

 

7

63

 

1956

Grue cendrée

8

 

 

 

 

 

 

 

 

8

Grèbe castagneux

2

 

21

8

4

 

 

 

 

35

Grèbe huppé

16

42

37

4

20

2

8

6

 

135

Vanneau huppé

142

 

 

 

 

 

 

 

 

142

Courlis cendré

57

14

 

 

 

 

 

 

 

73

Combattant varié

7

 

 

 

 

 

 

 

 

7

Bécassine des marais

5

 

 

 

 

 

 

 

 

5

Chevalier guignette

 

 

 

 

 

 

4

 

 

4

Chevalier culblanc

28

 

3

 

 

 

 

 

 

 

Mouette rieuse

540

612

 

 

29

1

 

15

 

1197

Goéland cendré

 

1

 

 

1

 

 

 

 

2

Goéland argenté

 

1

 

 

 

 

 

 

 

1

Goéland pontique

 

1

 

 

 

 

 

 

 

1

Goéland leucophée

38

168

4

 

 

1

11

2

 

224

Goéland brun

 

2

 

 

 

 

 

 

 

2

Cigogne blanche

93

313

 

 

 

 

 

 

 

406

Grand Cormoran

547

82

79

6

2

1

8

17

 

1148

Spatule blanche

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Bihoreau gris

18

 

 

 

 

 

 

 

 

18

Héron garde-bœufs

59

140

 

 

 

 

 

 

 

199

Héron cendré

654

31

17

3

 

 

6

 

 

711

Grande Aigrette

538

29

10

8

 

 

2

 

 

587

Aigrette garzette

12

 

 

 

 

 

 

 

 

12

Busard des roseaux

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Martin-pêcheur d'Europe

7

4

 

 

 

 

4

 

 

15

Bergeronnette ruisseaux

 

 

 

 

 

 

2

 

 

2

Bruant des roseaux

 

 

 

 

 

 

5

 

 

5

 

(1) : du pont de Thoirette (39) à la confluence avec le Rhône + plans d'eau annexes.

(2) : Rhône de la frontière suisse au pont Carnot + gravières.

 

L'ordre systématique retenu est celui de la Liste Officielle des Oiseaux de France-Version 2020 (Ornithos 27 (3): 170-185)

 

Ailleurs qu'en Dombes, les résultats ne sont guère encourageants. Bon nombre de plans d'eau étaient encore gelés lors du passage des ornithologues et la plupart des sites recelaient bien peu d'oiseaux, la palme revenant au x étangs du Pays de Gex avec un zéro pointé! Pour une fois, la vallée de l'Ain arrive au deuxième rang après la Dombes et bien avant la Bresse en terme de nombre d'Anatidés. Le fait le plus remarquable y est la présence de 10 cygnes chanteurs, dont la famille dombiste de 2020 (2 adultes et 6 jeunes) attirée depuis plusieurs semaines par les zones humides de Pérouges. Ces oiseaux ayant regagné la Dombes le jour du recensement de ce site, le total départemental réel est plus vraisemblablement de 9-10 oiseaux.Toujours dans la vallée de l'Ain, EDF avait beaucoup turbiné pour produire de l'électricité et le niveau de l'Ain était remarquablement bas, guère favorable aux cygnes tuberculés (seulement 104-moins bon résultat depuis 2018-bien loin des 186 de 2020) et aux grèbes, le Castagneux connaissant même un minimum historique (21 individus) mais s'inscrivant bien dans un déclin marqué.

La Bresse demeure le refuge des garde-bœufs dans l'Ain avec une nette augmentation nette en comparaison de 2020 (140 contre 97) malgré le gel . Cette remarque s'applique aussi à la Cigogne blanche (313 contre 180). La décharge de la Tienne à Viriat reste la plaque tournante des Laridés rares dans l'Ain et les Goélands argenté, pontique et brun n'ont été observés que sur ce site.

Que dire des sites de l'est du département sinon que les observateurs s'y sont ennuyés?

 

Sans la participation bénévole des observateurs, ces recensements ne seraient même pas envisageables. De grands remerciements s'adressent donc à M. Benmergui (OFB), T. Beroud (Fondation P. Vérots), E. Bureau, P. Chevret (Parc-Réserve de Villars-les-Dombes), J. Ardelet, A. Bernard, J.Y. Brevet, C. Caillière, F. Bulliffon, M. Clerc, P. Crouzier, B. Fournier, S. Gardien, C. Giacomo, M. Kerdraon, J. & Y. Lachenal, A. Lamy, S. Laurencin, T. Lengagne, L. Mery, H. Pottiau, M. & F. Poumarat, B. Sonnerat et A. Vernet.

posté par Alexandre Roux (pro)
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 223

Ligue pour la Protection des Oiseaux AIN
email: ain@lpo.fr
5 rue Bernard Gangloff - 01160 Pont d'Ain
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2021