www.faune-ain.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Données et analyses
       - 
Lézard à deux raies (L. vert occidental) 2019
       - 
Cigogne blanche 18-19
       - 
Moineau friquet 18-19
       - 
Pouillot fitis 2019
       - 
Gallinule poule-d'eau 2019
       - 
Grand Corbeau 2019
       - 
Tichodrome échelette 18-19
       - 
Souris grise (M.m. domesticus) 17-19
       - 
Taupe d'Europe 17-19
       - 
Rat des moissons 17-19
       - 
Martre des pins 18-19
       - 
Robert-le-diable (C-blanc) 2019
       - 
Aïolope automnale 2019
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste de la biodiversité communale
 - 
Cartes de présence
Mode d'emploi
 - 
Débuter avec Faune-Ain
Etudes et réseaux
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs : renseigner les codes
 - 
Atlas des oiseaux en hiver
  Comptages Wetlands
    - 
Comptage Wetlands 2011
    - 
Comptage Wetlands 2012
    - 
Comptage Wetlands 2013
    - 
Comptage Wetlands 2014
    - 
Comptage Wetlands 2015
    - 
Comptage Wetlands 2016
    - 
Comptage Wetlands 2017
    - 
Comptage Wetlands 2018
    - 
Comptage Wetlands 2019
  Suivis de migration
    - 
Les Conches : suivi de la migration postnuptiale 2010
    - 
Les Conches : suivi de la migration post-nuptiale 2011
    - 
Les Conches - Suivi de migration postnuptiale 2012
 - 
Observatoire National Rapaces
  Réseau Herpéto
    - 
Présentation du groupe
    - 
Classes d'abondance des amphibiens et des reptiles de l'Ain - octobre 2012
    - 
Inventaire des mares du département de l'Ain
    - 
Taux d’occurrence des amphibiens et reptiles de l'Ain - décembre 2018
    - 
Atlas régional herpétologique
    - 
Recensement des sites d'écrasement d'amphibiens
  Réseau micromammifères
    - 
Présentation du réseau
    - 
Programme 2012
  Réseau Loutre
    - 
Présentation du réseau
    - 
La loutre dans l'Ain
    - 
Protocole de recherche et saisie des données
  Réseau refuges
    - 
Présentation du réseau
    - 
Les activités du réseau
    - 
Partage d'expériences
Vie associative
 - 
Adhérer à la LPO Ain
  Circulaires
    - 
Cora Ain'fo 2010
    - 
Cora Ain'fo et Chroniques ornitho 2011
    - 
LPO Info - Ain - 2014
    - 
LPO Info - Ain - 2015
    - 
LPO Info - Ain - 2016
    - 
LPO Info - Ain - 2017
    - 
LPO Info - Ain - 2018
  Comptes rendus de sorties
     Comptes-rendus 2011
       - 
La Dombes - novembre 2011
       - 
Eurobirdwatch aux Conches - octobre 2011
       - 
Grand-duc et papillotes dans les gorges de l'Ain - Décembre 2011
    - 
Sortie "Découverte des reptiles" (2017)
    - 
Sortie "Découverte des Salamandres" (2017)
    - 
Sortie "Grand-duc et papillotes" (2017)
    - 
Sortie "Découverte des reptiles" (2018)
     Comptes-rendus 2012
       - 
La Dombes - mars 2012 : la remontée des fuligules
       - 
La Bresse - Avril 2012
       - 
Prospection Atlas des nicheurs : le Bugey - 13 Mai 2012
       - 
Amphibiens en Pays de Gex - Mai 2012
       - 
La Dombes - Novembre 2012
     Comptes-rendus 2013
       - 
Parc de Miribel - Février 2013
       - 
Les Pics - Mars 2013
       - 
Val de Saône - Avril 2013
       - 
Migration prénuptiale au Mont Myon - Mai 2013
       - 
Le Marais de Lavours - Juin 2013
       - 
Migration postnuptiale aux Conches - Octobre 2013
       - 
La Dombes - Novembre 2013
       - 
Grand-duc et papillotes - Décembre 2013
     Comptes-rendus 2014
       - 
Parc de Miribel - Février 2014
       - 
Amphibiens en Bresse / Dombes 30 mars 2014
       - 
Migration pré-nuptiale au Mont Myon - Mai 2014
       - 
Lac des Lésines - 22 juin 2014
       - 
Aux Conches après la rave… - Sept. 2014
       - 
Les Conches - Octobre 2014
  Code déontologie
    - 
Code déontologie
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 176
 
mercredi 17 avril 2019
Participons à l'inventaire des ZNIEFF !

Participons à l'inventaire des ZNIEFF !

La DREAL Auvergne-Rhône-Alpes a engagé un travail d’actualisation de l’inventaire des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), avec notamment la révision des listes d’espèces déterminantes des ZNIEFF et la réalisation de prospections. La LPO et ses partenaires sont largement investis dans ces dossiers.

L’inventaire ZNIEFF est utilisé comme une alerte sur un milieu naturel intéressant, notamment dans le cadre de projets d’aménagement, et comme un indicateur de l’état de santé des espaces naturels de la région. Sa mise à jour a donc un impact direct sur la protection des espaces concernés. Vous trouverez ici la localisation des ZNIEFF à prospecter. En sélectionnant les couches dans le bandeau de gauche, vous pourrez voir quels sont les groupes taxonomiques présentant des lacunes de connaissances, pour cela pensez à décocher préalablement la couche "ZNIEFF à compléter".

Nous vous invitons à collecter un maximum de données sur ces périmètres en les saisissant précisément dans Visionature ou l'application Naturalist.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site de la DREAL.

Par avance merci pour vos contributions !

posté par Alexandre Roux (pro)
 
mardi 19 mars 2019
Oiseaux
Enquête EPOC : Estimation des Populations d’Oiseaux Communs

Les oiseaux communs subissent un déclin dramatique et constant. En France, notre méthode actuelle de saisie des données naturalistes nous permet de bien appréhender les variations de répartition des espèces mais pas d’estimer leurs populations ou d’évaluer finement leurs tendances. Pourtant, nous avons besoin de ces informations pour alerter la société et mener des actions de conservation efficaces.

Le programme EPOC (Estimation des Populations d’Oiseaux Communs), qui vient en complément du célèbre programme STOC, vise à répondre à cette lacune.

Si vous savez identifier les oiseaux les plus communs en visuel et à l’oreille, vous pouvez y contribuer activement. Pour savoir comment procéder, il vous suffit de visionner cette courte vidéo :

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi consulter la page EPOC de Faune-France : https://www.faune-france.org/index.php?m_id=20023

En vous remerciant pour votre implication, nous vous souhaitons de belles observations.

posté par Alexandre Roux (pro)
 
mardi 26 février 2019
Oiseaux
PIEGEAGE DES OISEAUX A LA GLU NOUVELLE VICTOIRE DE LA LPO

LPO Agir pour la Biodiversité

 

Communiqué de presse - 26 février 2019

 

PIEGEAGE DES OISEAUX A LA GLU
NOUVELLE VICTOIRE DE LA LPO

 

Par décision en date du 25 février 2019, le Conseil d’Etat a annulé les arrêtés du 27 juillet 2017 fixant les quotas de piégeage à la glu pour la saison de chasse 2017-2018 pour les départements des Alpes-Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse.

Une nouvelle victoire de la LPO contre cette pratique cruelle et non sélective.

Le juge a suivi les conclusions du rapporteur public qui avait considéré lors de l’audience devant les 5ème et 6ème Chambres du Conseil d'Etat, le 4 février 2019, que l'objet de ces arrêtés et leur caractère dérogatoire établissait l'existence d'une incidence directe et significative sur l'environnement. Et que, par conséquent, les arrêtés en question auraient dû faire l’objet d’une consultation publique préalable.

L’année suivante, en 2018, le Ministère en charge de l’écologie s’était senti obligé sous la pression de la LPO de procéder à une consultation publique concernant le projet de piégeage pour la saison de chasse 2018-2019. Et de ramener les quotas des prises autorisées à la réalité des tableaux de capture déclarés pour l’année précédente. Une consultation publique qui avait vu près de 90% de citoyens opposés à cette pratique cruelle et non sélective. On connait malheureusement la suite puisque le Ministre en charge de l’écologie n’avait pas tenu compte du résultat de la consultation et avait quand même signé les arrêtés.

Allain Bougrain Dubourg rappelle que cette pratique du piégeage à la glu est désormais interdite dans tous les pays d’Europe après les condamnations de l’Espagne en 2004 et celle de Malte en 2017: « La France ne peut pas continuer à se revendiquer comme un exemple à suivre en matière de protection de la biodiversité, s’enorgueillir d’accueillir l’IPBES fin mars à Paris, puis le Congrès mondial de l’UICN en 2020 à Marseille, et laisser perdurer des pratiques infâmes et d’un autre âge contre les oiseaux. L’heure de la vérité est venue ; il est grand temps pour la France de prendre enfin ses responsabilités ».




Piégeage à la glu
 


Mésange bleue encollée

 

Contacts :
Yves VERILHAC, directeur général - 0676656110
Kim DALLET, relations presse – kim.dallet@lpo.fr - 0634125069

 

LPO France
Siège social national LPO • Fonderies Royales • 8 rue du docteur Pujos • CS 90263 • 17305 ROCHEFORT CEDEX
Tél. 05 46 82 12 34
 • Fax. 05 46 83 95 86 • www.lpo.fr • lpo@lpo.fr

posté par Bernard Sonnerat
 
mardi 12 février 2019
Oiseaux
Complice, l’Etat laisse chasser les oies contre l’arrêt du Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat a, par ordonnance en date du 6 février (1), suspendu l’arrêté litigieux du Ministre de la transition écologique et solidaire qui tentait d’autoriser la chasse aux oies migratrices après la date de fermeture le 31 janvier. L’Etat avait pris son arrêté la veille de la fin officielle de la période de chasse afin de gagner quelques jours le temps que la plus haute juridiction rende sa décision. Depuis que la décision a été rendue, l’Etat a donné ordre à la police de la nature dans plusieurs départements de ne pas verbaliser les braconniers. Les associations demandent à la Commission Européenne d’instruire une plainte contre la France devant la Cour de Justice de l’Union Européenne.

 

650 oiescendrees aurelienaudevardCrédits photo : Aurélien Devard

Obéissant aux consignes du Président de la République lui-même, les Ministres François de Rugy et Emmanuelle Wargon ont déployé des trésors d’ingéniosité pour essayer d’autoriser la chasse des oiseaux migrateurs après la date officielle de fermeture. On connait la suite à savoir que, saisi par nos associations, le Conseil d’Etat a le 6 février et pour la 12ème fois, rappelé à l’Etat Français qu’il n’est pas possible en vertu d’une directive européenne transcrite en droit français de chasser les oiseaux migrateurs qui retournent sur leurs lieux de nidification. La chasse aurait dû être fermée au 31 janvier. Aujourd’hui, 11 jours plus tard, des oiseaux se font tuer dans plusieurs départements français. Retour sur la stratégie de l’Etat pour continuer de faire plaisir aux lobbies cynégétiques.

Pour commencer, les Ministres ont pris soin de signer leur arrêté le 30 janvier 2019, la veille de la fermeture officielle du 31 janvier. Ainsi, le temps que les associations saisissent le Conseil d’Etat, et que ce dernier ait le temps d’examiner la requête, plusieurs de jours de chasse hors période d’ouverture, dont un week-end, étaient garantis. Lorsque la décision « immédiatement exécutoire » du Conseil d’Etat tomba, le mercredi 6 février en fin de journée, le Président de la FNC témoignait auprès de ses adhérents que l’Etat lui avait garanti que la chasse continuait comme si de rien n’était jusqu’au lendemain 7 février.

ws fb

 

Dès le 7 février, les Préfets recevaient de la part du Ministère une directive pour faire appliquer cette décision. Avec une précision dont appréciera très vite la portée : « …la mise en œuvre de ces contrôles pourrait être de nature à susciter des troubles à l’ordre public dans certaines zones. Les services de l’ONCFS devront donc adapter leur stratégie en conséquence et pourraient être amenés à vous solliciter pour sécuriser leurs éventuelles interventions avec des renforts des forces de sécurité intérieure ».

Le 8 février, la Ministre Emmanuelle Wargon déclarait publiquement que la décision du Conseil d’Etat serait respectée, que la chasse était désormais fermée. « On va appliquer la décision du Conseil d’État », a conclu Emmanuelle Wargon. « Elle sera respectée ». http://www.courrier-picard.fr/164973/article/2019-02-08/la-secretaire-detat-emmanuelle-wargon-recu-des-chasseurs

Le 8 février toujours, à 16h50, ordre était donné par un Préfet de Région (au moins) et répercuté auprès des agents de la police de la nature en ces termes : « Le préfet de région a donné des instructions aux préfets… En conséquence de quoi nous suspendons tous les contrôles d’installations de chasse au gibier d’eau, jusqu’à nouvel ordre ».

Le 9 février dans l’après-midi, les Cabinets de François de Rugy et Emmanuelle Wargon étaient prévenus par nos associations de ces aménagements à la loi sur le terrain. L’effet ne fut pas celui attendu : le même jour à 17h50, les services de la police de la nature normalement en charge de verbaliser les contrevenants recevaient un nouvel ordre : « Je vous demande désormais de ne procéder à aucun contrôle et de cesser toute surveillance à proximité des tonnes. Si vous êtes interrogés, vous répondez simplement que la chasse des oies est interdite et aucun mot sur nos consignes internes ».

Résultat de ce stratagème honteux, la chasse aux oies (et autres oiseaux puisque d’autres espèces non autorisées à la chasse ont été abattues) est toujours ouverte 11 jours après la fermeture officielle !
L’Etat est au pire complice, au mieux indigent à faire respecter une décision du Conseil d’Etat dont il conteste le fondement, comme en témoignent les récentes déclarations de Madame Emmanuelle Wargon concernant ce que devrait être la « gestion adaptative » des espèces https://actu.orange.fr/societe/videos/chasse-aux-oies-emmanuelle-wargon-reagit-a-la-decision-du-conseil-d-etat-CNT000001cL8MB.html

Cette gestion ne doit pas servir de prétexte pour chasser d’avantage d'espèces (y compris aujourd'hui protégées) et plus longtemps, dans un pays qui bat tous les records. La gestion adaptative doit permettre de moduler les prélèvements des espèces chassables pendant la période d'ouverture. Par ailleurs nous demandons de suspendre sans attendre les prélèvements des 18 espèces d’oiseaux en mauvais état de conservation, comme s’y était engagé Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle.

Nos associations ont décidé de porter l’affaire devant la Commission Européenne en vue d’une plainte devant la Cour de Justice de l’Union Européenne.

 

Informations complémentaires

 

Arrêté du 30 janvier 2019 relatif au prélèvement autorisé de l'oie cendrée, de l'oie rieuse et de l'oie des moissons au cours du mois de février 2019

Ordonnance du 6 février 2019 interdisant la chasse de l’oie cendrée, de l’oie rieuse et de l’oie des moissons au cours du mois de février 2019

posté par Bernard Sonnerat
 
mercredi 6 février 2019
Oiseaux
Le Conseil d’Etat impose un cessé le feu pour les oies.
 
LPO Agir pour la Biodiversité
 

Communiqué de presse - mercredi 6 février 2019

Le Conseil d’Etat impose un cessé le feu pour les oies. La LPO fait condamner l'État pour la 12ème fois

Saisi en urgence par la LPO, le Conseil d’Etat vient à nouveau de suspendre la chasse aux oies jusqu’à la fin février. Le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire avait obéi au Président de la République en signant un arrêté le 30 janvier 2019  permettant  la chasse aux oies jusqu’à la fin du mois de février. C’était sans compter sur la vigilance de la LPO qui se voit obligée de rappeler année après année aux gouvernements successifs qu’on ne doit pas chasser les oiseaux migrateurs de retour sur leurs lieux de nidification.

On peut dire que les services de l’Etat en auront déployé des trésors d’ingéniosité et de mauvaise foi pour essayer de traduire, dans les faits et le droit, la promesse faite aux chasseurs par Emmanuel Macron en juillet 2018 de pouvoir tuer les oies durant tout le mois de février 2019. Bien que les précédents gouvernements aient échoué depuis vingt ans en essayant tous les prétextes, le Ministère a adopté une nouvelle stratégie.

Parmi les grosses ficelles, il y eut cette rédaction d’un amendement dans le projet de loi pour lutter contre les Sur-transpositions des directives européennes prévoyant… de modifier le code de l’environnement pour autoriser la destruction par la chasse d’espèces gibiers hors période d’ouverture sous prétexte de dégâts. Le projet de loi fut reporté à l’année 2019 pour cause d’affaire Benalla.

Malheureusement pour l’Etat, le coup était parti et la présentation des motivations du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire sur le site de la consultation publique relative à la chasse des oies en février restait bel et bien la lutte contre les dégâts agricoles. Et ce en expliquant que les Pays-Bas devaient faire face à ces dégâts alors que le Ministère sait pertinemment que ce ne sont pas les mêmes populations d’oies qui transitent par la France. Mais peu importe, puisque faute d’avoir réussi à changer les dispositions législatives, l’arrêté signé s’appuyait sur un autre motif complètement farfelu : les risques de dommages des oies aux équilibres naturels !

Echaudés par des projets d’arrêtés sur le piégeage des oiseaux ayant recueilli près de 90% d’avis défavorables, les chasseurs étaient fortement mobilisés pour répondre en masse à cette nouvelle consultation destinée à les satisfaire. Après que la LPO ait fait remarquer aux services du Ministère qu’il y avait beaucoup d’avis favorables identiques, le Président de la Fédération des chasseurs informait ses adhérents que la LPO ayant repéré beaucoup de « copiés collés », il était nécessaire de changer ne serait-ce qu’un seul mot dans chaque contribution…

Après une série de bugs, de non prise en compte des avis, de non visibilité sur le site, de réponses rassurantes indiquant que le site de la consultation fonctionnait enfin, après la date de clôture de ladite consultation… le Ministère était en mesure (en moins de trois jours après la clôture) d’analyser 52.000 contributions, d’en tirer les enseignements et de conseiller le ministre quant à la décision à prendre !

Fin 2018, il eut également cette tentative de mettre en place à la hâte un comité de scientifique en charge de la « gestion adaptative » et de lui confier notamment  l’étude de  l’oie cendrée. En réalité, le comité scientifique ne s'est pas réuni et aucune étude n'a été conduite. 

Pour tenter d'influencer le Conseil d'Etat Emmanuelle Wargon a même demandé par téléphone au Ministre de l’agriculture Norvégien le vendredi 1er février, soit après la signature de l’arrêté, qu'il approuve en urgence  le tir en France des oies cendrées en février ! Ce dernier s'est contenté de répondre que la France pouvait bien faire ce qu'elle voulait...

En condamnant en référé le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, le Conseil d'Etat a considéré

  • que la prétendue « gestion adaptative » n'avait sûrement pas pour objectif de contourner les dates de clôture de la chasse
  • que des « petites populations n’avaient pas à être prélevées »
  • qu'aucun dégât n'impacterait la France en raison de la présence des oies
  • que les chiffres de populations d'oies survolant la France durant la période incriminée étaient nettement inférieurs à ceux annoncés par le Ministère.

Au final, à l'heure où la France prétend être exemplaire dans sa volonté d'endiguer le déclin de la biodiversité, on constate qu'elle met tout en œuvre pour permettre l'abattage supplémentaire d'oiseaux migrateurs à seule fin de satisfaire la « chasse récréative ».

Contact presse

Allain Bougrain Dubourg : 06 15 11 11 18 - natureproductions@yahoo.fr


posté par Bernard Sonnerat
 
mercredi 6 février 2019
Oiseaux
Saisie par listes complètes : comment faire ?
 

Qu'est-ce qu'une liste complète ?

Une liste complète est une liste contenant toutes les espèces que vous avez identifiées en un lieu et une période donnés (par exemple, pendant une heure d'observation).

Il ne s’agit pas d’inventorier toutes les espèces présentes sur votre site d’observation (ce serait très difficile) mais bien de noter celles que vous avez été capable d’identifier. C’est la liste complète de ce que vous avez observé et déterminé.

Pourquoi les listes complètes sont-elles si précieuses ?

Contrairement aux données isolées, les listes complètes non seulement nous renseignent sur les espèces observées à un endroit et à un moment précis, mais également sur celles qui n’ont pas été détectées. Grâce à cela, nous pouvons établir la fréquence relative d’apparition dans l’espace et dans le temps des différentes espèces d’oiseaux et étudier très précisément leur phénologie. En outre, les listes apportent de précieux éléments sur la pression d’observation (le temps passé à prospecter, élément de connaissance décisif pour analyser les données).

Comment pouvez-vous donner encore plus de valeur à vos listes complètes ?

  • Un lieu, une liste : Faites des listes à partir d'un seul point ou si vous vous déplacez de moins d’1 km. Au-delà, il vaut mieux faire plusieurs listes consécutives. Attention, ne pas faire de listes lors de vos déplacements en vélo, en voiture ou en train ! Si vous faites une longue marche, divisez-la en petites sections (<1 km) et dressez une liste dans chaque section, ou de temps en temps à l’occasion de petites pauses.
  • Le plus possible : Faites des listes aussi souvent que vous le pouvez ! Une liste de 10 minutes est parfaite, jusqu’à une ou deux heures. Au-delà il est préférable de faire des listes consécutives.
  • Quantifier, la clé du succès : Il faut indiquer le nombre d'individus de chaque espèce que vous avez détectée. Il convient ici de noter un chiffre réel de contact, même s’il y a évidemment bien plus d’oiseaux que ce que vous avez vu. Cela n’est pas grave.
  • Toutes les semaines ? Il est très intéressant de faire des listes au même endroit tout au long de l'année. Par exemple, faites une liste hebdomadaire de votre site d’observation préféré.
  • Partout : Essayez de créer des listes partout où vous allez. Disposer d’une bonne couverture géographique est très important pour pouvoir analyser les données !
  • Convaincre : Si vous avez des amis qui ne font toujours pas de listes complètes, expliquez-leur pourquoi elles sont si utiles et expliquez-leur à quel point il est facile de les créer. Plus les observateurs qui en fournissent sont nombreux, plus elles prennent de la valeur et renforcent l’intérêt des vôtres.

Comment procéder ?

La saisie des listes sur Faune-France est très simple !

  • Sur Faune-France, il faut choisir l'option "remplir une liste d'espèces pour ce lieu-dit". Ce tuto vous présente la marche à suivre : Saisie des listes sur Faune-France
  • Sur NaturaList, vous avez deux options :

-  par liste sur le terrain, vous pointez en temps réel chaque observation. Ce type de liste sert à faire des inventaires sur ponts fixes sur un pas de temps assez court (5 ou 10 minutes) : Saisie par liste sur le terrain ;

-  par liste plus tard, c’est l’option la plus simple. Vous listez l’intégralité des observations sans avoir à les pointer précisément : Saisie par liste plus tard

Sur NaturaList, le nouveau petit bouton (+) jaune, en bas à droite de l'écran, vous permet d'accéder directement au menu de choix.

L'équipe de Faune-France se tient à votre disposition si besoin.

Légende de l'image : vous avez un point d'observation favoris ? Pourquoi ne pas y faire une liste complète à chacune de vos sorties, plutôt que de noter isolément toutes vos observations, comme celle de ces Oies cendrées. © Ph. Jourde

posté par Bernard Sonnerat
 
mardi 5 février 2019
Oiseaux
Dénombrement des oiseaux d'eau : bilan 2018

Qu’est-ce que le comptage Wetlands ?

En hiver, les oiseaux d’eau, qui ont niché pour beaucoup dans les zones arctiques et boréales, se rassemblent dans des régions tempérées ou tropicales. Ces rassemblements permettent de les dénombrer plus facilement, que lorsqu’ils sont dispersés dans la toundra ou dans des zones difficiles d’accès.

En France, où l’on pratique ces comptages depuis 1967, ce sont plus de 1 500 « compteurs » qui recensent les oiseaux d’eau sur plus de 500 zones humides côtières et continentales, collectant ainsi des milliers de données chaque année sur plus de 70 espèces.

Les informations collectées au cours du comptage Wetlands ont permis, au fil des décennies, d'identifier des zones humides d’importance nationale et internationale, qui bénéficient souvent de mesures de protection.

Le bilan du comptage Wetlands 2018

Compter les oiseaux d’eau sur une base annuelle et depuis plusieurs dizaines d’années, permet de suivre l’évolution de chaque espèce. Sur les 10 dernières années, 17 espèces d’oiseaux d’eau sont en augmentation en France, 17 sont stables, 18 fluctuantes et 18 en régression.

La synthèse du dénombrement de janvier 2018 dresse le bilan actualisé de la situation des oiseaux d’eau. Désormais éditée sous forme d'une brochure, elle présente brièvement le comptage Wetlands, ses objectifs, ses chiffres clés, son réseau des sites, etc. Les fiches espèces contenant les chiffres, la répartition et les tendances sont regroupées dans l'annexe de ce document.

Bonne lecture

Equipe LPO Ain

 

posté par Bernard Sonnerat
 
jeudi 31 janvier 2019
Oiseaux
Samedi, c'est la Journée Mondiale des Zones Humides ! RDV le 2 février à 14h à la FRAPNA
Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

FRAPNA Ain
 
Groupe
                                                          Associatif
                                                          Estuaire
 
 
Samedi, c'est la Journée Mondiale des Zones Humides !
 
 
Curieux ou curieuse de mieux connaître la nature qui vous entoure ? Nous vous invitons à vous joindre à nous pour en savoir davantage sur les Zones Humides, ces milieux naturels indispensables à nos écosystèmes.
 
RDV le 2 février à 14h à la FRAPNA
(44 avenue de Jasseron à Bourg-en-Bresse) 
.
Entre visionnage de quelques court-métrages, présentation des enjeux liés aux zones humides, et du projet "Mares, où êtes-vous?" et visite du marais du Dévorah, venez partager un agréable moment en notre compagnie!
En cas de météo défavorable, la visite du Dévorah sera annulée mais le reste maintenu !
Les inscriptions sont limitées en nombre ( 25 personnes maximum), pour vous inscrire, merci d'envoyer un mail à cette adresse :
 
Connaître les Zones Humides, c'est pouvoir les protéger
et ainsi préserver toute leur biodiversité !
 
En espérant vous voir nombreux et nombreuses.
 
À bientôt!
 
 
Pour agir maintenant, rejoignez-nous sur "Mares et Libellules" :
 
 
 
Je veux agir !
 
 
© 2019 FNE - Sympetrum - Groupe Associatif Estuaire - Drac Nature - Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse - DREAL Auvergne Rhône-Alpes
 

posté par Bernard Sonnerat
 
mercredi 30 janvier 2019
Oiseaux
En 2018, les oiseaux communs diminuent toujours en Auvergne-Rhône-Alpes

En 2018, les oiseaux communs diminuent toujours en Auvergne-Rhône-Alpes

Les résultats 2018 montrent que le déclin des oiseaux communs observé en France est confirmé dans notre région.

En 17 ans, les oiseaux communs ont diminué de plus de 7% sur l’ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette diminution est plus marquée encore pour les espèces des milieux agricoles et des villes et villages qui ont diminué respectivement de 20 % et 16 %.

Ces résultats sont issus d’un programme de sciences participatives faisant intervenir annuellement plusieurs centaines de bénévoles.

Depuis 2001, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes coordonne sur la région un programme national de suivi de population des oiseaux communs. Ce suivi est piloté au niveau national par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Dans la région, plus de 300 personnes suivent chaque printemps, aux mêmes endroits, les populations d’oiseaux communs.

A partir de ces 750 000 données récoltées sur le terrain, il est possible d’évaluer les tendances d'évolution des populations d'oiseaux de notre région pour les 75 espèces les plus communes.

Ces espèces peuvent être regroupées en quatre catégories :

  • les espèces forestières,

  • les espèces des milieux agricoles,

  • les espèces des villes et villages,

  • les espèces généralistes qui occupent l’ensemble des habitats cités précédemment.

 

Les résultats 2018 montrent une forte diminution pour les espèces des milieux agricoles (-19.5 %) et des villes et villages (-14.6 %). Les espèces généralistes (+3.5 %) et forestières (+5.7 %) se portent un peu mieux mais plusieurs espèces de ces groupes diminuent malgré tout et cela est inquiétant.

 

Voici quelques exemples de tendances  :

  • l’alouette des champs a diminué de 14 %

  • l’hirondelle rustique a diminué de 28 %

  • la mésange charbonnière a diminué de 11 %

  • le rougegorge familier a augmenté de 11 %

  • le merle noir a augmenté de 10 %

 

Ce déclin majeur a de nombreuses causes liées aux activités actuelles de notre société comme :

  • la création de paysages homogènes et artificialisés ne laissant pas de place pour la nature,

  • l’utilisation de produits phytosanitaires dans les jardins ou l’agriculture,

  • la disparition des milieux naturels qui laissent la place à une forte urbanisation.

 

Ces différentes causes induisent une forte diminution de la ressource alimentaire et des pertes d’habitats nécessaires au cycle de vie de ces espèces.

 

Il est donc urgent d’agir pour réduire l’impact de ces différentes causes de perte de la biodiversité.

Il est encore possible d’enrayer ce déclin majeur des oiseaux dans notre région et en France. Tous les citoyens peuvent participer à leur échelle à préserver la biodiversité et la LPO peut les accompagner. Agissons ensemble maintenant (rendez-vous sur https://auvergne-rhone-alpes.lpo.fr/) !


 

Contact presse : Arthur VERNET arthur.vernet@lpo.fr 04 75 57 32 39

posté par Alexandre Roux (pro)
 
vendredi 25 janvier 2019
Oiseaux
Ce WE, le Comptage national des oiseaux des jardins les 26 et 27 janvier 2019, c'est parti....

Le Comptage national des oiseaux des jardins, c’est bientôt ! Oui mais c’est quoi ? On vous explique.

Mésange huppée (Lophophanes cristatus) - Crédit photo : Frans PelsmaekersMésange huppée (Lophophanes cristatus) - Crédit photo : Frans Pelsmaekers

Pour la 7e année consécutive, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) vous invitent à participer au Comptage national des oiseaux des jardins.

Le Comptage national de quoi ?

Des oiseaux des jardins ! C’est une opération nationale durant laquelle chacun est invité pendant une heure à compter les oiseaux de son jardin ou d’un parc public.

C’est quand ?

Le dernier week-end de janvier, les 26 et 27 janvier 2019.

Et ça sert à quoi ?

Ces données, récoltées lors de cette opération de science participative, permettent d’en apprendre d’avantage sur ces « oiseaux communs ». C’est-à-dire ? Sur les évolutions en cours, sur leur comportement à cette saison, sur le type de nourriture consommée, sur les oiseaux présents et ceux absents. Et oui car ces données sont analysées notamment dans le cadre de thèses ! Oui oui, de thèses !

Comment fait-on pour participer ?

Pas besoin d’être un expert, il suffit simplement d’avoir un peu de temps (une heure), d’aimer regarder ce qu’il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile !

Besoin d’un coup de main pour identifier un oiseau ? Nous sommes là pour ça, envoyez-nous le portrait de l’oiseau sur oiseauxdesjardins@lpo.fr.

L’année dernière, la star du jardin était le Gros-bec casse noyau. Et cette année qui sera sur le devant de la scène ?

Plus d’informations                                    

Rendez-vous sur oiseauxdesjardins.fr

D’autres observatoires de la biodiversité sont également à découvrir sur vigienature.fr

Opération menée avec le soutien financier de Cemex, Blue Green, Ceetrus, Cidou Bio et Crédit Mutuel

Partenaire de l’opération : le Groupe Ornithologique Normand (GONm)

 

 

 

 

 

 

 

 

    • Choisissez un jour d’observation, le samedi 26 ou le dimanche 27 janvier et un créneau d’une heure, idéalement en fin de matinée ou en début d’après-midi, lorsque les températures sont un peu plus chaudes et les oiseaux plus actifs ;
    • Trouvez un lieu d’observation, un jardin ou un balcon, en ville ou à la campagne. Un parc public peut tout à fait servir de lieu d’observation ;
    • Comptez et notez durant une heure tous les oiseaux qui visitent le jardin. Pour les reconnaitre plus facilement, des fiches sont disponibles sur le site de l’Observatoire ainsi qu’une fiche d’aide pour le comptage ;
    • Transmettez les données sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : oiseauxdesjardins.fr.
  •  

     

     

     

    posté par Bernard Sonnerat
    page :
     
     
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    8
    9
    >
    >|
    Nbre/page :
    nbre : 176

    Ligue pour la Protection des Oiseaux AIN
    email: ain@lpo.fr
    5 rue Bernard Gangloff - 01160 Pont d'Ain
    Visionature
    VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
    Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019