www.faune-ain.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.lpo.fr
Accueil
 
Les partenaires
 
La faune de Rhône-Alpes
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Triton palmé 2020
       - 
Lézard des murailles 2020
       - 
Vipère aspic 19-21
       - 
Bec-croisé des sapins 19-20
       - 
Sarcelle d'été 2020
       - 
Bergeronnette des ruisseaux 19-20
       - 
Chouette hulotte 19-20
       - 
Grimpereau des bois 2020
       - 
Bouscarle de Cetti 19-20
       - 
Cisticole des joncs 18-20
       - 
Hérisson d'Europe 2020
       - 
Ecureuil roux 20-21
       - 
Fouine 19-20
       - 
Grande Tortue 2020
       - 
Petite Tortue 2020
       - 
Illégitime 2020
 - 
Les galeries
Actualité , aide et statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
les FAQs
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste de la biodiversité communale
 - 
Cartes de présence
Mode d'emploi
Etudes et réseaux
Vie associative
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 198
 
samedi 4 avril 2020
Oiseaux
Et si vous consacriez 10 minutes chaque jour à l’observation et au comptage des oiseaux de votre jardin en cette période de confinement forcé?
 

Et si vous consacriez 10 minutes chaque jour à l’observation et au comptage des oiseaux de votre jardin en cette période de confinement forcé? 

Chers amis de la LPO, 

Les mesures actuelles pour lutter contre la propagation du virus Covid-19 nous obligent au confinement.
Alors, si vous cherchez des activités pour vous occuper, nous vous proposons de relever le défi lancé par la LPO « Confinés mais aux aguets ! ».
Le confinement à domicile de millions de Français constitue une occasion unique de collecter un nombre record d’observations.
En collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle, la LPO vient ainsi de lancer « Confinés mais aux aguets » , une vaste opération de sciences participatives qui consiste à recenser les oiseaux les plus communs autour de chez soi. L’accumulation massive de données selon un protocole établi permet aux scientifiques de mesurer l’évolution des effectifs et, ainsi, d’évaluer la santé des populations.


Inutile d’être un expert pour y participer. Il suffit d’observer depuis son jardin, son balcon ou même de sa fenêtre et cela ne demande que 10 minutes par jour !


Relevez-vous le défi ?

LPO Agir pour la Biodiversité
 

 


posté par Bernard Sonnerat
 
dimanche 15 mars 2020
Oiseaux
COVID-19 : annulation des activités LPO

 

Afin de soutenir les nécessaires mesures visant à limiter les risques de contamination et d’extension de l’épidémie de coronavirus et conformément aux mesures du gouvernement, nous sommes dans l'obligation d'annuler nos activités intérieures et extérieures jusqu'à nouvel ordre.


Par conséquent, les sorties, évènements, réunions ou autres rassemblements sont pour le moment annulés. Merci de ne plus vous inscrire à nos prochaines activités. Toutes les personnes déjà inscrites recevront un mail d’annulation. 


Nous vous encourageons à garder un œil sur notre site internet ; nous y communiquerons les dernières informations quant à la reprise de nos activités et l'éventuel report de certaines sorties annulées lorsque cela est possible.

 

posté par Séverine Michaud

posté par Bernard Sonnerat
 
lundi 24 février 2020
Oiseaux
Recensement national des oiseaux marins nicheurs de France métropolitaine
Un nouveau recensement national des oiseaux marins nicheurs de France métropolitaine sera réalisé sur la période 2020-2022, sous la coordination du GISOM (groupement d'intérêt scientifique oiseaux marins), en partenariat avec les structures locales de terrain (structures associatives, publiques et privées en charge des suivis ou gestionnaires).
 
Il s'agira du 6ème recensement national coordonné des oiseaux marins nicheurs actuellement réalisés à une fréquence décennale : 1968-1970, 1977-1979, 1987-1989, 1997-2000 et 2009-2012.
 
Les dénombrements concernent les 28 espèces à reproduction régulière en France (en gras, les espèces potentiellement nicheuses dans l'Ain) : Fulmar boréal, Puffin cendré, Puffin des Anglais, Puffin yelkouan, Océanite tempête, Fou de Bassan, Grand cormoran, Cormoran huppé, Mouette mélanocéphale, Mouette rieuse, Goéland railleur, Goéland d'Audouin, Goéland cendré, Goéland brun, Goéland argenté, Goéland leucophée, Goéland marin, Mouette tridactyle, Sterne hansel, Sterne caugek, Sterne de Dougall, Sterne pierregarin, Sterne naine, Guifette moustac, Guifette noire, Guillemot de Troïl, Petit pingouin, Macareux moine, et les quelques espèces occasionnelles.
 
Cet inventaire qui se veut le plus exhaustif possible, a vocation à inventorier les colonies littorales, mais également les colonies continentales. C'est le cas notamment de la Mouette rieuse mais aussi de la Mouette mélanocéphale, de sternes, de goélands ou encore du Grand cormoran.
 
La collecte standardisée des données concernant (a minima) la localisation et les effectifs nicheurs, est prévue en 2020 et 2021, l'année 2022 permettant l'acquisition de données complémentaires. 
 
L'organisation de l'enquête reposera sur une coordination nationale et une coordination locale permettant de garantir une couverture géographique exhaustive et une circulation optimale des informations. Une aide financière devrait être apportée par l'OFB.
 
Dans l'Ain, A. BERNARD (alain.bernard711@orange.fr) assurera la synthèse des données récoltées. L'idéal serait que chacun lui signale l'installation de colonies ou de couples isolés dès leur installation afin qu'un suivi soit organisé de manière efficace. Nous nous engageons évidemment à tenir secrète la localisation de ces sites durant toute leur occupation.
posté par Alexandre Roux (pro)
 
mardi 21 janvier 2020
Oiseaux
Résultats des recensements Wetlands 2020 - A.Bernard

 

Wetlands 2020. Résultats pour le département de l'Ain

 

Espèces

Dombes

Bresse

Vallée

de

l'Ain

(1)

Vallée de l'Oignin

Lac

de Nantua

Lac

de Sylans

Etournel

(2)

Lac de

Divonne

Etangs

du Pays de Gex

Total

Département

Cygne noir

4

 

 

 

 

 

 

 

 

4

Cygne tuberculé

771

16

186

 

 

 

12

4

 

989

Cygne chanteur

6

 

 

 

 

 

 

 

 

6

(Bernache Canada)

 

 

1

 

 

 

 

 

 

(1)

Oie cendrée

1568

 

 

 

 

 

 

 

 

1568

Oie rieuse

7

 

 

 

 

 

 

 

 

7

(Oie cygnoïde)

6

 

 

 

 

 

 

 

 

(6)

(Oie domestique)

19

 

 

 

 

 

 

 

 

(19)

Garrot à œil d'or

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Harle bièvre

39

 

41

2

 

1

19

16

20

138

Tadorne de Belon

69

 

 

 

 

 

 

 

 

69

Ouette d'Egypte

5

18

 

 

 

 

2

3

 

28

(Canard mandarin)

1

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)

Nette rousse

101

 

 

 

 

 

 

 

 

101

Fuligule milouin

4963

7

8

 

1

1

 

 

 

4980

Fuligule nyroca

2

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Fuligule morillon

781

 

 

 

15

 

 

 

 

796

F. milouin x nyroca

4

 

 

 

 

 

 

 

 

4

Canard souchet

532

 

 

 

 

 

 

 

 

532

Canard chipeau

865

2

 

 

 

 

72

51

 

990

Canard siffleur

564

31

 

 

 

 

 

 

 

595

Canard colvert

14902

485

111

10

70

19

22

25

39

15683

(Colvert domestique)

1

 

 

 

 

 

 

 

2

(3)

Canard pilet

478

1

 

 

 

 

 

 

 

479

Sarcelle d'hiver

3486

2

 

2

 

 

7

 

 

3497

Total Anatidés

29168

563

346

14

86

21

134

99

59

30490

Grèbe castagneux

3

1

39

4

5

1

2

 

 

55

Grèbe huppé

383

80

63

12

20

17

4

4

 

583

Grèbe à cou noir

 

 

 

3

 

 

 

 

 

3

Râle d'eau

1

 

 

 

 

 

11

 

 

12

Gallinule poule d'eau

24

83

10

2

1

 

10

4

 

134

Foulque macroule

2289

264

232

2

130

7

14

41

6

2985

Cigogne blanche

203

180

 

 

 

 

 

 

 

383

Butor étoilé

 

 

 

 

 

 

1

 

 

1

Bihoreau gris

22

 

 

 

 

 

 

 

 

22

Héron garde-boeufs

21

97

 

 

 

 

 

 

 

118

Héron cendré

670

73

29

23

3

2

4

 

2

806

Grande Aigrette

628

49

6

14

 

 

10

 

 

707

Aigrette garzette

26

 

 

 

 

 

 

 

 

26

Grand Cormoran

1020

224

33

10

11

3

14

12

 

1326

Vanneau huppé

264

223

 

 

 

 

 

 

 

487

Courlis cendré

18

22

 

 

 

 

 

 

 

40

Combattant varié

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Bécasseau variable

36

 

 

 

 

 

 

 

 

36

Bécassine des marais

6

 

 

 

 

 

 

 

 

6

Chevalier culblanc

41

2

 

 

 

 

 

 

 

43

Chevalier guignette

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Chevalier aboyeur

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Mouette rieuse

710

280

1

 

17

 

 

10

 

1018

Goéland cendré

 

 

 

 

2

 

 

 

 

2

Goéland brun

 

1

 

 

 

 

 

 

 

1

Goéland leucophée

33

143

11

3

1

 

6

1

 

198

Busard des roseaux

5

 

 

 

 

 

 

 

 

5

Martin pêcheur

8

4

1

2

1

 

4

 

 

20

Faucon pèlerin

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Berg des ruisseaux

 

2

 

 

 

 

 

 

 

2

Bruant des roseaux

 

 

 

 

 

 

6

2

1

9

 

(1): du pont de Thoirette (39) au nord jusqu'à la confluence avec le Rhône au sud + plans d'eau annexes dans la Plaine de l'Ain.

(2): Rhône et gravières annexes de la frontière suisse jusqu'au pont Carnot.

 

 

Les recensements d'oiseaux liés aux zones humides ont eu lieu du 8 au 12 janvier 2020 dans le département de l'Ain.

Comme d'habitude, c'est la Dombes et sa constellation d'étangs qui a mobilisé le plus d'observateurs.Réalisé pour une fois dans d'excellentes conditions pour les oiseaux (niveau d'eau important contrastant avec les conditions ayant régné jusqu'à l'automne 2019, absence de gel), ce recensement dombiste a tenu toutes ses promesses. En terme d'Anatidés, les espèces-phares de ce comptage, le total (29168) est le deuxième plus élevé depuis 1975, certes assez loin encore du record de 2000 (33187). Il faut noter que 2020 marque la troisième année consécutive à plus de 20000 Anatidés, phénomène encore non observé jusqu'alors.

Les réserves de chasse, même incomplètes comme c'est le cas pour Birieux, concentrent plus des deux tiers (67,5%) des hivernants et le phénomène est encore plus marqué pour l'Oie rieuse (100 %), le Canard souchet (94,54 %), le Canard siffleur (92,9 %), l'Oie cendrée (85,77 %) et la Sarcelle d'hiver (85,31 %).

Espèce par espèce, le bilan est plus contrasté. L'Oie cendrée connaît son maximum historique (1568 individus) et dépasse pour la première fois (nettement) les 1000 individus. Certes essentiellement présente sur Birieux, fief historique de l'espèce en Dombes, il faut remarquer sa présence sur toutes les zones dombistes, là aussi une première. Quelques autres espèces présentent aussi un effectif record: le Tadorne de Belon (69), le Canard chipeau (865), le Harle bièvre (39) qui s'intalle maintenant durablement (8 années consécutives) dans l'hivernage dombiste. La situation est assez confortable également pour l'Oie rieuse (7), le Canard pilet (479), la Sarcelle d'hiver (3497) et le Fuligule morillon (796) pour qui c'est la deuxième meilleure année, le Canard souchet (troisième meilleure année). En dehors du Morillon, les fuligules ne sont pas au mieux: ce n'est que la onzième meilleure année pour le marginal Nyroca (2) mais seulement la dix-neuvième pour le Milouin (4980) dont on sait qu'il éprouve des difficultés partout en Europe. Au rang des plongeurs, et même si ce n'est pas un Anatidé, la Foulque (2985) n'est guère dynamique non plus.

On retiendra aussi la cinquième année consécutive de présence de l'Ouette (28 individus) et le retour timide (1) du Garrot après deux ans d'absence.

Dans les autres groupes, ce sont les deuxièmes meilleurs effectifs du Grand Cormoran (1020), de l'Aigrette garzette (26) et de la Cigogne blanche (203), le quatrième pour le Grèbe huppé (383). En dehors de la Garzette, les Ardéidés ne sont pas au mieux puisque ce n'est que la neuvième meilleure année pour la Grande Aigrette (628) et le Héron cendré (670), et que l-on s'attendait à mieux pour le Gardeboeufs (21) et le Bihoreau (22) dont les hivernages sont favorisés par un climat doux.

Il y a peu à dire sur les laro-limicoles sinon que leurs effectifs sont peu étoffés, même ceux du Chevalier culblanc qui sont à une hauteur appréciable mais en retrait des années précédentes.

 

Comme souvent, les ornithologues ayant fréquenté les autres sites ont eu l'impression de voir bien peu d'oiseaux. C'est particulièrement le cas pour la Bresse et la vallée de l'Ain dont les totaux d'Anatidés se classent respectivement au 9ème et au 8ème rang de la décennie passée. Sur ces sites,

les seules satisfactions proviennent de l'exotique Ouette en Bresse (18 individus, au 3ème rang des Anatidés!) et du Cygne tuberculé dans la vallée de l'Ain où il connaît un record historique (186 individus) depuis son 'apparition' en 1993 et y devenant l'Anatidé le plus abondant (53,75 %). La Cigogne blanche 180 oiseaux) a connu des jours meilleurs en Bresse (306 en 2016, 422 en 2019) mais la population départementale (383) se situe quand même au deuxième rang depuis 1975 (record de 512 en 2019). Les classements ne sont guère meilleurs en moyenne pour les plans d'eau de l'Est du département puisque seuls le Lac de Sylans (avec un effectif de 21 Anatidés, 2ème meilleur résultat de la décennie) et la vallée de l'Oignin (14 Anatidés, 4ème meilleur résultat de la décennie) échappent à cette sinistrose. Mais faut-il tirer des conclusions d'effectifs aussi anecdotiques? Ailleurs, les sites se partagent les mauvais classements (8èmes pour le lac de Divonne et l'Etournel, 9èmes pour Nantua et les étangs du Pays de Gex). Seuls quelques ouettes ça et là et un Butor étoilé (le seul du département) à l'Etournel apportent un peu d'attrait à ces zones.

 

En raison du réchauffement climatique, le temps du passage quasi systématique dans notre département d'eiders, de macreuses, de garrots, de fuligules milouinans, de harles piettes ou de grèbes jougris dès la mi-novembre semble révolu et leur présence à l'unité est devenue presque un événement. Il y a tout lieu de croire que des espèces encore moins septentrionales seront peu à peu enclines à hiverner au nord de notre région. L'avenir nous le dira et c'est un sujet d'études passionnant que seuls des recensements menés à grande échelle, comme ceux-ci qui concernent presque l'ensemble de la zone Paléarctique, peuvent éclairer. A notre tout petit niveau départemental, nous apportons notre pierre à l'édifice. Nous sommes donc très redevables aux participants à cette enquête:

Fondation P. Vérots- T. Beroud.

ONCFS- M. Benmergui,

Parc des oiseaux-Réserve de Villars- E. Bureau, P. Chevret,

LPO- A. Bernard, J.Y. Brevet, C. Cailliere, M. Clerc, M. Crouzier, P. Crouzier, B. Fournier, S. Gardien, C. Giacomo, C. Guyard, J. Lachenal, Y. Lachenal, A. Lamy, M. Lathuilliere, S. Laurencin,T. Lengagne, L. Mery, G. Murtin, M. Poumarat, F. Poumarat, B. Sonnerat, C. Velay, A. Vernet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Espèce

Dombes

nord

Dombes

est

Dombes

centre

est

Dombes

sud est

Dombes

ouest

Dombes

sud

ouest

Fondation

Vérots

Grand Etang et Bois Renard Birieux

Réserve du Chapelier-

Versailleux

Etang

Chassagne

Chalamont

Parc et

Réserve

Villars

Total

Dombes

Cygne noir

 

 

 

 

 

4

 

 

 

 

 

4

Cygne tuberculé

123

30

77

97

197

201

1

4

15

2

24

771

Cygne chanteur

 

4

 

 

 

 

 

 

 

2

 

6

Oie cendrée

88

2

20

63

2

48

2

1111

116

21

95

1568

Oie rieuse

 

 

 

 

 

 

 

7

 

 

 

7

(Oie cygnoïde)

4

 

 

 

1

2

 

 

 

 

 

(6)

(Oie domestique)

1

 

6

 

4

8

 

 

 

 

 

(19)

Garrot à œil d'or

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

1

Harle bièvre

 

33

 

 

 

 

 

 

 

6

 

39

Tadorne de Belon

3

 

 

 

2

39

 

2

 

 

23

69

Ouette d’Égypte

2

 

 

3

 

 

 

 

 

 

 

5

(Canard mandarin)

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1)

Nette rousse

44

 

 

2

21

32

 

1

 

 

1

101

Fuligule milouin

614

1

294

9

1377

123

 

2229

 

296

20

4963

Fuligule nyroca

1

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

2

Fuligule morillon

374

17

88

10

212

30

 

27

 

23

 

781

F. Milouin x Nyroca

1

 

 

 

2

 

 

 

 

1

 

4

Canard souchet

14

 

 

 

10

5

 

41

 

 

462

532

Canard chipeau

125

21

14

20

89

118

 

273

3

12

190

865

Canard siffleur

5

 

6

8

10

11

 

242

3

 

279

564

Canard colvert

1167

437

548

275

721

1040

140

3339

106

571

6558

14902

(Canard colvert domestique)

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

(1)

Canard pilet

2

 

8

 

 

2

 

160

 

 

306

478

Sarcelle d'hiver

265

7

4

112

124

 

150

2413

5

53

353

3486

Total Anatidés

2828

552

1059

599

2768

1653

293

9850

248

987

8311

29168

Grèbe castagneux

 

 

 

 

 

3

 

 

 

 

 

3

Grèbe huppé

58

76

82

6

51

91

 

 

11

7

1

383

Râle d'eau

1

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

1

Gallinule poule d'eau

 

 

 

 

1

3

 

 

 

 

20

24

Foulque macroule

466

39

344

69

611

731

 

 

 

 

29

2289

Cigogne blanche

5

 

102

 

4

31

 

 

 

 

61

203

Bihoreau gris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22

22

Héron garde-bœufs

 

1

 

 

20

 

 

 

 

 

 

21

Héron cendré

115

129

100

29

67

169

9

4

5

11

32

670

Grande Aigrette

108

136

113

17

88

149

4

2

4

2

5

628

Aigrette garzette

 

1

2

 

14

6

 

 

1

 

2

26

Grand Cormoran

139

166

140

7

50

244

 

27

138

71

38

1020

Vanneau huppé

2

 

132

 

130

 

 

 

 

 

 

264

Courlis cendré

 

 

 

 

18

 

 

 

 

 

 

18

Combattant varié

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

Bécasseau variable

35

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

36

Bécassine des marais

 

5

 

 

 

1

 

 

 

 

 

6

Chevalier culblanc

12

12

4

1

1

10

 

 

 

 

1

41

Chevalier guignette

 

 

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Chevalier aboyeur

 

 

3

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Mouette rieuse

59

22

20

1

29

351

 

 

 

 

228

710

Goéland leucophée

5

8

7

 

 

5

 

4

 

2

2

33

Busard des roseaux

5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5

Martin-pêcheur

1

3

2

 

 

1

 

1

 

 

 

8

Faucon pèlerin

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 


 

posté par Bernard Sonnerat
 
lundi 20 janvier 2020
Oiseaux
Et le monde devint silencieux ...

Présentation de Stéphane Foucart, journaliste au Monde qui vient de sortir un livre sur l’impact des néonécotinoïdes (Et le monde devint silencieux Comment l'agrochimie a détruit les insectes aux éditions du Seuil).

Il nous a expliqué point par point comment l'industrie des pesticides a orchestré le plus grand désastre écologique du début du XXIe siècle.

Juste édifiant ! 1 gramme d’imidachloprine qui sert à enrober toutes les semences tue autant d’abeille que 7kg de DDT et en 2014 on a vendu 20000 tonnes de ce produit !

En 1993 une étude au Japon a montré un effondrement complet de la productivité d’un étang en poisson avec simplement 100kg de ce produit utilisé sur une province de 6700km2 (plus grande que le département de l’Ain !)

En 2016 cette substance est 26 fois plus utilisée qu’en 1993, on imagine le désastre ! Une étude au pays bas (Hallmann 2014 Nature) montre qu’avec 20 milliardième de gramme de produit par litre d’eau dans les zones humides, les populations d’oiseaux vivant autour des zones étudiées (alouette, fauvette hirondelle fauvette bergeronnette) diminuent de 3.5% par an (35% en 10 ans).

https://www.seuil.com/ouvrage/et-le-monde-devint-silencieux-stephane-foucart/9782021427424

posté par Bernard Sonnerat
 
mercredi 18 décembre 2019
Oiseaux
Comptage Wetlands 2020 : aidez-nous à compter les oiseaux

Du 6 au 12 janvier auront lieu les comptages Wetlands dédiés aux oiseaux des zones humides. Un comptage ambitieux mais nécessaire pour lequel chacune d'entre elles du département doit être parcourue afin d'y dénombrer les oiseaux. La tâche est ardue et l'aide de chacun est plus que bienvenue.
Aussi, si vous souhaitez apporter de votre temps afin d'aider un responsable de zone (voir tableau ci-dessous) à effectuer le comptage, n'hésitez pas à proposer votre aide par mail à alain.bernard-rochaix@orange.fr !

Secteur

Délimitations

Responsables

Dates

Zones humides du Pays de Gex

Lac de Divonne

S. GARDIEN

Fait

Etournel et autres secteurs

S. GARDIEN

Fait

Lacs de Nantua et de Sylans

 

M. CROUZIER et A. VERNET

Fait

Vallée de l’Oignin

Du barrage des Trablettes au saut de Charmine

M. CROUZIER

Fait

Vallée de l’Ain

De l’aval du Pont de Thoirette à la confluence avec le Rhône + plans d’eau de la Plaine de l’Ain

A. BERNARD

Fait

Bresse

Zones humides au nord  de la D 79 entre Replonges et "l'Efondras", à l'ouest de la D 26 entre "l'Efondras" et "Chazette", au nord de la D 28 entre "Chazette" et Montrevel, à l'ouest de la D 975 entre Montrevel et Saint-Julien-sur-Reyssouze, au nord de la D 1 entre Saint-Julien-sur-Reyssouze entre Beaupont, à l'est de la D 996 entre Beaupont et Viriat

A. BERNARD

Fait

Zones humides au nord de la D 1079 entre "l'Efondras" et "le Guidon", à l'est de à l'est de la D 28 entre "l'Efondras" et "Chazette", au sud de la D 28 entre "Chazette" et Montrevel, à l'est de la D 975 entre Montrevel et Saint-Julien-sur-Reyssouze, au sud de la D 1 entre Saint-Julien-sur-Reyssouze entre Beaupont, à l'ouest de la D 996 entre Beaupont et Viriat

JY. BREVET

Fait

Zones humides au sud de la D 1079 entre Polliat  et "le Guidon", à l'est de la D 67 entre Polliat et "Corgenon", à l'est de la D 975 entre "le Guidon" et la hauteur de l'A40, au nord de la D 936 entre "Corgenon" et Bourg en Bresse, à l'ouest de la D 996 entre Bourg-en-Bresse et la hauteur de l'A 40.

P. CROUZIER et M. CROUZIER

Fait

Dombes

Dombes nord: étangs au nord des routes reliant Châtillon-sur-Chalaronne-Marlieux (D7)- Saint-Nizier-le-Désert (D90)-Dompierre-sur-Veyle-La Ruat (D17)

P. CROUZIER

Fait

Dombes ouest: étangs au sud de la D 7 entre Châtillon-sur-Chalaronne et Marlieux, au nord de la D 70 entre Villars et Villeneuve, à l'ouest de la D 83 entre Marlieux et Villars

M. CROUZIER et G. MURTIN

Fait

Dombes sud-ouest: étangs au sud de la D 70 entre Villars et Villeneuve, à l'ouest de la D 83 entre Villars et Mionnay sauf les étangs de la Réserve de Villars et de la Fondation Vérots

A. LAMY

Fait

Dombes centre -est: étangs au sud de la D 90 entre Marlieux et Saint-Nizier-le-Désert, au sud de la D 70 entre Saint-Nizier-le-Désert et le carrefour avec la D 22 à l'ouest de Dompierre-sur-Veyle, au nord de la D 904  entre Villars et Chalamont, à l'ouest de la D 22 entre Chalamont et le carrefour avec la D 70 à l'ouest de Dompierre-sur-Veyle

B. SONNERAT et S. LAURENCIN

Fait

Dombes est (a 1): étangs à l'est de la D 22 entre le carrefour avec la D 70 à l'ouest de Dompierre-sur-Veyle et Chalamont, à l'ouest de la 'Route de Priay'   entre Dompierre-sur-Veyle et 'Les Mottets' (commune de Villette-sur-Ain) via 'Guignières'et au nord de la D 90 a  entre Chalamont et 'Les Mottets'

Dombes est (a 2): étangs au sud de la D 17 entre Dompierre-sur-Veyle et 'La Ruaz', au sud de la 90 a entre Chalamont et 'Les Mottets' (commune de Villette-sur-Ain), à l'est de la 'Route de Priay' entre Dompierre-sur-Veyle et  'Les Mottets'  via 'Guignières et 'Les Mottets, au nord de de la D 904 entre Chalamont et 'Gévrieux' (commune de Châtillon-la-Palud)

  

C. GIACOMO et M. CLERC 

 

T. LENGAGNE et M. BENMERGUI 

Fait

Dombes est (b): Etangs au sud de la D 904 entre Chalamont et Gévrieux, à l'est de la D 22 entre Meximieux et Chalamont

A. BERNARD

Fait

Dombes sud-est: étangs au sud de la D 904 entre Villars et Chalamont, à l'ouest de la D 22 entre Meximieux et Chalamont, à l'est de la D 83 rntre Villars et Mionnay sauf les étangs de la Réserve de Villars

M. & F. POUMARAT

Fait

Parc ornithologique et Réserve de Villars

A. BERNARD et E. BUREAU

 

Fait

Fondation Vérots

T. BEROUD et J. Ph.

RABATEL

Fait

 

Cordialement,


L'équipe de Faune-Ain.

posté par Alexandre Roux (pro)
 
jeudi 12 décembre 2019
Oiseaux
Le Conseil d’État annule une nouvelle fois la prolongation de la chasse aux oies migratrices en février

Le Conseil d’État annule une nouvelle fois la prolongation de la chasse aux oies migratrices en février

 

C’est la 13ème fois qu’un tel arrêté ministériel est ainsi cassé à la demande des associations de protection de la nature, contraintes de rappeler année après année aux gouvernements successifs que la législation européenne interdit de chasser les oiseaux migrateurs au cours de leur trajet de retour vers leur lieu de nidification.

Saisi conjointement par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), France Nature Environnement (FNE), Humanité et Biodiversité et One Voice, le Conseil d’État vient d’annuler mercredi l’arrêté ministériel du 30 janvier dernier qui permettait de chasser les oies sauvages jusqu’à la fin du mois de février 2019.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire de l’époque avait obéi au président de la République en signant cet arrêté conforme aux souhaits des fédérations des chasseurs. Le Conseil d’État ayant déjà annulé à douze reprises les arrêtés semblables pris les années précédentes, François de Rugy ne pouvait pourtant pas ignorer que cette décision était illégale au regard du droit européen et notamment de la directive Oiseaux qui interdit de chasser les oiseaux au cours de leur période de migration prénuptiale. Le ministre a toutefois attendu le 30 janvier, dernier jour avant la fermeture initialement prévue de la chasse, afin de laisser aux chasseurs le temps de la procédure pour faire quelques cartons en toute « légalité ». Ils ont ainsi pu grappiller une semaine de tirs puisque le Conseil d’État, saisi en référé par la LPO, FNE et Humanité et Biodiversité n’a suspendu l’arrêté qu’à partir du 6 février 2019.

Ce 11 décembre, suite à une audience tenue le 20 novembre dernier, le Conseil d’État, fidèle à sa jurisprudence, vient donc d’annuler définitivement l’arrêté litigieux. Satisfaites de cette décision, nos associations appellent aujourd’hui le gouvernement à ne pas récidiver une quatorzième fois en 2020 en tentant à nouveau de prolonger la période de chasse aux oiseaux migrateurs au-delà du 31 janvier.

Pour Allain Bougrain Dubourg, « cela signifierait alors que faire un cadeau aux chasseurs à l’approche des élections municipales est jugé plus important par Emmanuel Macron que d’agir en faveur de la biodiversité avant l’ouverture du Congrès mondial de l’UICN[1] à Marseille en juin prochain. Quel message la France veut-elle envoyer

Pour Dominique Py, représentante de FNE au CNCFS[2], « la justice n'a pas été dupe des prétextes inventés par les chasseurs : non, chasser plus longtemps les oies migratrices en France n'est pas une solution aux dégâts agricoles des oies sédentaires aux Pays-Bas ».

Pour Bernard Chevassus-au-Louis « le Conseil d’État confirme que  la « gestion adaptative » n’autorise pas à contourner les directives européennes de protection de la biodiversité »


[2]Conseil national de la chasse et de la faune sauvage

 

 
 

LPO France

posté par Bernard Sonnerat
 
vendredi 6 décembre 2019
Chauves-souris
Sauvons les chauves-souris de la SABLA

 


Achetons la SABLA : un site menacé et d’intérêt majeur pour les chauves-souris dans l’Ain et en région Auvergne-Rhône-Alpes !

Présentation du projet : les enjeux de conservation du site

En France métropolitaine, les 35 espèces de chauves-souris sont protégées par la loi. Depuis 2007, la protection s’étend aux sites que les Chiroptères utilisent au cours de leur cycle annuel (gîtes de mise-bas, d’hibernation, sites de passages et de repos). De plus, un bon tiers détient un statut d’espèce menacée à diverses échelles géographiques (régionale, nationale, européenne). Dans l’Ain, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes œuvre au quotidien pour la préservation des chauves-souris et des sites qu’elles occupent. Les suivis d’effectifs depuis parfois 40 années permettent de désigner les sites majeurs et prioritaires à préserver.

Parmi eux, le site dénommé « la SABLA » figure en 3ème position ! En effet, il comprend à la fois la deuxième plus importante colonie de parturition (en été, les femelles y donnent naissance et élèvent leur jeune) dans un bâtiment désaffecté pour le grand rhinolophe et le murin à oreilles échancrées principalement, ainsi que le site souterrain d’hivernage pour plus de 250 grands rhinolophes.

Au printemps et à l’automne, le minioptère de Schreibers, chauve-souris strictement cavernicole et menacée au niveau européen, est de passage dans les sites souterrains. D’autres espèces d’intérêt patrimonial utilisent ces sites toute ou partie de l’année, en moindre nombre : citons le rhinolophe euryale, le petit rhinolophe, la barbastelle d’Europe.

L’environnement alentours explique en partie cela. Nous sommes au pied du massif du Grand Colombier, à la limite des communes de Béon et de Culoz, ainsi qu’à deux pas de la Réserve Naturelle Nationale du Marais de Lavours. Plus globalement, les montagnes du Bugey et la haute vallée du Rhône demeurent des secteurs ayant un environnement de grande qualité.

Le Grand Colombier, depuis la Réserve naturelle Nationale du Marais de Lavours

L’extrémité sud du massif du Grand Colombier, vu depuis la Réserve Naturelle Nationale du Marais de Lavours (©RL/LPO)
La protection de ces sites majeurs peut être réalisée par différents moyens, mis en place selon le contexte : espaces naturels protégés (réserves naturelles, arrêtés préfectoraux de protection de biotopes), sites Natura 2000, labels environnementaux (Espace Naturel Sensible) ou conventions avec le(s) propriétaire(s) public ou privé(s). Le site de la SABLA bénéficie du label « Espace Naturel Sensible » du Département de l’Ain depuis 2015 sur 11 hectares.
La protection stricte des gîtes à chauves-souris nécessite ici d’acquérir le terrain sur environ 4600 m². C’est pourquoi la LPO a signé une promesse de vente avec le propriétaire le 2 octobre 2019 pour acheter une partie de sa parcelle qui comprend les gîtes majeurs à chauves-souris et leurs accès. De plus, un objectif est lié au patrimoine industriel du département : la SABLA était un lieu de production de ciment et chaux hydraulique. La parcelle comprend les anciens fours qui doivent être préservés voire restaurés.

Le site de la SABLA : Un patrimoine industriel du département de  l’Ain     A droite, les anciens fours, compris dans la partie à acheter.
 

Origine du projet : Pourquoi une acquisition foncière ?

Depuis 1993, la LPO (précédemment le Centre Ornithologique Rhône-Alpes) effectue le suivi des effectifs de chauves-souris au cours de l’année, cela en accord avec le propriétaire précédent mais sans formalisation particulière. En 2015, les héritiers du dit propriétaire ont décidé de mettre en vente l’ancien site industriel (1,3 hectare, tènement et bâtis). L’année suivante, ce site a été acheté par un entrepreneur ayant pour projet la réhabilitation des bâtiments pour diverses activités. Malgré les contextes réglementaires au titre de l’urbanisme et du code de l’environnement (« espèces protégées »), un risque réel d’atteinte persistait. D’autres locaux, sans enjeux environnementaux, ont pu être toutefois rénovés et utilisés pour diverses activités économiques.
L’unique issue trouvée avec le propriétaire a été la cession de la partie de parcelle qui abrite la colonie de reproduction et l’accès à la carrière souterraine d’hivernage, soit environ 5000 m². Depuis le printemps 2019, la LPO a mobilisé ses partenaires pour envisager le financement de cette acquisition. La Région Auvergne-Rhône-Alpes et le Département de l’Ain soutiennent notre projet à hauteur de 80% du budget global de l’opération.

A quoi serviront vos dons ?

L’objectif de 15 000 € correspond aux 20% du financement de source privée à mobiliser ainsi que les premiers achats nécessaires à la sécurisation du site.

Ce financement participatif et l’atteinte de l’objectif permettront de pérenniser la préservation de ce site majeur par l’acquisition foncière du terrain comprenant le bâtiment de la colonie de mise-bas, l’accès au site souterrain d’hivernage mais aussi les anciens fours à chaux.
Vous souhaitez effectuer votre don par chèque ou virement bancaire ?

Téléchargez, imprimez et remplissez ce formulaire ! Il est à adresser par voie postale, accompagné de votre chèque, à : LPO Auvergne-Rhône-Alpes, 100 rue des Fougères, 69009 LYON.

Pour un don par virement bancaire, après réception de votre formulaire, nous vous communiquerons le RIB/IBAN.

Avant le 31 décembre 2019, les reçus fiscaux pour réduction d’impôt concerneront l’année 2019.

Notre équipe

Depuis plus de 100 ans, la LPO agit en faveur de la biodiversité dans toute la France. En Auvergne-Rhône-Alpes, l’histoire de la LPO découle de l’évolution du Centre Ornithologique Auvergne et du Centre Ornithologique Rhône-Alpes.

Neuf associations locales et une coordination régionale ont fusionné le 1er janvier 2019 pour mener ensemble leur combat et leurs actions envers la préservation de la biodiversité. Forte de cette histoire associative riche et diverse, la nouvelle LPO Auvergne-Rhône-Alpes continue à porter son message de protection de la nature partout dans la région, d’une seule et même voix. L’ancrage local de la LPO en fait aujourd’hui une actrice incontournable de la préservation de la biodiversité. La LPO est organisée en délégations territoriales, forte de 110 salariés et 9000 adhérents.
Ce projet est porté par la délégation territoriale de l’Ain de la LPO Auvergne-Rhône-Alpes. Cinq salariés agissent dans cette délégation, sous la responsabilité de la directrice générale régionale et des membres bénévoles du comité territorial de l’Ain.

Contact et informations : LPO Auvergne-Rhône-Alpes • Délégation Territoriale de l’Ain, ain@lpo.fr ; 09.70.90.20.61
JPEG - 16 ko

 
 

Faites votre don sur le site HelloAsso : Cliquez-ici !

ou

Téléchargez, imprimez et remplissez ce formulaire !

 
 
 

posté par Bernard Sonnerat
 
jeudi 5 décembre 2019
Oiseaux
Faisons cesser la chasse aux espèces en danger

Sur les 64 espèces d’oiseaux aujourd’hui chassées en France (un record en Europe !), 20 sont menacées d’extinction à l’échelle européenne selon la liste rouge de l’UICN.

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron s’était pourtant engagé par écrit auprès de la LPO à faire retirer de la liste des oiseaux chassables, ceux en mauvais état de conservation.

Depuis son élection à l’Elysée, rien n’a changé. Le Lagopède alpin, le Courlis Cendré, la Tourterelle des bois, la Grive mauvis, etc. risquent ainsi de n’être bientôt qu’un lointain souvenir de nos régions. Cette liquidation de notre patrimoine naturel doit cesser !

Interpellez dès à présent le Chef de l’Etat sur les réseaux sociaux afin qu’il tienne son engagement et retire les oiseaux menacés de la liste des espèces chassables.

 

Choisissez votre visuel et suivez le mode d’emploi sur le site de la LPO France.

posté par Séverine Michaud
posté par Bernard Sonnerat
 
lundi 18 novembre 2019
Oiseaux
Courlis cendré réintroduit en Pologne, abattu en France

La chasse en France d’espèces menacées ruine les efforts de conservation mis en œuvre par d’autres pays européens.

courlis polonais 650 ochrona kulikaCourlis cendré (Numenius arquata) le jour de son lâché en Pologne - Crédit photo : Ochrona Kulika

Le 31 juillet 2019, la Ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne signait un arrêté autorisant la chasse de 6000 Courlis cendrés sur le territoire français au cours de la saison de chasse 2019-2020. La date n’avait pas été pas choisie au hasard. Sachant que la LPO attaquerait devant les tribunaux et obtiendrait sans doute la suspension de cet arrêté contraire à la législation européenne sur les espèces menacées, la Ministre a attendu le dernier moment pour le signer afin de laisser aux chasseurs le temps de la procédure pour faire quelques cartons.

De fait, dès le lendemain 1er août, la chasse au Courlis cendré est devenue légale et l’est restée jusqu’à la suspension décidée par ordonnance du Conseil d’Etat le 26 août, et effective à partir du 27 août.

Quatre semaines lourdes de conséquences

En Pologne, où les populations de Courlis cendrés ont diminué de 50% en 10 ans, des scientifiques s’investissent dans la protection de cet échassier. Des Courlis sont ainsi réintroduits dans leur milieu naturel afin d’y augmenter les effectifs, aujourd’hui estimés à moins de 300 couples, et permettre la sauvegarde de l’espèce.

Selon la balise GPS qui permet leur suivi migratoire, l’un d’entre eux a subitement cessé de se déplacer dans la nuit du 26 au 27 août 2019 en traversant une zone de chasse située en Normandie… À quelques heures près, on pourrait penser qu’il n’a pas eu de chance, mais cet oiseau est avant tout une nouvelle victime de la collusion du gouvernement français avec les lobbies de la chasse. La France est le dernier pays de l’Union Européenne à autoriser la chasse au Courlis cendré.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un Courlis cendré relâché en Pologne, aprés avoir été élevé en couveuse, est abattu dans l’hexagone. Au cours des cinq dernières années, au moins 5 cas ont été documentés (3 cas avérés d’oiseaux bagués et 2 fortes suspicions avec des traces GPS qui s’arrêtent brusquement au-dessus de zones de chasse) et ne représentent sans doute qu’une fraction de la réalité. L’association OCIAN coordinatrice du plan national de protection du Courlis cendré en Pologne a récemment publié un manifeste « STOP à la chasse du Courlis cendré!/ STOP polowaniom na kuliki wielkie » (en polonais) dénonçant la chasse de cet oiseau dans notre pays. Si rien n’est fait pour retirer durablement le Courlis cendré des espèces légalement chassables en France, il y aura chaque année de nouvelles victimes, réduisant à néant les efforts entrepris par d’autres pays européens pour sauver l’espèce.

map.1Carte représentant l'extinction des signaux GPS des Courlis cendrés abattus - Crédit image : Ochrona Kulika

Signataire du traité de l’AEWA (Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie), la France aurait dû suspendre la chasse du Courlis cendré dans l’attente de l’élaboration d’un plan de gestion international censé aboutir sur un moratoire. Le gouvernement a préféré la mise en place d’un comité de gestion adaptative qui dans les faits s’avère être une manœuvre pour justifier la prolongation de la chasse de certaines espèces en mauvais état de conservation, comme le Courlis cendré ou la Tourterelle des bois.

Selon la Directive Oiseaux de l'UE : « Les États membres veillent à ce que la chasse de ces espèces ne compromette pas les efforts de conservation entrepris dans leur aire de distribution. ». En Avril dernier, la LPO a déposé une plainte globale à l’encontre de l’Etat français auprès de la Commission européenne visant des infractions relatives à la chasse, dont celle du Courlis cendré, espèce menacée d’extinction en Europe. Le 25 juillet 2019, une procédure judiciaire a été ouverte à l’encontre de la France sur le piégeage à la glu et la chasse à l’Oie cendrée en février. Le volet concernant le Courlis cendré est actuellement instruit par les services de la Commission. Nul doute que ces faits viendront grossir la liste des preuves montrant que la chasse du Courlis cendré en France nuit à la conservation de l’espèce et aux efforts entrepris en Europe pour tenter de redresser ses effectifs. 

Sur les 64 espèces d’oiseaux aujourd’hui chassés en France (un record en Europe), 20 sont inscrites sur la liste rouge européenne des espèces menacées établie par l’UICN. Il est plus que temps de mettre fin à cette aberration écologique.

Plus d’informations

Consultez l’actualité de l’association polonaise Ochrona Kulika.

Consultez la page Facebook de l’association polonaise Ochrona Kulika.

posté par Bernard Sonnerat
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 198

Ligue pour la Protection des Oiseaux AIN
email: ain@lpo.fr
5 rue Bernard Gangloff - 01160 Pont d'Ain
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020